Depuis trois mois, le secrétaire exécutif de Brainforest ne parvient pas à récupérer son passeport, dont il déposé la demande de renouvellement aux services compétents à Libreville. Une volonté manifeste d’empêcher Marc Ona de sortir du pays ?

Depuis trois mois, la DGDI peine à renouveler le passeport de Marc Ona. © AFP

 

Que se passe-t-il avec le passeport de l’activiste Marc Ona ? Depuis juillet, le secrétaire exécutif de Brainforest ne parvient pas à récupérer le document de voyage, dont il déposé la demande de renouvellement aux services de la Direction générale de la documentation et de l’immigration (DGDI), à Libreville.

«Mon passeport est saturé et j’ai déposé une demande de renouvellement à la DGDI, le 3 juillet. C’est ma cinquième demande pour un passeport et à chaque fois, je fournis le même dossier, avec toujours les mêmes documents. J’ai été enregistré, un bordereau m’a été remis et j’ai eu un rendez-vous pour la semaine prochaine. Le jour J, je suis passé et l’on m’a fait comprendre que mon passeport n’était encore prêt. C’était comme ça tout le mois de juillet», a raconté Marc Ona, joint au téléphone le 9 octobre.

Avec les changements intervenus à la tête de la DGDI, en août, l’activiste dit s’être armé de patience, le temps que la nouvelle équipe prenne ses marques. Il y est retourné en septembre, même scénario : le jour du rendez-vous, le précieux sésame n’était toujours pas prêt. Pensant que son dossier a été égaré, Marc Ona en a déposé un nouveau à la DGDI, le 4 octobre.

Une semaine plus tard, le 8 octobre, l’acteur de la société civile s’est à nouveau rendu à la DGDI. «Sur place on m’a servi la même recette : le document n’est pas encore prêt», a regretté Marc Ona. Une situation pénalisante, l’ayant amené à décommander plusieurs invitations à des évènements internationaux. Au point que l’activiste en vienne à se demander si cette situation n’est pas voulue et entretenue.

«J’ai dit à la DGDI que s’il y a un souci, qu’on me le dise et je prendrais mes responsabilités en assumant ce qui m’est reproché. Aujourd’hui, le passeport s’établit en une semaine. Trois mois, ça fait long. Dans les 48 heures, j’ai un ultime rendez-vous avec le patron de la DGDI. Si je ne suis pas entré en possession de mon document, je ferai un véritable scandale dans cette administration», a promis Marc Ona.

Acteur influent de la société civile, Marc Ona est connu pour ses prises de position, n’hésitant pas parfois à critiquer ouvertement le régime d’Ali Bongo. En tout cas, cette affaire risque de faire une mauvaise publicité du Gabon auprès des ONG internationales de défense des Droits de l’Homme.

 
 

6 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Le Gabon, comme beaucoup d’autres pays d’Afrique et du reste du monde, est une prison à ciel ouvert. Regardez bien Fargeon Brice, il a des traits de ressemblance avec Hitler Adolf. A Ntare Nzame !!! Pauvre Gabon !

  2. Hubert Florent dit :

    Le Gabon est entre les mains d’étrangers qui se comportent pire que les gabonais voleurs que j’ai connu quand j’ai travaillé dans ce pays. Ce peuple extrêmement gentil risque de tout perdre chez lui à cause de son extrême gentillesse. Un conseil à ce peuple: il est grand temps de vous réveiller. Sinon vous allez devenir des étrangers dans votre propre patrie.

    Un autre conseil: ne faites jamais confiance à des gabonais d’adoption. C’est par intérêt qu’ils le sont, et non pas pour le bien de votre pays. Et tout les pays ayant des hommes et des femmes adoptés peuvent le constater aussi. Très rare dont les adoptés qui se battent vraiment pour le pays d’accueil. Enfin, vous comprenez parfaitement ce que je veux dire…

  3. diogene dit :

    Que se passe t il ? il n’y a plus que des commentaires racistes et/ou xénophobes.
    Et rien sur le fonds, aucune analyse.
    Juste de la haine à deux CFA.

    L’arbitraire sévit au Bongoland comme dans tous les pays fascistes. Que monsieur Essengui ne se formalise pas , il faut juste se battre pour chaque parcelle de liberté volée.
    Courage

  4. Trouillarde dit :

    @Hubert Florent
    Vous devez vous exprimer en qualité de raciste et xénophobes en chef. Les français pourraient dire la même chose des 15 millions d’immigrés qu’ils ont chez eux et qui à 99,99% sont des immigrés économiques qui coutent des dizaines de milliards d’euros à la France chaque année.
    En comparaison, ce que prend Fargeon c’est du pipi de chat.
    Que faites vous de la Gabonaise naturalisée française Danielle OVONO à l’assemblée nationale française ? Qui plus est, elle crache sur la France en permanence.
    Personne ne lui dit rien car elle exerce sont droit.

    J’en conclue donc que vous préférez et aimez la dictature et par inversion vous soutenez ce régime.

  5. moundounga dit :

    Bjr. Tchouoo on compare maintenant BLA au tout puissant Adolf Hitler des SS nazis sacré nom de Dieu quelle promotion! non faut pas exagéré, l’Allemand est incomparable et était destiné à être comme cela. BLA par contre on le situe ou?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW