Alors que des rumeurs le disent hors du pays actuellement pour cause de soins après un nouveau coup de fatigue, le patient Ali Bongo, vu son statut particulier, coûte forcément beaucoup d’argent au contribuable. Mais combien exactement ? Certains estiment que les députés devraient se pencher sur la question pour éclairer l’opinion.

En petite forme depuis son AVC d’octobre 2018, combien coûte Ali Bongo au contribuable gabonais ? © Communication présidentielle

 

Près de six mois après le début de ses ennuis de santé, Ali Bongo continue de suivre des soins. Revenu au Gabon en mars dernier, après plusieurs mois en Arabie Saoudite et au Maroc où il a passé sa convalescence, le président de la République ne s’est pas encore totalement rétabli. Une rumeur persistante ces dernières heures veut qu’il soit actuellement à Londres, en Angleterre. Le chef de l’État y serait allé pour subir de nouveaux soins. Il se sentirait «très affaibli».

Au-delà des explications liées au choix de la capitale anglaise où son épouse possède une résidence ; au-delà même de la véracité de la rumeur de ce nouveau départ, les ennuis de santé d’Ali Bongo appellent plusieurs interrogations. D’abord sur le coût des allées et venues depuis le 29 novembre 2018, date de son départ de Riyad pour Rabat. Si le président de la République de par sa fonction bénéficie d’un statut particulier, ses déplacements ne sont pas moins financés par le contribuable. À combien s’élèvent-ils ?

Ali Bongo est-il assuré à la CNAMGS ?

Au moment où le gouvernement réfléchit à la réduction du train de vie de l’État à grand coup de mesures toutes impopulaires les unes que les autres, les Gabonais doivent être informés de ce que coûte un voyage présidentiel Rabat-Libreville ou Libreville-Londres. Beaucoup estiment que le président aurait pu suivre l’intégralité de ses soins dans la capitale gabonaise. Ça aurait fait des économies.

Alors que le salaire exact du président de la République reste un mystère, l’on s’interroge également sur la structure chargée de payer la note des hôpitaux ayant accueilli jusque-là le président malade. Si son séjour à l’hôpital King Fayçal de Riyad a dû être payé par le pays hôte qui l’y avait invité, selon les coutumes diplomatiques, était-ce également le cas pour les soins au Maroc ? Comme des milliers de Gabonais, Ali Bongo est-il assuré à la CNAMGS ou bénéficie-t-il d’une assurance-maladie privée tel qu’il en existe plusieurs dans le pays ? Les factures des médecins sont-elles à la charge de la présidence de la République ou de la personne d’Ali Bongo ? Si c’est le contribuable qui est chargé de régler la note, combien cela lui coûte-t-il ?

Au Gabon, sans oser le dire ouvertement, beaucoup estiment que la lumière doit être faite sur les dépenses relatives aux ennuis de santé du président. Certains estiment les députés devraient se pencher sur la question pour éclairer l’opinion et tordre le cou aux rumeurs qui avancent des chiffres astronomiques pour la prise en charge médicale du chef de l’État.

 
 

14 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    “Prise en charge médical”. Lol ! Maintenant on prend en charge médicalement un MORT ? Mais cessons de plaisanter avec le peuple gabonais. Que la France cesse cette mascarade au plus vite SVP.

    Lorsque vous aLLEZ officialiser son décès, les gabonais comprendront ENFIN qu’ils ont été roulés dans de la farine. Pitié !! A Ntare Nzame !!!

  2. Léon Nkogue dit :

    Jusqu’à quand ce cinéma SVP ? BOA EST MORT DEPUIS OCTOBRE 2016…

    • Léon Nkogue dit :

      Mort depuis octobre 2018, rectification…

      • Moussavou Jacques dit :

        @Leon Blogue et Serge Makaya. Vous faites pitié à vous entetez a dire des sottises. Puisque vous l’avez vu mourir, publiez donc les images, publiez aussi son acte de décès. Ça devient exaspérant de lire tous ces lâches qui, par peur de se battre, préfèrent mentir et de convaincre que l’adversaire est mort… Les Gabonais méritent Ali Bongo. On vous dit qu’ il est vivant mais très diminué voire impotent et qu’ il faut se battre pour déclencher l’expertise médicale pour le disqualifier, vous êtes là à vous bercer de mensonges. Oui, la lâcheté existe

        • mbarra dit :

          Quelle médiocrité même pas fichus de coordonner vos mensonges, puisque fargeon et ike et beaucoup qui ont assisté au dernier conseil des ministres prétendent qu’il va bien et travaille . La lâcheté est ou ? et pour une fois que vous parlez de choses que vous maitrisez appliquez vous vos conclusions car ils font exactement la même chose que vous autres En fait oui la tartuferie s’est imposée.

        • Ulys dit :

          Moussavou Jacques, tu as vu BOA déjà vivant ? Lol !

  3. Adolf Mosséssé dit :

    Ils sont en train de préparer l’annonce de la mort d’Ali Bongo. Ils ont compris que les bonnes blagues sont les courtes.

  4. union travail justice dit :

    Opération savons le patient Ya Ali

  5. Moussavou Jacques dit :

    @Leon Blogue et Serge Makaya. Vous faites pitié à vous entetez a dire des sottises. Puisque vous l’avez vu mourir, publiez donc les images, publiez aussi son acte de décès. Ça devient exaspérant de lire tous ces lâches qui, par peur de se battre, préfèrent mentir et de convaincre que l’adversaire est mort… Les Gabonais méritent Ali Bongo. On vous dit qu’ il est vivant mais très diminué voire impotent et qu’ il faut se battre pour déclencher l’expertise médicale pour le disqualifier, vous êtes là à vous bercer de mensonges. Oui, la lâcheté existe

  6. Obati dit :

    Une source proche de la famille ma confirmée son évacuation à l’étranger la semaine suite à une fatigue sévère.

  7. Martine dit :

    Même cette photo (ci-dessus) montre clairement que ce n’est pas lui. Ali Bongo n’est plus de ce monde.

  8. yaali dit :

    on ne cache pas un mort indéfiniment. wait and see. le reste là, c est du bla bla

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW