À la suite des changements intervenus dans l’appareil judiciaire à la faveur du Conseil supérieur de la magistrature qu’il a présidé, vendredi 22 novembre, le président de la République a martelé sa volonté d’avoir des responsables publics «exemplaires». Il annonce la fermeté de la justice face à la corruption et l’enrichissement illicite.

Ali Bongo a présidé, le 22 novembre 2019, le Conseil supérieur de la magistrature. © Twitter/PresidentABO

 

Ali Bongo a présidé vendredi le Conseil supérieur de la magistrature. Au terme de celui-ci, plusieurs changements sont intervenus dans l’appareil judiciaire, avec notamment le limogeage d’Olivier N’Zahou, l’ex-procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville. Mais au cours de cette rencontre, le président de la République a surtout «rappelé la nécessité d’intensifier la lutte contre la corruption». Aussi, a-t-il «fermement engagé le gouvernement et invité les magistrats à inscrire résolument leur action dans ce sens», rapporte le communiqué du secrétariat général du ministère de l’Intérieur et de la Justice.

Ces orientations, Ali Bongo ne les a pas niées sur son compte Twitter, où il a à nouveau dit son intention de débarrasser l’administration publique des cadres véreux et indignes de confiance. «Les responsables publics, estime le chef de l’État, doivent être exemplaires.» Difficile de ne pas y voir un lien avec les interpellations intervenues ces derniers jours, qui ont visé d’anciens patrons de structures publiques et parapubliques.

Pour Ali Bongo, «le bras de la justice ne doit pas trembler face à la corruption et l’enrichissement illicite qui n’ont pas leur place au Gabon».

 
 

6 Commentaires

  1. Poe dit :

    Mr Ali Bongo était absent du Gabon depuis le 12 novembre dernier. Il n’est rentré de Londres qu’hier jeudi 21 novembre à 20h15. Ce conseil se serait tenu de nuit.

  2. Ulys dit :

    Qui fait parler un MORT ? Si épouse ? Ali Bongo, un modèle ? Mais vous vous foutez de qui ? Unz chose est certaine, lui et son défunt père adoptif (Omar Bongo des plateaux batekes) récoltent ce qu’ils ont semés en ENFER. Et c’est tant mieux.

  3. Maurice dit :

    Ce n’est pas Ali Bongo qui est sur cette photo. Cessez de nous mentir.

  4. Afrika Obota dit :

    Lui là ce n’est pas Ali Bongo c’est un sosie. Nous africains sommes physionomistes, nous ne validons pas votre sorcellerie.

  5. Malongo dit :

    Aux responsables de GR.Jouer au chat et à la souris est odieux.

  6. Gayo dit :

    Un président illégitime qui se maintient au pouvoir par la falsification des résultats des urnes avec des chiffres miraculeux, récompensant les auteurs de ces actes de haute trahison, homme le plus riche du pays alors qu’il a toujours travaillé pour le servir publique et non en tant que homme d’affaire. Et c’est lui qui vient parler de lutte contre la corruption? Tu te fout de toi même dans la mythomanie.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW