L’African Music Institute (AMI), partenaire de Berklee College of Music de Boston, a lancé, le 11 février à Libreville, sa première cuvée de Master Média Management et Music Business. Ce Master est parrainé par le président du groupe Trace, Olivier Laouchez.

La réunion de présentation du Master Média Management & Music Business aux étudiants en présence du directeur général de l’AMI, du directeur pédagogique du programme et de l’architecte du projet, le 14 février. © AMI

 

L’African Music Institute (AMI) a effectué sa première rentrée académique le 11 février, avec l’ouverture du parcours Master Média Management et Music Business. La journée du 14 février a été consacrée à la présentation des contenus des offres académiques proposées par l’Ami et son partenaire français, l’Institut d’études avancées de Paris (IEA Paris).

Selon le directeur pédagogique du Master Media Management et Music Business, Guy-Roger Mombo, les étudiants admis à ce programme sont diplômés d’une licence ou d’un Bachelor et ont été sélectionnés sur la base de leur background dans le secteur des médias et de la musique et leur compréhension de la situation actuelle du marché ; tant au niveau professionnel, qu’académique. Toutefois, «la pratique d’un instrument de musique a été un atout dans le choix de leur profil», a-t-il indiqué. Ce Master est parrainé par le président du groupe Trace, Olivier Laouchez.

Après deux ans d’études, les étudiants seront diplômés à la fois de l’Ami, un Master reconnu au Gabon, en Afrique Francophone et en France, mais aussi de l’IEA de Paris. «L’objectif de l’Ami est d’éduquer, former et enrichir les connaissances des étudiants afin que chacun d’entre eux, une fois diplômé, fasse partie de l’élite de l’industrie musicale, des médias et véhicule un véritable savoir-faire dans son pays ou sur le continent. Plus qu’une formation, l’Ami contribue à un projet de vie visant l’excellence dans le domaine de la musique et des arts», assure la direction générale de l’Ami.

Cet établissement, situé à la Sablière, en face de l’hôtel Onomo, au nord de Libreville, devrait accueillir environ 140 étudiants chaque année. Il bénéficie de ressources technologiques optimales : studios d’enregistrement, équipements et installations de pointes, salle de spectacle, studios de télévision, régies vidéo et son.

 
 

1 Commentaire

  1. Ikobey dit :

    Parfait pour être chômeur !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW