Après le Haut-Ogooué et le Woleu-Ntem, les membres de l’Association des jeunes émergents (AJE) ont organisé le 7 mai 2016, au collège Ntchoreré, à Libreville, des ateliers thématiques sur le thème principal de l’autonomisation des jeunes. Objectif : appeler les jeunes à la prise en main de leur destin.

Jeunes émergents, le 7 mai 2016 à Libreville. © Gabonreview

Jeunes émergents, le 7 mai 2016 à Libreville. © Gabonreview

 

« La manifestation de ce jour vise à apporter notre contribution à la journée citoyenne initiée par les plus hautes autorités de l’Etat. Nous y organisons une série d’ateliers dont l’objectif principal est l’autonomisation des jeunes et la prise en mains de leur destin par eux-mêmes », a déclaré président de l’AJE, Brice Laccruche Alihanga.

Brice Laccruche Alihanga, président de l’AJE, le 7 mai 2016 au collège Ntchoreré, à Libreville. © Gabonreview

Brice Laccruche Alihanga, président de l’AJE, le 7 mai 2016 au collège Ntchoreré, à Libreville. © Gabonreview

Les principales activités de cette rencontre citoyenne ont permis aux organisateurs de développer avec l’appui des experts nationaux,  les thématiques mettant en exergue les politiques publiques en matière de lutte contre le chômage et l’entrepreneuriat des jeunes. « Nous recherchons à travers les 7 ateliers organisés à donner aux jeunes, sans distinction de bord politique, les outils pour créer leurs propres entreprises ou saisir les opportunités d’emploi qu’offre le gouvernement. L’Etat providence n’existe plus », a souligné Clotaire Mpiga, secrétaire général de l’AJE.

Au-delà des ateliers, les leaders de l’AJE ont profité de la rencontre de samedi dernier, pour  défendre le bilan du président de la république Ali Bongo Ondimba, qu’ils ont jugé « positif ». Ils ont appelé les jeunes à soutenir sa candidature et à le voter massivement lors de la présidentielle du mois d’août prochain.

Après Libreville, les membres de l’association des jeunes émergents envisagent de se rendre dans la Ngounié et dans la capitale économique du Gabon, à Port-Gentil, dans les prochains mois « pour défendre le bilan d’Ali Bongo Ondimba » et inviter les jeunes de ces localités à la prise de conscience de leurs responsabilités face aux questions concernant le développement du pays et la lutte contre le chômage.

 

 
 

2 Commentaires

  1. Diana Calendre dit :

    Jeunesse GABONAISE de la honte et de la faim.

  2. Bonanza dit :

    Et bien dites donc!!! Lacruche Alianga, le parfait exemple des jeunes émergents. Après avoir bénéficié de “l’égalité des chances” très cher au distingué camarade, ce jeune gabonais ” conscient “, s’est tout de même distingué par des méthodes de management peu orthodoxes à la BGFI, tant sur le plan de la gestion des ressources humaines, que sur le plan des finances de la banque. Ce qui lui a d’ailleurs valu un passage par la case “sans famille”. Mais l’égalité des chances a la dent dure. Il rebondira par la suite en devenant le conseiller financier du ministre de la défense. Aujourd’hui il est DG de la Cnnii, une société d’état. L’égalité des chances prend ici tout son sens. Lacruche Alianga: icône de l’égalité des chances.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW