Selon l’hebdomadaire La Loupe qui cite sans les nommer deux anciens ministres débarqués en juin dernier, d’anciens membres du gouvernement réclameraient le paiement de leurs indemnités du dernier trimestre passé aux affaires.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Sortis du gouvernement en juin dernier, plusieurs des 17 anciens ministres n’en auraient pas fini avec la Primature qui leur devrait de l’argent, deux mois après leur limogeage, révèle La Loupe, ce mardi 20 août. Si certains ont réussi à être casés ailleurs dans l’administration publique, pour d’autres qui avaient déjà adopté un nouveau style de vie plus ou moins fastueux, cette situation est plutôt embarrassante. D’autant plus qu’il s’agit de sommes évaluées à plusieurs dizaines de millions de francs correspondant à leurs indemnités du dernier trimestre passé aux affaires.

Or, se rappelle l’hebdomadaire, le 18 juin dernier, au cours de sa rencontre avec les ministres sortants, Julien Nkoghe Bekale leur avait promis que l’État gabonais tiendrait ses engagements vis-à-vis d’eux. Deux mois après, selon un ancien ministre cité par La Loupe, seule la prime d’astreinte de 20 millions de francs a été payée. «Comment expliquer qu’au moment où les membres actuels du gouvernement reçoivent leurs indemnités, nos primes ne sont pas prises en compte dans ce paiement ?» s’interroge un ancien ministre ayant confié à nos confrères que cet oubli du gouvernement est perçu comme «une volonté de [les] humilier».

«C’est la crise !»

Joint par Gabonreview pour vérifier l’information, un ancien membre du gouvernement n’a pas explicitement nié la situation, mais, élu député en octobre 2018, a préféré s’attarder sur le retard de paiement de ses émoluments à l’Assemblée nationale, qui l’empêche actuellement de mener ses activités pendant l’intersession parlementaire. Il veut croire que «c’est la crise».

La même crise qui aurait contraint le Trésor public à cesser de rémunérer les anciens ministres et des membres de leur cabinet après leur limogeage. La pratique d’usage veut que toute personnalité nommée à de hautes fonctions publiques continue de bénéficier du paiement de ses indemnités deux ou trois mois après son éviction. Joint, un collaborateur de ministre sorti en juin dernier affirme que son «patron» comme d’autres «a été coupé avant les délais prescrits». Pour lui, l’explication est à chercher ailleurs que dans la crise économique évoquée à tout-va par certains.

 
 

4 Commentaires

  1. Kilian dit :

    CE PAYS EST TOUT SIMPLEMENT GÉRÉ PAR DES INCOMPÉTENTS. VIVEMENT LA PRISE DU POUVOIR PAR LE VAINQUEUR DE LA PRÉSIDENTIELLE DE 2016: MR JEAN PING.

  2. Le contribuable dit :

    Vous n’avez assez bouffé lorsque vous étiez au gouvernement. Avec des bilans nuls,vous feriez mieux d’être plus discrets. Vous avez strictement servi à rien.
    Vos primes et indemnités devraient servir à financer la rentrée des enfants démunis.
    Quel travail vous faites pour mériter autant d’argent?

  3. Lavue dit :

    Arrêtez de nous emmerder avec JEAN PING. Dans quel camp se trouvait-il pendant le long règne d’OMAR? Dans quel camp se trouvait-il pendant la grande partie du 1er septennat d’ALI. Il a bien profité du système, c’est le système BONGO qui l’a enrichi, il ne peut pas dire le contraire. Ambitieux ou calculateur, il est même allé à créé des liens familiaux avec les BONGO. Une fois frustré de n’avoir pas reçu le soutien d’ALI pour sa reconduction à la tête de l’Union Africaine (le Gabon n’étant pas le seul pays qui vote, il a certainement été jugé ne pas être à la hauteur de sa tâche) il a voulu réglé les comptes au président en devenant un pseudo opposant. C’est un rancunier qui a vite oublié les bienfaits dont il a bénéficié, comme savent l’être les asiatiques. Il ne peut pas être un grand homme d’Etat, il est trop rigide, c’est pas un homme politique talentueux. Aujourd’hui beaucoup de ses soutiens qui l’ont aidé a brillé à l’élection présidentielle de 2016 l’ont quitté. Il faut se poser la question. Faut passer à autre chose, sans vouloir défendre l’amateurisme et le gâchis d’ALI avec sa cohorte d’étrangers et penseurs bidons (ACCROMBESSI, FARGEON, LEE WHITE, etc.), il faut reconnaître que la page PING est tournée. Faut arrêter de rêver. A ses fidèles de le comprendre, même si la vérité n’est jamais bonne à entendre. Surtout un peu d’historique ça permet d’avancer. Il y a des talents dans le pays à vous de les reconnaître et de les soutenir. Les PING, les ALI BONGO, tout ça c’est du déjà vu, du pipo, ça ne vaut pas grand chose. En tous cas ça ne peut être eux l’avenir du pays.
    A bon entendeur….

  4. moundounga dit :

    Bjr. c’est franchement incroyable autant d’argent!!!. les uns parlent de crise, d’autres de “mauvais cœur” un fait est pourtant vrai la transparence n’est pas aujourd’hui au rendez vous. Entre ceux qui réclament et ceux qui bloquent le camp des frustrés va s’agrandir. Je me pose toujours une question comment les tenants actuels du système affiche autant d’assurance face au grossissement des insatisfaits, des mécontents et donc des potentiels opposants? Amen.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW