Élu au deuxième tour des élections législatives du 27 octobre 2018, dans le 2e arrondissement de la commune d’Akanda, nommé ministre délégué au gouvernement, le 12 janvier 2019, Franck Nguéma, l’ancien candidat indépendant, sous la bannière du Groupe Lumière, est revenu, le 9 février 2019, vers sa base électorale. But de la manoeuvre : témoigner de sa gratitude, expliquer son entrée au gouvernement et rappeler les promesses et engagements pris qu’il compte tenir.

Franck Nguéma, le 9 février 2019, à Akanda. © Gabonreview

 

Dans la foulée des événements sociopolitiques qui secouent le pays depuis la maladie et la convalescence du président de la République au Maroc, l’entrée en service des députés de la 13e législature et la nomination du nouveau gouvernement, le ministre délégué auprès du ministre des Forêts et de l’Environnement, chargé du Plan climat, Franck Nguéma, a tenu à revenir vers ses électeurs. L’objectif des rencontres organisées respectivement à l’église Saint Christophe d’Avorbam puis dans l’enceinte du Séminaire international spiritain Daniel Brottier d’Agondjé, était, pour le nouvel élu, de communier avec ses partisans, leur dire sa gratitude et rappeler les engagements qu’il a pris vis-à-vis des électeurs ayant largement contribué à cette ascension.

Quelques moments de l’évènement. © Gabonreview

Avant l’esplanade du Séminaire international spiritain Daniel Brottier, à Angondjé, le député s’est rendu à l’église Saint Christophe d’Avorbam. Là, une messe d’action de grâce a été demandée pour «remercier le Très haut de ses bienfaits». «J’ai d’abord le très haut devoir de remercier profondément Dieu, le Père Tout-puissant, à qui tout est possible, mais sans qui et par l’esprit de vérité, rien de vrai, de bien, de beau n’est possible à l’homme, dont la véritable vocation ici bas, est de renouer avec le divin par la foi, l’espérance et la charité», a déclaré Franck Nguéma.

Face à ses partisans venus nombreux, comme lors de ses précédentes sorties publiques, Franck Nguéma a lancé : «au peuple du 2e arrondissement d’Akanda, ma suppléante (Jeanne Prisca Anguillet Ngouandji) et moi, nous vous disons merci. Merci sincèrement ! Merci beaucoup ! Sans vous, nous ne sommes rien. Nous ne vous oublierons pas. Laissons le temps au temps et à la fin de notre mandat nous ferons le bilan».

S’expliquant sur son entrée au gouvernement, il a rappelé qu’il ne s’agit que du «fruit de la constance de l’homme politique ayant bénéficié de la légitimité populaire par le suffrage universel». Toutefois, il a souligné que cela relève également du pouvoir discrétionnaire du président de la République qui, sur proposition du Premier ministre, l’a choisi pour intégrer l’équipe gouvernementale, alors même qu’il n’a fait son entrée en politique qu’il y a moins d’un an. Et d’indiquer que «c’est un honneur, mais surtout une preuve de confiance du Chef de l’État que je m’efforcerai à préserver, autant que faire se peut, par un travail efficace et concret au profit des populations gabonaises».

S’il se réclame toujours de son mentor André Mba Obame, l’homme d’affaires, promoteur de la chaine de télévision privée TV+, souligne qu’il s’est présenté à l’électorat comme un homme indépendant de tout parti politique. «Un homme issu de la société civile, un homme qui parle à tout le monde, un homme du juste milieu sur l’échiquier politique, ni à gauche, ni à droite, mais tout droit devant, avec toutes les Gabonaises et tous les Gabonais, de tous bords politiques et toutes sensibilités sociales, sans exclusive, des femmes et des hommes qui veulent véritablement travailler à la construction du Gabon et œuvrer au bonheur des Gabonais», a-t-il martelé, indiquant par ailleurs qu’il s’agit de sa spécificité politique qu’il assume aisément.

Franck Nguéma a noté que «les Gabonais ont trop souffert depuis années des divisions intestines, des intérêts mesquins et de l’égoïsme qui ont mené le Gabon au bord du chaos». Pour le nouveau député, «le temps est au rassemblement véritable, coûte que coûte, pour sauver notre pays». «Le Gabon sera construit par tous les Gabonais, et non pas par un camp ou par un clan, qu’il soit de la majorité ou de l’opposition ou de la société civile. C’est une vision du Gabon que je partage avec de nombreux concitoyens», a-t-il déclaré. «Nous n’avons pas de pays de rechange», a-t-il martelé.

Au titre des projets lui tenant à cœur au bénéfice des populations, il y a notamment la demande du vote d’une loi pour la construction des logements sociaux, une modification du Code de protection sociale pour que l’allocation au chômage soit payée aux salariés ayant perdu leurs emplois.

 
 

1 Commentaire

  1. Jean-Pierre Mabignath dit :

    Franck Nguema est un homme constant dans sa politique et il incarne beaucoup de voleurs que le peuple recherche tant chez les homme politique que nous sommes.
    Son entrée au gouvernement pour moi n’ais pas une surprise,le Gabon à besoin des hommes qui veulent construire et non détruire.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW