Alors que leur fermeture était prévue le 8 avril, suite à de sérieuses difficultés de fonctionnement, les établissements scolaires de l’Église de l’alliance chrétienne missionnaire du Gabon (EACMG) poursuivent normalement leurs activités. Une promesse du gouvernement a partialement désamorcé cette bombe qui lui pendait au nez.

Des élèves du collège Jérémie Bakoukou-Ba-Mouidy. © D.R.

 

Les cours se poursuivent normalement au sein des établissements scolaires de l’Eglise de l’alliance chrétienne missionnaire du Gabon (EACMG). La fermeture annoncée des écoles, collèges et lycées de l’alliance chrétienne, prévue le 8 avril, n’a finalement pas eu lieu.

Dans une récente lettre adressée au ministre de l’Éducation nationale, le pasteur président de l’EACMG a fait part de son intention de fermer les établissements sous son ordre d’enseignement, à compter de la rentrée des classes du 3e trimestre. Une décision que Victor Ndoukou Moukoko a justifiée par de «multiples difficultés de fonctionnement dues au non-paiement de la subvention de l’État depuis cinq ans d’une part, et le non-paiement des frais d’écolages pour les années scolaires 2017-2018 et 2018-2019, d’autre part».

Il n’en est visiblement rien sur le terrain, comme l’a signifié l’Inspection centrale des services (ICS) de l’enseignement supérieur aux chefs de secteurs scolaires, proviseurs et principaux des établissements secondaires de l’enseignement de l’EACMG. «Depuis deux jours, la lettre du pasteur président de l’EACMG est reprise dans la presse en ligne et sur les réseaux sociaux avec des interprétations diverses et à connotation politique pour certains», a regretté l’ICS.

À cet effet, l’ICS a demandé à ses interlocuteurs d’appliquer les consignes qui leur ont été données. «Il est rappelé que les consignes à exécuter le 8 avril sont celles qui consistent à la prise en compte de l’engagement du ministre du Budget, qui a fermement promis le règlement incessant de la situation (…) En somme, nos établissements seront ouverts comme d’habitude. Et chaque responsable déconcentré est tenu de nous faire le point de cette rentrée scolaire au fur et à mesure», a souligné l’ICS.

Reconnu d’utilité publique, l’enseignement privé de l’EACMG compte six écoles préprimaires, 42 écoles primaires, deux collèges, deux lycées et une école de formation des enseignants. Rien n’a cependant filtré sur l’échéance à laquelle la situation sera réglée par le gouvernement. La subvention de fonctionnement n’est plus versée aux ordres d’enseignements confessionnels de l’église. Elle se chiffre à 100 millions de francs CFA par an.

Le personnel non statutaire de l’EACMG accumulerait aussi près de 90 millions de francs CFA de salaires impayés. Dans tous les cas, il a été demandé aux responsables d’établissements de surseoir la mesure du pasteur président en accueillant les apprenants «comme d’habitude» et «procéder au déroulement habituel des activités». Le gouvernement s’accorde ainsi un petit sursis. Mais la menace couve toujours !

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW