Le conseiller spécial d’Ali Bongo et porte-parole de la présidence de la République serait-il devenu celui par qui toutes les propositions de nominations passent avant de recevoir le cachet d’Ali Bongo ? Une correspondance du patron de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) ayant fuité sur les réseaux sociaux le laisse penser en tout cas.

Ali Bongo malade, Ike Ngouoni serait-il devenu le nouveau maître des nominations à la présidence de la République ? © Communication présidentielle

 

Les ennuis de santé d’Ali Bongo aidant, Ike Ngouoni a visiblement pris de la bouteille. Ces derniers mois en effet, le conseiller spécial du chef de l’État et porte-parole de la présidence de la République semble être devenu une personnalité incontournable au palais du bord de mer. Tout ou presque passe désormais par lui, y compris les nominations au sein de l’administration publique. En témoigne la note que lui a adressé, le 13 mai dernier, Lee White sur la situation actuelle de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN).

Dans sa note, le secrétaire exécutif de l’ANPN s’inquiète auprès du porte-parole des «nombreux problèmes» occasionnés à l’agence des parcs après la création, non encore effective, de l’Agence nationale de la préservation de la nature. De par son courrier, Lee White perçoit donc Ike Ngouoni comme celui à qui il doit s’adresser pour solutionner ce problème et, surtout, rendre possible sa nomination comme patron de l’Agence nationale de la préservation de la nature, «cumulativement à ses fonctions actuelles», mais aussi la nomination «du Dr. Okouyi Okouyi Ngalefourou Wangama Vivien Jean Joseph au poste de Directeur général adjoint [ et ] la nomination ou le détachement d’agents assermentés des pêches».

En raison de ses ennuis de santé, Ali Bongo serait-il devenu aux yeux de certains, notamment de Lee White, peu utile ? Le chef de l’État servirait-il désormais de simple caution pour Ike Ngouoni qui déciderait dorénavant à sa place ? Le conseiller spécial du président de la République aurait-il finalement plus de pouvoir que le directeur de cabinet Brice Laccruche Alihanga, présenté pourtant à tort ou à raison comme le nouveau maître du jeu politique depuis l’AVC d’Ali Bongo, en octobre 2018 ?

En décidant d’écrire à Ike Ngouoni plutôt qu’à Ali Bongo ou à Brice Laccruche, Lee White devait avoir ses raisons, de bonnes raisons. Du moins, le patron de l’ANPN qui souhaite voir son pouvoir renforcé a dû être orienté, sans nul doute par le secrétariat général de la présidence de la République ou par un connaisseur des nouveaux usages du palais présidentiel depuis les ennuis de santé du «patron». Il ne saurait en être autrement. Sinon, comment comprendre la note (visible ICI) «à Monsieur Ike Ngouoni sur l’ANPN et la nomination d’une équipe de direction de l’Agence nationale de la préservation de la nature» signée, le 13 mai 2019, par le Pr Lee J.T. White, connu pour se réclamer à tout va du chef de l’État ?

 
 

1 Commentaire

  1. Georges Lloyd Menest Antchouet dit :

    Lee White s’adresse à Ike Ngouoni tout simplement parce qu’ils sont entre sujets de la reine…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW