Lui ayant officiellement cédé son poste de Premier ministre, mercredi, Emmanuel Issoze Ngondet a exprimé son assurance quant à la capacité de son successeur à remplir ses missions à la tête du gouvernement.

Emmanuel Issoze Ngondet (à droite) et Julien Nkoghe Bekale, le 16 janvier 2019, à Libreville. © Primature-Gabon

 

Emmanuel Issoze Ngondet n’est pas rancunier. A l’occasion de la cérémonie de passation des charges avec Julien Nkoghe Bekale, mercredi 16 janvier à l’Immeuble du 2-Décembre, il a exprimé son «extrême gratitude» au président de la République lui ayant accordé sa confiance plus de deux ans durant à la tête du gouvernement. Aussi, confiant du choix d’Ali Bongo, le nouveau Médiateur de la République ne voit-il que des qualités chez son successeur dont il est certain qu’il est à la hauteur de sa nouvelle tâche.

Pour l’ex-Premier ministre, en effet, «Julien Nkoghe Bekale présente tous les atouts pour réussir cette exaltante mission au service des Gabonaises et Gabonais». Et s’il ne lui a pas moins rappelé que «le Premier ministre est là pour durer et endurer», Emmanuel Issoze Ngondet a par ailleurs signifié à son successeur sa «totale disponibilité à lui apporter [son] aide et [son] soutien chaque fois qu’il en jugera la nécessité».

De son passage à la Primature, le nouveau Médiateur de la République a tout même cité quelques faits majeurs qu’il n’a pas manqué de compter parmi ses réussites : le dialogue politique d’Angondjé convoqué par Ali Bongo au sortir de sa réélection contestée, l’organisation des premières élections générales du pays en octobre 2018, l’adoption d’un Plan de relance économique (PRE) pour faire face à la crise qui perdure depuis fin 2014 et l’adoption d’un ensemble de mesures devant permettre, à terme, un meilleur fonctionnement de l’administration publique avec la réduction des dépenses publiques.

 
 

5 Commentaires

  1. bill ngana dit :

    Les Gabonais sont devenus presque indifférents à l’annonce d’un changement de Premier Ministre à Libreville. Ce n’est pas surprenant, car il fut une époque, parait-il, où l’un des plus anciens d’entre eux déclara qu’il n’a « jamais gouverné ». Il semble que la pratique perdure. Sous un certain Ndong Sima, des rumeurs de ce genre ont couru. Pourquoi pas pendant le “règne” de Issoze Ngondet, resté relativement discret pendant la maladie d’Ali Bongo ? Personnellement, je ne serais pas surpris de voir tout cela continuer sous Nkoghe Bekalé, d’autant que les hauts fonctionnaires de la présidence de la République nous habituent à une inutile et burlesque mélange des genres entre leurs attributions en qualité de collaborateurs du chef de l’Etat et leur tentation qui n’est même plus feinte, de devenir calife à la place du calife. En dépit des règles constitutionnelles en vigueur.

  2. LE SOULEVEMENT POPULAIRE dit :

    Regardez bien le visage de l’ancien premier ministre,il traduit une certaine forme de gène voir de déception.

  3. Ngouss Mabanga dit :

    Izzozet tu as un sourire jaune pourquoi?

  4. Mangoumba dit :

    Izzozet, tu es un haut cadre de la république, beaucoups l’aprouvent comme moi. Mais hélas tu n’avait pas d’espace libre pour faire avancer le pays.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW