Au regard de la précarité dans laquelle ils vivent, 45 agents de la société Gabon fret sont entrés en grève de la faim illimitée depuis le 8 mai dernier au siège du ministère de l’Économie et du Budget pour réclamer le payement de 17 mois d’arriérés de salaires et la régularisation du plan social négocié avec les autorités.

Grèvistes de la faim Gabon

Quarante-cinq agents de la société Gabon Fret, spécialisée dans la manutention aérienne, sont entrés en grève de la faim illimitée depuis trois jours déjà. Ils réclament ainsi le payement de dix sept mois d’arriérés de salaires et la régularisation du plan social négocié avec les autorités.

«Notre grève de la faim a débuté le 8 mai dernier au siège de Gabon Fret et comme on s’est dit, que cela ne pouvait pas avoir d’écho, nous avons choisi de venir au ministère de tutelle, c’est-à-dire le ministère qui s’occupe même du dossier pour donner plus de ton à cette initiative», a déclaré Bouka Silver, porte-parole du collectif de grévistes.

La précarité dans laquelle se trouvent les agents de cette société est la conséquence de la fusion de la Société nationale d’acconage et de transit (Snat), Air Gabon et Delta Synergie, mais aussi de ce que toutes les demandes d’intervention et signaux de détresse adressés aux autorités compétentes sont restés lettre morte. Toutes choses qui ont motivé l’observation de cette grève de la faim pour réclamer les impayés de leurs salaires.

«Nous, nous sommes adressés au ministre de l’Économie, au Premier ministre sortant et l’actuel, et même au président de la République et rien ne s’est fait, nous n’avons reçu aucune réponse favorable. Le travail est fini au niveau de la direction de la privatisation. Nous avons été reçus en entretien par le nouveau ministre de l’Économie», a laissé entendre Bouka Silver.

«Nous sommes des jeunes Gabonais avec des familles. Nous sommes locataires pour la plupart et faisons l’objet d’humiliations de toutes sortes. Nous sommes harcelés par nos logeurs et un de nos collègues est obligé de se réfugier dans une église du réveil. Trois de nos enfants ont perdu la vie à cause de la précarité à laquelle nous sommes confrontés. Nous ne sommes plus capables d’assurer le minimum vital pour nous et nos familles», a lancé un agent gréviste.

Les employés de Gabon Fret ont été mis au chômage depuis novembre 2011. Spécialisée dans la manutention aérienne, Gabon Fret était à l’origine un démembrement d’Air Gabon, il a été privatisé en 1995 et n’a enregistré qu’une suite de problèmes depuis 2004 avec l’arrêt définitif des activités de la compagnie aérienne nationale gabonaise, mais la situation s’est empirée suite à la perte de son dernier gros client, la société aérienne Air France. Les employés assuraient alors que leur secteur d’activité ne se portait pas si mal que ça. Ils étaient donc convaincus que le cul-de-sac dans lequel ils se sont retrouvés n’était que la conséquence d’un mauvais management. Aujourd’hui, leur déplorable situation est le résultat du non-respect des procédures et des lois.

 
 

1 Commentaire

  1. PAMBAULT ENOMBO Bénédicte dit :

    Que voulez-vous dire dans le 3ème paragraphe? le sens est difficile à saisir. de plus, il serait préférable de faire relire vos articles par des spécialistes du domaine pour éviter un certain nombre de non-sens et d’incompréhension de la part de vos lecteurs.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW