Après trois mois de détention préventive à la prison centrale de Libreville, Gaël Koumba, connu comme le Général des mapanes, a été libéré provisoirement le 2 mai, aux alentours de 19 heures. Arrêté pour «port d’arme et de tenue militaire», il attend toujours une décision de justice.

Gaël Koumba (premier plan). © D.R.

 

Surnommé le général des mapanes, Gaël Koumba est sorti de prison le 2 mai en début de soirée. Il a passé trois mois de détention préventive à la prison centrale de Libreville, après deux semaines de garde à vue à la Direction générale de la Contre-Ingérence et de la Sécurité militaire (B2). Il attend toujours une décision de justice.

«Je suis soulagé pour l’instant de ma liberté provisoire, mais je le serai totalement si la justice tranche sur un non-lieu», a confié Gaël Koumba joint au téléphone. Le Général des mapanes a été arrêté mi-janvier pour «port d’arme et de tenue militaire», sur la base d’une photo postée sur Facebook. «Ma tenue était achetée dans un magasin chinois et l’arme était une arme factice», se défend Gaël Koumba, ajoutant que ni l’arme en question ni la tenue militaire n’ont été saisies pour l’instant pour examen des preuves.

Lenteurs et blocages

Depuis son arrestation, Gaël Koumba et sa famille se sont plaints de nombreuses lenteurs et blocages au niveau de la justice. Lors de sa garde à vue au service de contre-ingérence du B2, les proches du Général des mapanes ont difficilement pu lui rendre visite. «Seule ma mère a réussi à entrer au bout d’une semaine au B2, et mon avocat n’avait même pas eu accès à moi», a indique l’ex-détenu.

Le Général des mapanes a passé deux semaines à la contre-ingérence, alors que la durée légale de la garde à vue est de 48 heures renouvelables pour un civil. Le 6 février, il avait été transféré à «Sans-Famille» (prison centrale de Libreville) où il est resté trois mois en détention préventive.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW