Ancien allié de Jean Ping en 2016, le hiérarque des Démocrates, la formation politique de Guy Nzouba Ndama, a été empêché de voyager ce vendredi 23 août à l’aéroport de Libreville. La Police de l’air et des frontières (PAF) n’a pas justifié sa décision qui viendrait de «la hiérarchie».

Cousin d’Ali Bongo, Léon-Paul Ngoulakia, est interdit de sortie du territoire. © Jacques Demarthon/ AFP

 

Souhaitant se rendre en week-end à Brazzaville au Congo, Léon-Paul Ngoulakia a été empêché de voyager, vendredi, à l’aéroport international Léon Mba de Libreville. Joint par Gabonreview, l’ancien patron des Renseignements et cousin d’Ali Bongo dit ne pas savoir exactement ce qui lui a valu cette «interdiction de sortie du territoire» notifié par des agents de la PAF.

 «Ce matin à l’aéroport, comme tout le monde, j’ai fait mes formalités et on m’a naturellement accompagné à la salle d’attente, donc au salon VIP. Mais au bout de quelques minutes, des policiers sont venus récupérer mon passeport qu’ils avaient pourtant déjà tamponné, soi-disant pour des vérifications. Ils sont revenus quelques instants après pour me signifier que je ne pouvais pas embarquer sous prétexte que je fais l’objet d’une interdiction de sortie du territoire. A la question de savoir pourquoi cette interdiction, ils m’ont répondu qu’ils n’en savaient pas plus et que la décision venait de leur hiérarchie», raconte l’ancien candidat à la présidentielle d’août 2016 s’étant désisté au profit de Jean Ping.

S’il se refuse de croire que cette interdiction ait pour mobile ses antagonismes politiques avec son cousin, le président de la République, dont il avait douté des origines trois ans plus tôt, Léon-Paul Ngoulakia assure également ne rien comprendre au fait que son passeport ait été renouvelé il n’y a pas si longtemps. «S’ils ne voulaient pas que je sorte du Gabon, pourquoi avoir accepté de renouveler mon passeport ? De quoi reproche-t-on exactement à quelqu’un qui n’a pas quitté le pays depuis 2016, et qui souhaitait simplement changer d’air le temps d’un week-end ?» s’interroge-t-il, promettant de tirer au clair cette affaire.

 «Je me rendrai prochainement auprès des autorités compétentes, notamment à la direction de la PAF pour qu’elles me disent ce qu’il m’est reproché», annonce-t-il, non sans affirmer que son voyage n’avait aucun objectif politique.

 
 

5 Commentaires

  1. Julien dit :

    Quel pays de MERDES!

  2. Koumba Edzang Edzang dit :

    Lui, Ngoulakia, en personne, pourtant prenait les mêmes décisions tristes contre les opposants d’autrfois…
    La roue ne fait que tourner…
    Et il voulait se rendre à Brazzaville, huuummmm, chez celui qui voulait donner des armes a Ping pour conquerir le pouvoir en massacrant les gabonais comme lui il avait massacrer les congolais de 1997 à 2000 pour acceder au pouvoir.

  3. Mbonga la future exilée dit :

    Franchement! A cette allure, il est préférable qu’ils envoient alors des notifications préalables “d’interdiction de sortie du territoire” à tous les citoyens qu’ils ont fichés, au lieu de faire subir de telles humiliations aux gens. Au moins, les personnes concernées ne se déplaceraient plus pour l’aéroport ! !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW