Nommé ministre des Affaires étrangères le 10 juin dernier, le nouveau diplomate en chef, Alain-Claude Billie-By-Nze, a pris ses fonctions, le 14 juin. Il remplace Abdu Razzaq Guy Kambogo qui n’aura passé que six (6) mois à ce poste.

Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie-By-Nze (à g.) et son prédécesseur (à d.), Abdu Razzaq Guy Kambogo lors de la passation de charges, le 14 juin 2019. © Facebook/ACBilieByNze

 

Suite au réaménagement du gouvernement du 10 juin dernier, le nouveau ministre des Affaires étrangères, Alain-Claude Billie-By-Nze, est entré en service, quatre jours plus tard, à l’issue d’une cérémonie de passation de charges supervisée par le Secrétaire général du gouvernement, Jonas Lola Mvou.

Poignée de main et chaleureuse accolade entre le ministre promu et le sortant. © Facebook/ACBilieByNze

En passant le témoin au nouveau porte-voix du Gabon à l’international, l’ancien ambassadeur du Gabon au Maroc, Abdu Razzaq Guy Kambogo, qui n’aura occupé ce poste que pendant six mois, n’a pas manqué de prodiguer des conseils à son successeur : «Vous arrivez dans un département où vous trouverez des hommes et des femmes pétris de capacités, qui recèlent beaucoup de compétences et qui seront si disposés à vous accompagner dans l’exaltante mission qui est désormais la vôtre, de conduire la diplomatie gabonaise».

Le nouveau superviseur de la diplomatie gabonaise devra donc continuer de porter haut la voix de son pays en Afrique et sur les autres continents. Ce, d’autant plus que le Gabon jouit d’un certain leadership au niveau continental, voire mondial notamment en ce qui concerne les questions liées au climat et à la protection de la nature. Dans ce contexte, le nouveau visage de la diplomatie gabonaise devra plancher sur plusieurs dossiers prioritaires, urgents et sensibles. Des chantiers sur lesquels il devrait s’activer dans dl meilleur timing afin de faire avancer le ministère et aplanir les tensions souvent perceptibles dans ce département.

Alain-Claude Billie-By-Nze et ses proches collaborateurs doivent s’atteler à l’élaboration d’un plan d’action, d’un dossier conditionnant la redynamisation de l’action diplomatique du Gabon, d’un projet de rapport détaillé ; des éléments assez urgents concernant la coopération internationale, singulièrement l’intégration sous régionale. Dans la même veine il aura à conduire les travaux ministériels sur les réformes, ainsi que la rencontre en prélude au Sommet sur l’Action Climat, en septembre prochain à New York. Le dossier sur la question sociale au ministère n’est pas en reste dans les priorités de l’ancien ministre d’Etat aux Sports et à la Culture.

Réagissant après sa prise de fonction, Alain-Claude Billie-By-Nze a déclaré : «C’est un département qui est nouveau pour moi. J’aurai beaucoup de mal à indiquer quels sont les enjeux. Vous savez que la diplomatie c’est le domaine réservé, je dirai, exclusif du chef de l’Etat. Si j’ai été hier Porte-parole, je pouvais m’exprimer quasi-librement. Dans le département que je viens de quitter, je pouvais m’exprimer librement (…) la diplomatie demande un peu plus de retenue».

«Il y a des dossiers qui m’ont été transmis par le ministre et qui sont des dossiers sensibles. Je pense que la priorité c’est de poursuivre ce qui a été commencé, relayer ce qui a été fait parce que dans ce domaine, on n’invente pas. Le Gabon à l’international n’est pas né aujourd’hui et on n’attend pas de moi que je vienne faire des improvisations. On va continuer ce qui a été fait et en fonction des dossiers, on va porter la voix du Gabon tel qu’il sera indiqué par le Chef de l’Etat», a-t-il déclaré.

Alain-Claude Billie-By-Nze, qui devient «vitrine de la diplomatie gabonaise», a été  Conseiller, Porte-parole de la présidence de la République, ministre la Communication, de l’Economie Numérique et de la Poste, Porte-Parole du gouvernement. Avant d’être promus ministre des Affaires étrangères, il était ministre d’Etat aux Sports, à la Culture et des Arts.

 
 

1 Commentaire

  1. Gabois Megang Obame dit :

    Les seuls et veritables mérites de ce type sont d’avoir une langue bien aiguisée et fourchue, avoir insulté les Bongo pendant toute sa jeunesse, avoir déshabillé un recteur d’université en public Mapangou ne dira pas le contraire), et … aujourdhui il est au sommet avec les Bongo. Auncun diplome universitaire connu obtenu par lui…
    Bon ce ne sont pas les diplomes qui construisent le pays, mais tout de même.
    Ce pays est vraiment unique !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW