Fin de parcours pour Brice Laccruche Alihanga à la présidence de la République. Le truculent directeur de cabinet d’Ali Bongo a été nommé, le 7 novembre, à un poste sans relief, celui de ministre du Suivi de la stratégie des investissements humains. Une chute qui sonne peut-être le glas des «jeunes émergents».

Le «tout-puissant» Brice Laccruche Alihanga a été débarqué du cabinet du chef de l’Etat. © Gabonreview

 

L’omniprésent, l’omnipotent et demi-Dieu, le “tout-puissant” directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Alihanga, a été débarqué de la présidence de la République, à l’issue du Conseil des ministres, le 7 novembre à Libreville. Nommé ministre chargé du Suivi de la stratégie des investissements humains, Brice Laccruche Alihanga voit ses nombreux soutiens tomber en disgrâce, notamment Justin Ndoundangoye, débarqué du gouvernement.

Qui l’aurait cru ? Le directeur de cabinet d’Ali Bongo, nommé en août 2017 et considéré comme l’homme le plus puissant de la République depuis les ennuis de santé du président de la République, vient d’être débarqué du cabinet du chef de l’État. Le «messager intime» d’Ali Bongo, l’auteur du très célèbre slogan «celui qui boude, il bouge», a été «rétrogradé» au poste de «simple» ministre chargé du Suivi de la stratégie des investissements humains.

Cette chute préfigure sans doute une nouvelle redistribution des cartes, notamment dans la haute administration, où le président de l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev), Brice Laccruche Alihanga, a tissé sa toile en captant tous les postes juteux et stratégiques. La nomination de celui qu’on a présenté depuis plusieurs mois comme le successeur d’Ali Bongo à la tête de l’État rehausse l’autorité du Premier ministre longtemps piétinée par l’ancien directeur de cabinet du chef de l’État. «BLA» a-t-il boudé ?

Ce qui est certain, l’horizon est plus ou moins clairsemé et les Gabonais attendent la nomination du successeur de «BLA», pour mesurer la marge de manœuvre du gouvernement et d’Ali Bongo dans la gestion du pays.

 
 

21 Commentaires

  1. Tata dit :

    Du coup, le fils de l’imam béninois nommé directeur d cabinet reprend la place du béninois Maixent Acrobessi?

  2. Sophie Obiang dit :

    C’est ridicule, vous presentez BLA comme un ‘boudeur’ qui se fait ‘bouger’. Mais entrer au gouvernement est tout sauf une sanction, ou alors la terre est plate…

    • Bonanza dit :

      Sauf que là, il est ministre de la pluie et du beau temps. Donc rien du tout. Ca va sacrément participer à le ramener sur le plancher des vaches.

    • Mezzah dit :

      @ Sophie Obiang,

      La terre n’est pas ronde non plus.
      Le tout puissant DC qu’il était pouvait faire nommer les Ministres (voir toute la bande de BGFI) ce qui implique une reconnaissance certaine et limoger d’autres ce qui provoquait la peur dans les rangs du gouvernement. Le PM a d’ailleurs dû se rendre à certains de ses meetings lors de sa tournée pour éviter de perdre sa place.
      En plus de cela s’ajoute le fait qu’en tant que DC tu as accès au PR à tout moment.
      Qui boude bouge !

  3. Paul Mba dit :

    Cette “chute” masque quelque chose. Pour moi, le théâtre se poursuit avec le soutien du Maroc et du Quai d’Orsay. Restons très vigilants. Nous ne pouvons pas accepter non plus ce petit rigolo Nourredine à la tête du Gabon. Impossible.

    Jean Ping est le président élu du Gabon. Un point c’est tout.

  4. Victor dit :

    Vous croyez toujours que c’est BOA qui dirige le Gabon ? Non, chers gabonais. La MAIN invisible du Quai d’Orsay est bien présente. D’autres surprises nous attendent.

  5. Julien N'goua dit :

    Mais jusqu’à quand va durer ce spectacle affligeant dans notre pays. La France veut quoi au juste ? Le peuple gabonais souffre depuis votre pseudo indépendance du Gabon. On est vraiment fatigué de ce cinéma. Le Gabon ne vous appartient pas SVP.

    Avez-vous constaté que depuis que BOA est MORT, Sylvia Bongo, son épouse, ne séjourne plus en Angleterre ? Son fils adoptif, le voyou Nourredine, lui aussi, ne bouge plus du Gabon. Bizarre tout ça. Eux qui aiment tant les voyages. Qu’ils laissent notre pays tranquille, et qu’ils rentrent chez eux. Le Gabon aux gabonais.

    Jean Ping est le président élu du Gabon.

  6. Serge Makaya dit :

    Le départ de Brice Laccruche Fargeon Alihanga comme directeur de cabinet de la présidence ne doit pas nous faire oublier qu’il y a un criminel pédophile en liberté en la personne d’Alexis Ndouna qui séjourne paisiblement au Gabon, protégé par ce régime pourri et sanguinaire.

  7. Serge Makaya dit :

    Ne crions pas trop vite victoire après le départ de Brice Laccruche Fargeon Alihanga du cabinet présidentiel. J’ai un pressentiment que quelque chose se trame avec Jean Yves le Drian du Quai d’Orsay. L’ombre de la France plane toujours sur le Gabon, et de manière sournoise. Restons extrêmement vigilant. Ce n’est pas Sylvia Bongo, ni son fils adoptif, Nourredine, qui décident ou commandent aujourd’hui au Gabon. Le silence de la France au spectacle affligeant qui se passe actuellement au Gabon montre à suffisance qu’elle est complice de ce théâtre. C’est elle qui tire les ficelles. Elle sait très bien que BOA est MORT. Ne nous méfions pas des deux rigolos que sont Sylvia Bongo et Nourredine. C’est de la France qu’il faut vraiment se méfier. Demeurons vigilants.

  8. Ndong Alexis dit :

    “La lettre du Continent” qui nous a informé de la tension entre la famille Bongo et Fargeon Brice Laccruche Alihanga, ce média travaille avec le Quai d’Orsay. Donc, pour moi, le départ de Brice Fargeon Alihanga est une nouvelle comédie du Quai d’Orsay. Restons vigilants.

  9. koumba dit :

    Ne vous tromper pas, le dauphin d’alibongo est bel et bien son fils Nourredine Bongo qui épouse la nièce du roi du Maroc. On prépare la succession de Nourredine.

    • Julien N'goua dit :

      Si c’est ce que tu souhaites, c’est que tu n’aimes pas le Gabon et les gabonais. C’est maintenant qu’il nous faut libérer ce pays des Bongo et du roitelet du Maroc, ainsi que du Quai d’Orsay. Ces gens nous ont assez agacés comme ça. Avec notre génération, ils ne dormiront plus jamais. On doit donc s’attaquer aussi à l’ambassade du Maroc au Gabon et en France.

  10. moundounga dit :

    Bjr. Il faut aller à l’essentiel. Autrement dit, avant de sortir du cabinet du PR, BLA avait une mission que je qualifierais “d’urgente” celle de faire le tour du GABON. Aussitôt il est débarqué du poste de DIRCAB pour celui de ministre. Même aux espaces verts BLA servira le PR lui même il le dit et le répète il fait la politique du chef de l’Etat. Donc, à l’observation ce jeu de chaises musicales traduit plus l’attachement de BOA à BLA en dépit de tout. Cette marque de fidélité il l’a aussi vis à vis de BBN. Amen .

  11. Bonanza dit :

    Quoi? BLA n’est plus l’homme du quai d’Orsay? Le Quai d’Orsay ne souhaite plus mettre un blanc à la tête du Gabon? Arrêtez un peu avec vos histoires du Quai d’Orsay. C’est à l’Élysée que tout se décide. Le Quai d’Orsay n’est là que pour faire le travail diplomatique nécessaire à faire passer les decisions(quelles qu’elles soient) prises à l’Élysée. Cette théorie de la main du Quai d’Orsay derrière la fulgurante ascension de BLA, est une invention de BLA lui-même. Tous cupides et crédules au PDG, ça il le savait. Et ça a fonctionné.

  12. Désiré de la manguendza dit :

    Cette pauvre SEEG va peutetre enfin respirer, ses sbires grand voleur avec tomy et chief DMMF vont peutetre enfin dégager, on attend…

  13. Bernadette dit :

    Si on avait de vrais patriotes dans ce pays, les membres de ce gouvernement devaient démissionner depuis longtemps pour le bien de la nation gabonaise. On nous a assez traîné en bateau. Vous qui occupezbdew fonctions au gouvernement ou à l’assemblée nationale ou encore au sénat, indignez-vous SVP. Tous ces étrangers ont assez humiliés notre peuple. Que cette comédie cesse SVP.

  14. Ernest dit :

    Nourredine, Sylvia Bongo, Ali Bongo, Lee White, Brice Fargeon, le maire libanais et bien d’autres encore, ne seront jamais de vrais gabonais. Ces gens sont là pour dilapider notre pays avec la complicité de la France et du Maroc. Et je n’arrive toujours pas à comprendre que le peuple gabonais ne boit pas ce danger. Ces gens sont là pour nos richesses et non pas pour nous aider. Il faut vraiment les chasser de notre pays, sinon nous deviendront comme des étrangers (des esclaves) dans notre propre patrie. Réveillez-Vous, gabonais, soyons de vrais patriotes, LIBERONS NOTRE PAYS DE TOUS CES VOYOUS (France et Maroc y compris)…

    • Mezzah dit :

      @ Ernest,

      C’est pourquoi je suis un fervent défenseur de la mono-nationalité. Nous savons tous que les binationaux viennent juste prendre nos richesses et se cassent. Les investissements réalisés par Acrombassi dans son vrai pays avec l’argent du Gabon n’ont rien à voir avec les maisons en planches qu’il a construites à Libreville. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.
      Beaucoup de pays africains et européens n’acceptent pas la double nationalité, leur Gabon doit leur emboîter le pas.

  15. Axel Obiang dit :

    Vous parlez de chute, mais être Ministre dans un Gouvernement vous apparente-il comme une sanction ?! On ne régresse pas en politique … On avance ENSEMBLE et si BLA fait toujours parti du Gouvernement, c’est du TOUS ENSEMBLE dont on parle ici !

  16. Nasmatt dit :

    Peut etre juste un repli strategique?

    • Serge Makaya dit :

      Si c’est pour voir s’il est estimé du peuple gabonais, c’est perdu d’avance. Il voit bien qu’il est VOMI. Et “ce repli stratégique”, comme vous l’écrivez, ne vient pas de lui ou des Bongo (Sylvia et autres Nourredine…), ça vient du Quai d’Orsay. LES FRANÇAIS MANIPULENT TOUT. J’EN SAIS QUELQUE CHOSE QYAND JE TRAVAILLAIS ENCORE AU RENSEIGNEMENTS (B2).

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW