Si l’affaire kévazingo est, pour les observateurs, le principal mobile du limogeage du vice-Président de la République, celui-ci a affirmé, le 22 mai à Libreville, que le débat est ailleurs : il aurait été écarté des affaires pour d’autres raisons.

L’ancien vice-Président de la République a affirmé, le 22 mai 2019 à Libreville, avoir été écarté des affaires pour d’autres raisons. © Gabonreview

 

Pierre-Claver Maganga Moussavou a clamé, le lendemain de son éviction de l’exécutif où il assurait les fonctions de vice-président de la République, sa non-culpabilité quant à l’affaire kévazingo. L’essentiel de sa déclaration a déjà été relayé… sans les piques à l’encontre de ses nouveaux adversaires et sans certains éléments qu’il croit avoir provoqué son départ des affaires.

En tout cas, face à la presse, le natif de Mouila s’en est pris à ceux qu’il présente comme les conjurés ayant ourdi son limogeage, particulièrement le directeur de cabinet du président de la République, Brice Laccruche Allihanga. À propos de celui-ci, l’ancien vice-président de la République n’a pas tari de qualificatifs. Le qualifiant de «blanc-bec» pouvant avoir l’âge de son fils, il a lancé, ironique, son doute quant à la nationalité de celui qu’il a appelé Fargeon au moins à deux reprises.

Soutenant ne pas être impliqué dans la disparition des 353 conteneurs kévazingo, le président du Parti social-démocrate (PSD) a indiqué que des plaintes seront déposées pour diffamation. «Arrêtons avec des pratiques éculées où il faut salir d’abord des personnalités qui sont avec vous pour trouver des raisons de les évincer. Celui qui nomme est libre de mettre quelqu’un d’autre. Pourquoi faut-il faire croire au monde entier que Maganga est un voleur ?»

 «Ils ont plein d’argent, mais le peuple se meurt à l’intérieur du pays», a déclaré le président du PSD indiquant qu’on lui reproche d’avoir fait des déplacements dans des villes sinistrées du pays. «J’ai été à Mimongo, une ville sans eau, électricité, route et approvisionnement», a-t-il dit, affirmant avoir, avec son épouse, acheté du bois pour refaire les ponts coupés qui rendaient cette localité inaccessible. Il serait également reproché à Maganga Moussavou d’avoir été dans la province du Haut-Ogooué, offusquant ainsi «le chef du Haut-Ogooué, [Ndlr : Brice Lacruche Allihanga]». Or soutient-il, la population y avait besoin d’aide après un violent orage ayant sinistré de nombreuses familles.

Un peu plus, sur le pan international : «on me reproche d’avoir été en Israël, invité par Netanyahou. Je ne vois même pas le Président de la République pour lui dire ce qu’on m’a dit», a-t-il regretté non sans rappeler avoir également été en Autriche. «J’ai été invité parce que je soutiens le développement du handball et de la jeunesse. Le chef de l’Etat m’a donné son accord. Le DC (Directeur de cabinet) estime que je devais avoir son autorisation».

À bien comprendre, Maganga Moussavou pense qu’il lui est reproché d’avoir pris des initiatives, de s’être un peu trop montré en l’absence du président de la République. L’homme assure pourtant être du quatuor ayant «bien gardé la barque» durant la crise sanitaire du président de la République. Et avec lui, il y avait la présidente de la Cour constitutionnelle, le Premier ministre Issoze Ngondet, le ministre de la Défense nationale d’alors Etienne Massard Kabinda et le ministre de l’Intérieur Lambert-Noël Matha. Issoze Ngondet, Massard Kabinda et maintenant Maganga Moussavou, ont été remerciés. Quel destin politique donc pour Lambert-Noël Matha ? Marie-Madeleine Mborantsuo étant littéralement indéracinable du moins jusqu’au terme de son mandat. La conjuration de Ryad et Rabat va-t-elle continuer à se déchier ?

 
 

6 Commentaires

  1. Triste dit :

    Ceux qui ont gérés 2016 par contre sont presque tous debors,(on ne fait pas neuf avec du vieux), il ne reste que BBN,ils ont besoin de MATHA pour les élections au cas où.MAGANGA avait oublié avait oublié qu’Ali était un gros rancunier et manipulateur?,au moins R.D.O à été plus malin en allant se cacher au C.E.S.

  2. Lavue dit :

    Aux petits esprits le commentaire des faits, aux grands la réflexion et l’action. On sait tous que le poste de vice président est une coquille vide. Il a été créé par simple figuration géopolitique et pour faire “manger” la personne choisie sous la soumission bien entendu du véritable détenteur du pouvoir càd le PR. Ce qu’a fait FARGEON est en droite ligne avec l’existence de ce poste. Aujourd’hui FARGEON a les pleins pouvoirs du Président, il les utilise (certainement avec l’aval de ce dernier au cas où il serait en possession de tous ses moyens), c’est ça un homme, c’est comme ça qu’on fait. MAGANGA-MOUSSAVOU ne peut pas dire qu’il ne savait pas pourquoi a été ce poste creux ainsi que son mode de fonctionnement. Il a opéré ses petits calculs personnels, en se désolidarisant de l’opposition, pour se vassalisant afin d’accéder à la mangeoire. De quoi peut-il se plaindre. Il est de l’opposition modérée, qu’il continue à faire son opposition modérée. Des concepts bidons qui n’ont aucune signification au Gabon. Quand on est un homme sans conviction, un opportuniste qui privilégie ses petits intérêts (papa VPR, enfant ministre, femme députée: une famille qui a réussie en politique) on finit toujours comme ça. Les autres finissent par mesurer votre réel poids. Du léger. Il a fallu son limogeage pour qu’il révèle les dysfonctionnements au sommet de l’Etat et la gestion du pouvoir par FARGEON. Et oui, c’est lui le nouvel homme fort, il a au moins le courage d’exercer son pouvoir. Quant aux opportunistes pleurnichards d’autres occasions se présenteront, ils doivent se montrer patients.

    Continuez le cirque DIEU vous voit disait l’autre. Il réagira le moment venu.

  3. gassita dit :

    Du n’importe quoi M. Maganga. Tout ce que tu raconte ne sont que bobares…
    Quand tout va bien, vous oubliez le peuple et quand ca ne va plus, vous vous rappelez que le peuple est la….

  4. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    ” LA DYNAMIQUE BWETE ”
    * LA RESTITUTION EST DÉFINITIVEMENT AMORCÉE *
    « IL EST ALORS TEMPS, DE PRENDRE NOUS MÊME BWITISTE LE POUVOIR »
    En français facile :
    * La conclusion du Père René RADEMBINO CONIQUET était vraie *
    « AUCUN D’ENTRE EUX NE PEUT SORTIR LE GABON DE LA OU NOUS L’AVONS MIS »
    BWETE REMERCIE INFINIMENT LES BWITI ALBERT BONGO ET RENÉ RADEMBINO CONIQUET.
    BWETE confirme, que MAGANGA MOUSSAVOU est médiocre et minable. MAGANGA MOUSSAVOU, tu aurais mieux fait de te taire. Ne sais tu pas que, seul celui qui a pouvoir de nomination est le seul, qui a le pouvoir de démission? Seul Ali Bongo qui t’a nommé, peut seul à ton niveau hiérarchique, te démettre de ta fonction de vice président et non, un secrétaire général de la présidence ou encore moins, un directeur de cabinet.
    LE GRAND NETTOYAGE A COMMENCÉ. REPENTEZ VOUS. LA FIN DE CE MOIS MAI CE SERA TROP TARD.
    DANS NOS VILLAGES BANTOU KAMITE ON DIT : APPRENDRE ET COMPRENDRE SONT DEUX CHOSES DIFFÉRENTES. UN MÉDIOCRE RESTE ET DEMEURE UN MÉDIOCRE. MAGANG MA MUSAV, TU ES UN MÉDIOCRE. Quand tu laisses des médiocres incultes, irrespectueux du Gabon notre pays faire la politique à ta place, par égocentrisme et par cupidité, leur médiocrité impact sur toi, que tu le veux ou non. Voila où ca t’a entrainé, ta jalousie morbide envers ton cousin DIDJOB DIVUNGI DI DINGE. Si cela fait plus d’un an MAGANGA MOUSSAVOU, alors quel Ali BONGO tu sers la main le, 4 décembre 2018 : https://fr-fr.facebook.com/MichelOGANDAGA/videos/723306618053331/. BWETE. /
    ……………………………………………………………..
    MUANGA (DIEU) NE SE TROMPE PAS. MUANGA (DIEU) DONNE A CHACUN SA PART. TANT PIS POUR TOI SI TU CROIS, QUE LA PART QUE MUANGA (DIEU) A DONNÉ A L’AUTRE EST MEILLEURE QUE LA TIENNE. BWETE. / En réaction à :https://www.facebook.com/kaka.bouka.927/posts/447276379357904
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION EST AMORCÉE #
    “GABON D’ABORD”

  5. Bouka Benga Medzo dit :

    @ M. Maganga Moussavou
    Il est utile de noter que très très peu de gabonais seront de la partie pour essuyer vos larmes et pour vpous consoler.
    Rouler ….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW