Fort de 38 membres dont le Premier ministre, le gouvernement a prêté serment devant Ali Bongo, le 15 janvier à Libreville. Une cérémonie organisée à huis clos et en cercle restreint, sans retransmission en direct, et à l’issue de laquelle les ministres ont assuré que le chef de l’Etat est à la barre du navire Gabon. Les journalistes invités ont été cloisonnés dans une salle non loin de celle où se tenait la cérémonie.

Photo remise en circulation, ce 15 janvier, par les inconditionnels du régime. Censée être du jour, il s’agit en réalité de la prestation de serment des forces de défense en 2018. © DCP-Gabon

 

La présidence de la République a, officiellement, abrité la cérémonie de prestation de serment du gouvernement devant le chef de l’Etat, le 15 janvier à Libreville. Une cérémonie à laquelle se sont prêtés les 37 membres du gouvernement et le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Contrairement à l’année précédente, la cérémonie s’est déroulée à huis clos.

Journalistes gabonais invités et cloisonnés dans une salle voisine avec un écran de télévision ne transmettant pas la cérémonie. © D.R.

Seuls le président de la République, le vice-président de la République, le Premier ministre et les membres du gouvernement, les juges de la Cour constitutionnelle, le président l’Assemblée nationale et le président du Sénat, ont assisté à cet évènement qui n’a pas été retransmis en direct à la télévision. Ni même sur les écrans télé du Palais du bord de mer, alors que les journalistes invités et étant arrivés ont été cloisonnés dans une salle non loin de celle où se tenait la cérémonie. Hormis quelques caméras extérieures triées sur le volet (TV5 Monde et Gabon 24), aucun téléphone portable appartenant à un journaliste, n’a franchi le poste de contrôle à l’entrée du palais de la présidence. Les agents de la Direction de la communication présidentielle (DCP) ont été soumis aux mêmes restrictions.

Peut-être est-ce dû à l’état de santé encore vacillant du chef de l’Etat, qui se devait tout de même d’être présent, la cérémonie étant désormais prescrite par la Constitution. Certes l’événement s’est déroulé à huis clos, mais l’on imagine que le rituel a été le même que lors de la première cérémonie du genre, en mai 2018. Devant un pupitre, main droite levée, chaque ministre a ainsi lu sa déclaration de prestation de serment face au chef de l’Etat.

A l’issue de la cérémonie, qui aura duré à peine trois quarts d’heure, certains ministres ont rassuré l’opinion au sujet du chef de l’Etat. Le ministre des Relations avec les Institutions, notamment, a assuré que président était bel et bien présent à cette cérémonie. «Nous sommes très heureux d’avoir revu le chef de l’Etat (…) Désormais, il est temps de se mettre au travail», a affirmé Francis Nkéa Nzigue.

Son collègue de l’Economie, pour sa part, a confié que le «retour aux affaires» d’Ali Bongo est une bonne nouvelle pour l’économie gabonaise. «Le voir ce matin a été pour nous une bouffée d’oxygène. Et son retour est un véritable pain béni pour l’économie nationale», s’est réjoui Jean-Marie Ogandaga. «Par ailleurs, le fait d’avoir vu le chef de l’Etat vient mettre un terme à ce tout ce qui se dit ici et là, car il y a beaucoup de Saint-Thomas parmi nous», a-t-il déclaré.

Selon certaines indiscrétions, cette cérémonie de prestation de serment devait déboucher sur un conseil des ministres présidé par Ali Bongo. Celui-ci n’a finalement pas eu lieu. «Je n’ai eu aucune information sur la tenue d’un éventuel conseil des ministres ce jour», indiqué un membre du gouvernement. De sources concordantes, Ali Bongo devrait regagner Rabat dans quelques jours, laissant certainement derrière lui une pléthore d’interrogations.

 
 

19 Commentaires

  1. Rtg1 dit :

    Soyez prêt la libération du la patrie est imminente… ASSAULT FINAL sera sans pitié. Looooooooool !

    OKOKA OU RIEN !

    On gagne ou on gagne… Kiakiakiakiakiakiakiakiakia !

    Le pouvoir est parterre il faut juste se baissé pour le ramasser.

    La Constitution de 1991 sera rétabli jusqu’à la dernière virgules. Looooooooool !

    VIVE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE, VIVE LE S.E JEAN PING OKOKA, VIVE LE PEUPLE GABONAISE, VIVE LA LIBERTÉ, VIVE LA GABON !!!!!

  2. Marx dit :

    Je ne peux que m’émouvoir de ce que vit le peuple gabonais. Je m’interroge et je me demande où cela va t-il mener ?
    Libérez-vous, ne subissez pas !
    Un ami qui a aimé le Gabon.

    • diogene dit :

      Libérez vous vous même. Un ami qui a aimé la France.
      Le peuple gabonais n’existe pas, tout au plus, peut on parler de de populations gabonaises.

      Vous êtes le bienvenu chez nous, contrairement à nous chez vous.
      S’il vous plaît venez récupéré les militaires que vous avez oubliés en partant et qui ont restauré un bouffon (Léon MBa) en 1964 au détriment d’un anti colonialiste (Germain Mba), qui ont maintenu Omar le salopard pendant 50 ans et qui protège un hémiplégique qui se chie dessus.
      Démocratiquement votre

  3. AKOMA MBA dit :

    Comment peut-on perdre la dignité et tomber aussi bas devant le monde entier à ce point, Monsieur le Premier Ministre Nouveau?

  4. Okoss dit :

    Hi très gênant comme situation.
    Comment expliquer au peuple de la capacité du PR à diriger le pays si on ne peut l apercevoir même à la TV.
    Il ne peut pas devenir 1 espèce de gourou qui doit tout le temps se cacher mais donné des ordres que par personnes interposées.
    Njouke

  5. AKOMA MBA dit :

    HAHAHAHAHAHA tout est possible en République Bananière du Gabon
    AUCUNE DIGNITÉ, VA!

  6. GLENE LAMBERTINI dit :

    “Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits”

  7. GLENE LAMBERTINI dit :

    Le cadavre d’un oiseau ne pourrit pas en l’air mais à terre…!

  8. Le paysan dit :

    En Afrique tout est possible. ” Le chef reste chef partout où il peut se trouver “, même au paradis

  9. Prince Essonne Mfoulou-Ze dit :

    Comment ça, il devra regagner Rabat!?!? Ces gens sont donc convaincus que le Gabon doit désormais être gouverné par prococuration ?
    C’est quoi cette foutaise?

  10. maker dit :

    tous ces ministres à la con méritent d’etre brulés vifs sans aucuns regrets!!

  11. Koek lun dit :

    Les gens nous prennent comme des fous

  12. AIRBORNE dit :

    On rejoint Trump CELA CONFIRME QUE NOUS SOMMES DANS UN PAYS DE MERDE DIRIGE PAR UN IDIOT AVEC UN PEUPLE MABOULE ET IMBECILE

  13. Félix AYENET dit :

    Que se passe t-il encore, vous parlez de quoi, vous là ? Moi je comprends plus rien dans tout ça. Ils nous rassurent pourtant que ” le Président se porte très bien. Il poursuit sa convalescence…”
    Le français là me tourne la tête.

  14. Shox dit :

    Ca devient vraiment ridicule…ridicule,ridicule et triplement ridicule…

  15. Mangoumba dit :

    Hum du jamais vue. Oooh, enfin le GABONAIS n’est plus Idiot mesurer la profondeur de l’eau avec ses pieds.

  16. Mangoumba dit :

    Y’a ALI, si ton entourage t’aimait il ne cherchait jamais a te faire honte…sache que l’oeil ne porte aucune charge, mais il sait ce que la tête est capable de porter. Me maney’a égning, me maney’s égning…

  17. L' éclat danger dit :

    C’est quoi ce forcing tsouooo, comment peut on choisir d’être ridicule devant tout un peuple, je suis convaincu que le pouvoir est sucré. Tenir mordicus jusqu’au bout…haha ping voici ali qui interprète à la perfection ton slogan ..”j’irai jusqu’au bout “

  18. Objectivité dit :

    Les gabonais sont justes bons à boire la régab et à spéculer. Ils se contentent de critiquer les autorités politiques alors qu’ils feraient s’ils y étaient. Aucune mobilisation sociale, aucun esprit patriotique,chacun pour soit, Dieu pour tous. J’ai entendu un jour que un peuple n’a que le président qu’il mérite…le reste continuez…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW