L’horizon de la diplomatie gabonaise ne donne aucun signe favorable. Les mois et les années passent, les problèmes demeurent. Le ministère des Affaires étrangères semble se satisfaire, à travers les ambassades gabonaises, de figurer dans la rubrique des faits divers, à une ou deux exceptions près. 

L’ambassade du Gabon à Prétoria, en Afrique du Sud. © virtualglobetrotting

 

La belle bâtisse qui abrite la mission diplomatique gabonaise à Prétoria, en Afrique du Sud, dirigée par André William Anguilé, est fermée depuis le début de cette semaine pour non-paiement des factures d’électricité. Depuis plusieurs mois, celles-ci s’accumulaient et ne trouvaient pas de «réponse adéquate» auprès des services compétents. L’opérateur sud-africain de l’électricité s’est ainsi vu obligé d’en interrompre la fourniture.

En plus de ces problèmes d’électricité, l’ambassade du Gabon en Afrique du Sud fait aussi face au non-paiement des factures de divers autres fournisseurs et à des arriérés de salaires des contractuels locaux – ceux qui n’ont pas le statut de diplomate. Selon des informations recueillies sur place, la mission diplomatique aurait également des dettes à l’égard des bailleurs. Quelques mois de loyers concernant les résidences des diplomates seraient ainsi en attente de paiement.

A quoi sert-il d’aller en diplomatie aujourd’hui ?

 «S’il n’y avait que l’ambassade du Gabon à Prétoria qui faisait face à de telles situations, on se dirait que c’est un oubli bien malencontreux, mais c’est pareil partout», affirme un conseiller des Affaires étrangères en poste au ministère concerné. «Quand on sort des écoles et qu’on arrive dans ce ministère, on se dit qu’un jour, on ira représenter le pays à l’extérieur en qualité de diplomate, mais aujourd’hui, être nommé à l’extérieur, c’est la garantie d’aller souffrir là-bas avec nos familles, parce que le jour où le propriétaire passe, on est malheureux. A quoi sert-il encore aujourd’hui d’aller en diplomatie ?», s’indigne un chef de division.

Comme le révélait Gabonreview la semaine dernière, il faut environ 11,8 milliards de francs pour résoudre, de manière globale, les charges et les dettes de l’ensemble des missions diplomatiques et postes consulaires gabonais à l’étranger. Une dette qui, aux dernières nouvelles tenant compte des nouvelles factures, s’élèverait aujourd’hui «à près de 13 milliards de francs», selon un haut fonctionnaire du ministère du Budget.

 
 

10 Commentaires

  1. Aimée NTENEKO dit :

    Le ministère des Affaires étrangères est un département maudit. Le 15 février, il y a eu un début d’incendie, vite annihilé heureusement par les agents. Et à l’extérieur, on clochardise les diplomates gabonais, et les ambassades voient arriver des représentants des fournisseurs. Maudit, Vous avez dit maudit ?

  2. jean jacques dit :

    chers amis, internautes, quand le premier president avait dit qu’on avait pas besoin de l’Independance, il avait rason, par ce que nous meme africains de certains pays comme le Gabon malgre le petrole le bois maganese, ou va notre argent, la diplomatie dans les pays serieux c’est un metier noble qui represente l’image et la capacite du pays, vous allez attendre que l’Ethiopie son Ambassade est fermee, non on arrive pas a construire un batiment moderne , la diplomatie elle meme n’est pas valorisee, les diplomates sont abandones, l’ecole de ena qui devrait former chaque annee au mois 10 diplomates, les concours sont suspendus, le chomage ne cesse d’augmenter, c’est meme pas Alim ni ping ni un autre gabonais qui va changer le Gabon. la personne la n’est pas encore nee,c’est une honte, de toute une Nation, et la situation est presque la meme dans plusieurs pays,c’est mieux qu’on fermer ce ministere le diplomtes rentrent au pays c’est simple on arrive pas a faire une programmation, au senat et ANje ne sais pas s’il y a une commission qui s’occupe de la diplomatie, pour trouver les solutions de notre diplomatie,

    • Léon Nkogue dit :

      C’est bien la France qui a refusée la proposition de Léon Mba de rester comme département d’outre mer. C’est pour nous ridiculiser davantage qu’elle a fait cette option. Car c’est elle qui pille nos richesses et qui nous a donné cette ridicule monnaie du CFA (Colonie Française d’Afrique). Je vous jure que de gaulle (oui en minuscule) est en enfer pour le mal fait à l’Afrique. Le premier ASSASSIN des africains c’est la France.

    • Fille dit :

      Si vous étiez capable d’analyse, vous sauriez que ce que Léon Mba a refusé c’est l’indépendance moutouki dans laquelle nous pataugeons aujourd’hui. Dans cette indépendance là, à dessin on pille en paix et on laisse voler. Un vrai sport national. Ainsi, tu me tiens, je te tiens et on se tient par la barbichette. Conclusion, on fait du sur place, la honte est réservée à ceux qui ont une conscience ! Nous marchons sur la tête !

  3. Desire dit :

    Je propose que le Gabon réquisitionne le fournisseur d électricité d Afrique du Sud. Comme pour la réquisition de la seeg, c est le meilleur moyen de ne pas payer ses factures

  4. Akoma Mba dit :

    On va sûrement accuser la France comme d’habitude de tous nos maux. Pauvre République bananière,dirigée par des ignares et détourneurs de fonds publics.
    Chasser le naturel, il revient au galop. On vous jugera, soyez-en sûrs!! Devant un tribunal populaire!!!

  5. Ikobey dit :

    Il faudrait enfin arriver à ne pas dépenser l’argent que l’on n’a pas !
    A tous les niveaux, c’est la gabegie qui règne !
    Réduire nos représentations diplomatiques ferait de grosses économies et ne nuirait nullement au pays. Arrêtons de créer des ambassades dans le seul but de placer des fonctionnaires !

  6. Kisito BEKALE OBOUNOU dit :

    Kambogo a du pain sur la planche. Si lui aussi ne réussit pas à décanter la situation, il faudra alors en venir à cinq ambassades, soit une par continent.

  7. Kisito BEKALE OBOUNOU dit :

    Devant l’urgence que présente la situation de nos ambassades, Abdu Razzaq Guy Kambogo a 100 jours pour régler cette situation. 13 milliards de francs, c’est quoi quand il s’agit de restaurer l’image du pays ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW