La Caisse nationale d’assurance de sécurité sociale (CNSS) a invité une centaine d’administrations, collectivités locales et entreprises, à régulariser leur situation en termes de paiement des cotisations sociales. Faute de quoi, les récalcitrants se verront suspendre les prestations de leurs différents salariés à compter du 25 mars.

Le siège de la CNSS à Libreville. © Gabonreview

 

Excédée par le non-versement des cotisations sociales de certains employeurs depuis plusieurs mois, la Caisse nationale d’assurance de sécurité sociale (CNSS) a haussé le ton. Indexant nommément une centaine d’administrations et sociétés, la CNSS a invité les concernés à se mettre immédiatement à jour.

«La CNSS porte à la connaissance des administrations, collectivités locales et entreprises, non à jour dans le versement de leurs cotisations sociales depuis plusieurs trimestres, qu’elles sont priées de se présenter à sa direction de l’Immatriculation et du Recouvrement sise au 5e étage de l’immeuble abritant son siège social (à Libreville, ndlr), ou dans ses directions régionales et agences réparties sur l’ensemble du territoire national, pour régularisation de leurs situations respectives», indique un communiqué publié le 18 mars.

Pour mener à bien ses missions, la CNSS doit de trouver des sources de financement idoines lui permettant de répondre aux attentes de ses assurés et ainsi, pérenniser son activité. Pour garantir le paiement des cotisations de ses assurés, la CNSS a recours à des recouvrements de cotisations des salariés et fonctionnaires auprès des employeurs.

Par effet d’entrainement, l’absence de cotisations sociales grève sérieusement l’action de la CNSS dans ses missions sociales. D’où cet urgent rappel à l’ordre. Et pour contraindre les employeurs à s’exécuter, la CNSS a prévenu que les récalcitrants se verront suspendre les prestations de leurs différents salariés à compter du 25 mars ; ainsi que le rejet des dossiers de nouvelles demandes de prestations, «jusqu’au paiement des sommes dues».

Par ailleurs, a prévenu la CNSS, «des actions en recouvrement forcé seront mise en œuvre à l’endroit de ces des administrations, collectivités locales et entreprises, en sus des autres mesures coercitives».

 Auteur : Nelly Andeme (Stagiaire)

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW