Face à la grave crise qui secoue le Gabon, sur plusieurs aspects de son fonctionnement, le président du Rassemblement héritage et modernité (RHM), Alexandre Barro Chambrier, a préconisé, le 21 décembre, la solution politique et institutionnelle pour le retour à la stabilité dans le pays.

Alexandre Barro Chambrier au siège de RHM, à Libreville, le 21 décembre 2018. © D.R.

 

Quelques invités de l’opposition au siège de RHM. © D.R.

Le président du Rassemblement héritage et modernité (RHM) s’est exprimé, ce vendredi 21 décembre, sur la situation de crise que traverse le pays depuis 2009, indiquant une piste de solution susceptible de sortir le pays de l’impasse. Pour Alexandre Barro Chambrier, la classe politique gabonaise, de tous bords, doit assumer sa responsabilité devant le peuple gabonais. Elle ne peut pas continuer de faire semblant de ne rien voir ou d’éviter d’en parler.

«A la grave crise économique et sociale, s’est surajoutée la crise post-électorale de 2016, et depuis deux mois, une nouvelle crise institutionnelle. Il y a aujourd’hui, plus que jamais, une exigence d’éthique, d’efficacité et de patriotisme à trouver une solution politique et institutionnelle qui prenne en compte le cadre constitutionnel qui régit actuellement le pays», a déclaré le président du RHM, en présence de ses pairs de l’opposition, parmi lesquels Zacharie Myboto, Guy Nzouba Ndama et Jacques Adiahenot.

Estimant que chacun à son niveau, doit être interpellé par l’exigence de sauvegarder la stabilité du pays et la cohésion nationale, Alexandre Barro Chambrier a appelé les institutions établies, les partis politiques et la société civile à s’approprier le combat pour le retour à sérénité et à la concorde.

«Dans ce contexte, je renouvelle notre appel du 15 novembre 2018 à toutes les forces patriotiques à se mobiliser et à se regrouper pour réfléchir ensemble à la situation actuelle afin d’esquisser des solutions responsables et durables dans l’intérêt du Gabon, notre patrimoine commun», a-t-il lancé, non sans inviter l’Union africaine à relancer et concrétiser dans les meilleurs délais son projet d’envoi, à Libreville, d’une mission d’écoute et d’information.

«La situation politique du Gabon ne doit plus être un sujet tabou au prétexte de la souveraineté nationale. Du reste, l’Afrique centrale est une région marquée par une instabilité avérée dans plusieurs de ses pays. L’Union africaine doit donc mettre en œuvre les instruments d’alerte précoce et de règlement préventif des conflits dont elle dispose, pour aider le Gabon à sortir des incertitudes qui planent actuellement sur son destin», a conclu Alexandre Barro Chambrier.

 
 

26 Commentaires

  1. Achille Max MBENG dit :

    Merci Professeur!!

  2. @Barro Chambrier,
    Commence par te rendre Samedi 22 Décembre au QG de Jean Ping; la solution de sortie de crise s’y trouve.
    Un conseil, arrête ton double jeu.

    • Inongo Ayile dit :

      Cette polémique autour de l’incontournabilité de Jean Ping est vaine. La réalité du moment impose que l’opposition ensemble, la société civile ensemble, et les forces connexes ensembles se mobilisent pour y faire face. cela demande aussi que Jean Ping revête l’habit de l’humilité et aille vers les autres. C’est aussi cela la force d’un leader qui se définit comme un rassembleur. Un leader n’est pas un chef de gang ni un gourou de confrérie à qui l’on doit dévouement. Ping sera malheureusement largué s’il croit que c’est au charbonnage que le pouvoir lui sera déposé sur un plateau. Un pouvoir est une conquête et une conquête à l’issue d’une lutte âpre.

    • Okenkali Jules dit :

      Vous faitiguez les gens avec Ping…. Ping a déjà fait quoi de sérieux depuis que vous le connaissez…. On lui a donné sa chance, il a raté… Passons à autre chose

  3. Serge Makaya dit :

    PAUVRE CHAMBRIER ! EN TOUT CAS, CE N’EST PAS TOI QUI FERA TOMBER CE RÉGIME BONGOISTE. TOI MÊME TU AS ÉTÉ CORROMPU PAR BOA. CA REJOINDRE JEAN PING QUI CONNAÎT PARFAITEMENT LE SYSTÈME DIABOLIQUE DES BONGO ET QUI VEUT JUSTEMENT EN METTRE FIN. LES ÉMERGENTS DISENT SOUVENT DE JEAN PING QU’IL ÉTAIT DU SYSTÈME BONGO. OUI, C’EST VRAI. RAISON DE PLUS POUR FAIRE CONFIANCE À JEAN PING QUI SAIT COMMENT ABATTRE CE SYSTÈME POURRI, CANCÉREUX, ET QUI CONTAMINE TOUT LE GABON. IL A ÉTÉ DU SYSTÈME, IL SAIT COMMENT ÇA FONCTIONNE, IL NOUS AIDERA DONC À CASSER CE SYSTÈME DIABOLIQUE POUR TOUJOURS. VIVE JEAN PING. VIVE LA NOUVELLE RÉPUBLIQUE DU GABON LIBRE.

  4. sergio dit :

    l UA a déjà montré son incapacité a se prononcé objectivement sur le cas du
    GABON en 2016. comment Chambrier peut il encore compter sur cette institution?

  5. Cathy dit :

    Question au sujet de BOA: où sont les journalistes d’investigations pour nous dire exactement où est cet assassin-usurpateur ? Ils aiment bien faire des enquêtes, qu’ils en fassent maintenant sur BOA.

  6. François dit :

    Les gabonais de la diaspora, est-ce que vous ne pouvez pas faire intervenir un détective privé pour qu’on sache toute la vérité sur l’assassin et usurpateur BOA ?

  7. Hugo dit :

    Quand vous lisez ce vieil article du “MONDE”, vous pouvez comprendre que ce ne sera pas FACILE de CHASSER les BONGO du pouvoir.

    https://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2005/11/26/la-bande-a-bongo_714579_3208.html

  8. SERGE MAKAYA dit :

    Pour une fois, j’accepte que Jean Ping ne devienne pas Président du Gabon. quoiqu’il le mérite, puisqu’il a gagné la présidentielle de 2016.

    Moi, pauvre Makaya, je propose ceci : IL FAUT QUE LE GABON SOIT GOUVERNE PAR PLUSIEURS PERSONNES, ET SI POSSIBLE, IL FAUT UNE PERSONNE POUR TOUTES LES ETHNIES DU GABON. UNE PERSONNE PAR ETHNIE DU GABON PEUT CONSTITUER NOTRE PARLEMENT. ON N’A PAS BESOIN DE SÉNAT. LE PARLEMENT SUFFIT LARGEMENT. ET ON DONNE LES PLEINS POUVOIRS AU PARLEMENT (exécutif et législatif).

    On nomme un Président de la république qui nommera son Premier Ministre qui proposera un gouvernement. Ce Président et le premier ministre vont travailler pour le bien être des Gabonais. Et quand il s’agira de prendre une décision qui nécessite un débloquement de FOND, il faudra l’AVAL du PARLEMENT… Qu’en pensez-vous ?

  9. SERGE MAKAYA dit :

    SVP que le Gabon ne mette pas à la tête du pays des abrutis… mais des hommes et des femmes instruis de toutes nos ethnies… SVP…

  10. Eternité dit :

    Monsieur CHAMBRIER, votre solution de sortie de crise par la voie institutionnelle , n’est que l’application du respect de la loi fondamentale, donc rien de nouveau sous l’équateur.

    Votre solution somme toute la plus légaliste ( ce qui ecartera toute revendications de la part de PING ), amenera le pays vers des élections anticipées dont j’imagine, vous serez candidat…mais si j’ai un conseil a vous donner…. ne vous presentez pas !! ni vous, ni Nzouba, ni Moukagni et encore BBM…vous n’êtes plus audible et ne representez que vous meme ou les interets de votre clan et famille…

    Les gabonais vous ont vomi …

    Ralliez vous a un candidat unique comme en 2016, un candidait qui n’a pas trahi le peuple comme vous l’avez fait en participant aux legislatives….

    En tout cas..vous ne serez jamais président

    • @Eternité,
      Votre message est clair et sans équivoque. Le peuple n’a pas la mémoire courte. Tous ceux qui trahi le résultat sorti des urnes à l’élection présidentielle de 2016, se sont exclus eux même de la politique. Ils en ont fait la triste expérience aux dernières élections législatives.

  11. Bernard Nkogue dit :

    Pourquoi ne pas créer un GROUPE qui va aider l’Afrique à se relever ? SVP… On a besoin de vous, français comme Africains… LES RICHESSES AFRICAINES DOIVENT ETRE CONFISQUÉES.

    https://youtu.be/9Be51_qbT0s

  12. PAUL dit :

    Ali Bongo doit VRAIMENT Partir…

  13. ADN dit :

    Je ne pense pas que le opposants pourrons déstabiliser la famille Bongo avec une telle attitude.

  14. Bernard Nkogue dit :

    LE GABON PEUT SE CONSTRUIRE SANS UN SEUL MENEUR.

    JEAN PING A VRAIMENT GAGNE LES ELECTIONS PRÉSIDENTIELLES DE 2016.

    MAIS ON PEUT SE PASSER DE LUI AUJOURD’HUI.

    ON PEUT CONSTRUIRE UN NOUVEAU GABON SANS LUI. IL FAUT UN GABON NEUF. UN GABON GÈRE PAR UN GROUPE DE PERSONNES. ÉVITONS DE METTRE UNE SEULE PERSONNE AUX COMMANDES DU PAYS TOUT SIMPLEMENT…

  15. SERGE MAKAYA dit :

    Je n’ai toujours pas de réponse de TOTAL ELF quand à la question de savoir pourquoi les BONGO ont droit à 18% des recettes pétrolières du Gabon, avantage que Léon MBA (premier Président du Gabon) n’a pas eu…

  16. La douleur dit :

    Finalement il n ya qu’un seul projet de socièté ici (ABO doit partir ),et que dire des autres qui tapis dans l’ombre ne fond que brader cette belle république avec la plus grande voracité.
    En ce qui me concerne le mal du Gabon viens de tous ces enfants qui gerent aujourd’hui ce pays sans meme faire partie du système PDG,notre pays est à refaire ,la corruption est ancrée au plus profond de nos ames ,nous ne savons plus aimer quoi que l’on fasse ce pays ne changera pas si nous ne prenons pas la decision de changer de mentalité .

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW