En raison du statut contesté du mandataire de la défunte actionnaire principale de la chaîne de télévision privée promue par André Mba Obame, le conseil d’administration convoqué pour le 30 août à Libreville n’aura pas lieu. Cinq actionnaires jugent sa convocation vaine et inopportune.

Convoqué pour le 30 août 2019 à Libreville, le conseil d’administration de la société TV+ Gabon S.A. n’aura pas lieu. © Capture d’écran du site tvplusgabon.com/Gabonreview

 

Présentée comme «la chaîne d’André Mba Obame (AMO)», l’ancien ministre de l’Intérieur et candidat à la présidentielle de 2009, décédé en avril 2015, TV+ Gabon S.A. est en proie à des querelles intestines depuis quelques mois. Ces dernières semaines, Obiang Ndong Jean Mathieu avait convoqué un conseil d’administration prévu pour le 30 août à Libreville. Sur les réseaux sociaux, ses soutiens avaient tôt fait d’y voir la garantie d’un nouveau changement de la ligne éditoriale du média jugé pro-gouvernemental depuis l’entrée au gouvernement de Franck Nguéma, neveux de l’opposant «AMO».

Seulement, celui qui se présente comme le mandataire de Suzanne Angue Obame, l’actionnaire majoritaire de TV+ Gabon S.A. ,  décédée en octobre 2005, n’est pas bien vu des cinq autres actionnaires de l’entreprise médiatique. Sa révocation lui a formellement été notifiée par huissier, le 27 août dernier. Son «prétendu mandat unique aux fins de représentation des 80% d’actions de la société […] reste vivement contesté par cinq branches d’héritiers sur huit», indique le cabinet d’huissier Étude Edzo Obiang Nicaise.

Par conséquent, conformément aux dispositions des statuts de TV+ Gabon S.A. , notamment en termes de présence des tous les copropriétaires aux assemblées générales et de quorum, le conseil d’administration ne se réunira pas demain. Mieux, les contestataires jugent cette convocation «inopérante, nulle et de nul effet». Aucune nouvelle date n’a été annoncée. C’est la justice qui devrait désigner le nouveau mandataire de feue Suzanne Angue Obame.

 
 

1 Commentaire

  1. Makaya de Bouassa Medzo dit :

    La justice du Gabon, maintenant chargée de nommer les mandataires ou actionnaires des entreprises privées… on aura tout vu dans ce bled … de cons.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW