De retour de Londres, Ali Bongo a repris ses activités à la présidence de la République où il a reçu, ce 26 septembre, l’ambassadeur du royaume d’Arabie saoudite près la République gabonaise. C’est dans ce pays que le président gabonais avait reçu les premiers soins après son accident vasculaire cérébral en octobre 2018.

Ali Bongo le 26 septembre 2019. © Communication présidentielle

 

Moment de l’audience. © Communication présidentielle

Après un séjour londonien d’un mois, Ali Bongo a regagné Libreville où il a fait une apparition publique le 24 septembre, à l’occasion de la prestation de serment des membres de la Cour constitutionnelle. Deux jours après, le chef de l’Etat gabonais a repris ses audiences à la présidence de la République. Il a reçu Abdulrahman Salam S. Aldahas, l’ambassadeur du royaume d’Arabie saoudite près la République gabonaise. C’est dans ce pays que le président gabonais avait reçu les premiers soins après son accident vasculaire cérébral, au King Faisal Hospital.

Au cours de leur entretien, informe la Communication présidentielle, Ali Bongo et son hôte se sont félicités de l’excellence des relations diplomatiques unissant le Gabon et le royaume d’Arabie saoudite.  «Ils ont fait un large tour d’horizon de la coopération multisectorielle existant entre nos deux pays, singulièrement sur le plan économique». Selon la Communication présidentielle,  «le président de la République a demandé́ à son interlocuteur d’œuvrer avec les autorités gabonaises compétentes, à hisser nos liens bilatéraux à un niveau supérieur, dans le cadre d’avantages mutuellement bénéfiques». La Communication présidentielle indique également qu’Ali Bongo et le diplomate saoudien ont examiné́ les grands sujets d’intérêt commun au plan international.

Bientôt à Franceville ?

Ali Bongo pourrait enchaîner d’autres rencontres, il est annoncé dans la province du Haut-Ogooué où les autorités locales mobilisent la population pour le recevoir. «En pareil circonstance, tout le monde doit se concentrer pour l’accueillir avec fierté, allégresse et frénésie. Aucun auxiliaire de commandement ne doit manquer à l’appel à l’aéroport international El Hadj Omar Bongo de Mvengué», déclaré Barnabé Mbangalivoua, préfet de la Mpassa. Selon ce dernier,  un accueil délirant et triomphal sera réservé à Ali Bongo car, «le chef de l’Etat sort de loin».

 
 

4 Commentaires

  1. Ndong Alexis dit :

    Ils peuvent tout faire. Nous savons qu’il est mort depuis octobre dernier. Le reste est d’une pure comédie Hollywoodienne. Malheureusement, les acteurs (sosies de BOA) doivent encore faire des efforts pour que ce soit un peu bien. Pour l’instant, on leur donnerait la note de 3/20. DONC… NUL…

  2. Croque mort des vampireux dit :

    Sissoko Fargeon dit:

    Le Messie est arrivé…
    Allez prêcher sa parole, un miracle est arrivé, un vampire nous est donné.

    Ali le messie des vampires, ressuscité d’entre les morts…

    Regardez bien ce lapin d’Ali, la bière anglaise est de la véritable médecine, la jouvence des vampires, vrai, vrai…

    Un miracle, victime d’un AVC massif et en 1 mois à boire la bière anglaise, il danse au son du Djembé. Miracle, je vous dit miracle.

    Vite, appelez le livre des records, c’est du jamais vu. Parole de Ganga, c’est fort, très fort, incroyablement fort.

    MOI le CROQUEMORT DES VAMPIREUX vous dit:

    Il a fait comment ? Je l’ai pourtant bien croqué, dur, dur, il était bien rigide et froid, je te dis….
    Même la femme avec les lèvres au formol, elle lui a même coupé le doigt avec une petite machette pour récupérer la bague.
    Je te dis, après avoir récupéré la bague elle ma même donné le râteau à cuire. j’ai bien désinfecté avant de le passer à la braise mais le râteau n’était pas bon… ça avait gout de pesticide, tu sais le produit pour faire murir les bananes…

    Ça va aller, lui ou pas lui, je l’attends pour le croquer à son tour… je te dis c’est pas du Bla Bla Bla. Lui aussi je vais le croquer, je te dis, un bon râteau bien blanc… comme du poulet.

    Avec eux c’est pas comme la gazelle ou le prix du baril, eux ils ne meurent jamais… Je te dis, sécurité de l’emploi…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW