Dans une récente allocution, l’ancien candidat de l’opposition à la présidentielle de 2016 a renouvelé son appel au rassemblement des Gabonais de tous bords politiques en empruntant à son ancien allié Jean de Dieu Moukagni-Iwangou son concept d’«union sacrée».

Jean Ping appelle à l’«Union sacrée» des Gabonais de tous bords politique (photos d’archives). © Gabonreview

 

Évoquée pour la première fois en 2016 par Jean de Dieu Moukagni-Iwangou qui appelait alors au rassemblement les différents partis de l’opposition gabonaise pour tenter de faire barrage à la candidature d’Ali Bongo à la présidentielle, le concept d’«Union sacrée» a refait surface trois ans après à l’occasion de l’adresse à la Nation de Jean Ping, le 16 août. Celui qui s’est une nouvelle fois présenté comme «le président élu du Gabon» l’a emprunté à son ancien allié pour renouveler son invite au rassemblement des Gabonais de tous bords politiques. Il en va de l’avenir du Gabon, a-t-il justifié.

Présentée comme «un impératif national» et «un devoir patriotique que nous avons l’obligation d’accomplir», l’Union sacrée souhaitée par Jean Ping vise à «sauver la Patrie en danger». En effet, dans son allocution, le chef de file de la Coalition pour la nouvelle République a dressé le tableau d’un Gabon où presque plus rien ne va, où souffle depuis trois ans «un vent criminel» et où «les souffrances, les pleurs et les drames du peuple ont franchi le seuil du tolérable».

Des militants du PDG seraient partants !

Si certains de ses anciens alliés de l’opposition avaient clairement décliné son invitation à la suite du premier appel, en 2018, à l’instar de Guy Nzouba Ndama et Jean de Dieu Moukagni-Iwangou, promoteur du concept deux ans plus tôt, l’Union sacrée de Jean Ping aurait trouvé un écho favorable auprès de certains cadres et militants du parti d’Ali Bongo.

L’opposant a, en effet, salué «les vrais patriotes qui, au sein du Parti démocratique gabonais, après s’être rendus à l’évidence, n’hésitent plus à dire qu’on ne peut plus continuer ainsi, que notre pays se meurt, et qu’il faut absolument faire quelque chose». Seulement, si Jean Ping dit vrai, aucun PDGiste ne s’est officiellement joint à lui jusqu’à lors.

 
 

4 Commentaires

  1. Martine dit :

    “L’ancien candidat” ET PRÉSIDENT ÉLU DU GABON SVP.

    LE JEU DU QUAI D’ORSAY DOIT CESSER MAINTENANT. LES MAGOUILLES DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES QUI ONT PERDUREES DES DÉCENNIES ONT PRIS FIN EN 2016.

    JEAN PING EST LE PRÉSIDENT ÉLU DU GABON.

    VOTRE CINÉMA DE NOUS FAIRE CROIRE QUE VOUS IREZ ENCORE AUX ÉLECTIONS EN 2023 NE SE FERA PAS. LA RÉCRÉATION EST TERMINÉE.

  2. Paul dit :

    Le PR vous a tendu la main et vous l’avez refusé, il n’y aura plus de dialogue rejoignez la locomotive c’est simple. Le PR a dit cape sur le front social, on a plus le temps pour la politique politicienne, on n’est plus sous Omar Bongo, on veut des bosseurs, si vous avez des propositions faites les sinon continuez à vous dorer la pilule au bord de votre piscine.

  3. B2 dit :

    IL FAUT PROTÉGER NOTRE PRÉSIDENT ÉLU, JEAN PING. IL COURT DE GRANDS DANGERS. FAITES ATTENTION AUSSI A CE QU’IL VA MANGER OU BOIRE. MÊME LE QUAI D’ORSAY CHERCHERA A L’ÉLIMINER. IL N’EST POURTANT PAS UN FAUTEUR DE TROUBLES. LES VRAIS FAUTEURS DE TROUBLES C’EST CE RÉGIME USURPATEUR ET LE QUAI D’ORSAY* QUI MANIPULE TOUT.

    *NB: Il est bon de faire la différence entre France et Quai d’Orsay. Parce que tous les français ne sont pas nos ennemis. Il y a de bons français, ceux qui sont aussi de notre côté, et qui réclament aussi que JUSTICE SOIT RENDUE AU PEUPLE GABONAIS; c’est à dire la victoire de monsieur Jean Ping à la dernière présidentielle de 2016. Merci à eux…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW