Trois ans après sa destruction partielle lors des émeutes postélectorales, les travaux de réhabilitation de l’Assemblée nationale et la reconstruction de son hémicycle, ont été lancés le 18 juin à Libreville. Prévu sur 14 mois, le chantier est évalué à 16 milliards de francs CFA.

Le président de cette institution, Faustin Boukoubi, le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale (au centre), l’ambassadeur de Chine au Gabon, Changchun Hu et les officiels au moment du lancement des travaux de réhabilitation du palais Léon Mba, le 18 juin 2019. © Gabonreview

 

© Gabonreview

Marqué par les stigmates des émeutes de la présidentielle de 2016, le palais de l’Assemblée nationale va se parer de nouvelles voilures à l’horizon 2020. A la tête d’une forte délégation, le président de l’Assemblée nationale, accompagné du Premier ministre et de l’ambassadeur de Chine au Gabon, a lancé, le 18 juin à Libreville, les travaux de réhabilitation de l’Assemblée nationale et de reconstruction de son hémicycle.

Le Premier ministre a exprimé un sentiment de fierté, mêlé de tristesse ; les événements conduisant à ces travaux de réhabilitation ayant laissé un impact encore douloureux. «Nous souhaitons, comme l’a si bien rappelé le président de l’Assemblée nationale, Faustin Boukoubi, fortement et franchement que plus jamais ça !», a déclaré Julien Nkoghe Bekale.

Les travaux coûteront environ 16 milliards de francs CFA dont 1,5 milliard de contrepartie gabonaise. Réalisés par la société chinoise Jiangsu Construction Group, les travaux s’étendront sur 14 mois. La matérialisation de ce vaste chantier fait suite à la signature entre le Gabon et la Chine d’un accord de coopération technique, le 7 décembre 2016, suivi d’un accord de mise en œuvre le 12 juin 2018.

A cette occasion, Julien Nkoghe Bekale a salué les relations avec la Chine «si excellentes», ainsi que «l’amitié sino-gabonaise qui témoigne de son ancrage, 45 ans après». «Nous souhaitons que ces travaux aillent le plus vite et que les délais soient tenus pour que les représentants du peuple retrouvent leur hémicycle et que le débat démocratique s’instaure encore une fois dans ce bel hémicycle pour la vitalité de notre démocratie», a espéré le chef du gouvernement.

Un aspect sur lequel l’ambassadeur de Chine au Gabon a rassuré le gouvernement. «L’entreprise adjudicataire ne ménagera aucun effort pour mener à bon port ce chantier dans les délais», a affirmé Changchun Hu. Sous forme de serment, le président de l’Assemblée nationale a invité les uns et les autres à faire preuve de patriotisme, les conviant à prendre conscience de la nécessité de préserver les patrimoines nationaux.

«Ce que nous souhaitons, c’est que par patriotisme, les Gabonais prennent conscience de la nécessité de préserver notre patrimoine, nos acquis. Quoi qu’on fasse, lorsqu’on a détruit un édifice, c’est le contribuable d’une manière ou d’une autre qui va payer. C’est une régression et qui n’avance pas recule. Nous avons besoin d’avancer, nous ne pouvons pas en même temps souhaiter le développement et en même temps nous évertuer à faire reculer le Gabon (…) Oui à la prospérité et au bien-être de tous et de chacun, mais non aux destructions. Veillons, chacun à son niveau à ce que le Gabon ne vive plus jamais ça, ce gâchis que nous avons connu en 2016», a déclaré Faustin Boukoubi.

 
 

5 Commentaires

  1. Lewaka dit :

    J’aimerais qu’on m’explique : 16 milliards pour quelques vitres cassées et un hémicycle !?

  2. Lily dit :

    Cette somme pourrait régler pas mal de problèmes urgents pour les gabonais. Moi je dis ça…

  3. EHYA O.R dit :

    Il faut que nos responsables politiques prennent leurs responsabilités, le temps est à la reconstruction de cet édifice pour que nos élus débattent au sein de ce bâtiment en toute quiétude nous l’espérons tous.

    Mais nous devons répondre aux préoccupations de nos citoyens, de manière sincère. Si le peuple est en colère et détruit son symbole le plus proche. Il faut se remettre en question et trouver des solutions pour ne plus revivre ses moments car le Gabon est à tous. Lorsque l’on brule notre bien, c’est que le problème posé est très profond voire subconscient.

    Cela reflète la faillite des hommes politiques en général…

  4. LESCONS dit :

    Putain, putain de satan et diable de ce Gabon maudit pour l’éternité.
    16 milliards tchoooooooo, qu’est ce qui ne va pas dans la tete de tous les cancres au sommet de l’Etat.

    avec 16 milliards le SENEGAL construit une autoroute 4 x 4 voies sur 40 km, la Cote d’Ivoire construit deux ponts de 600 mètres chacun et développes des infrastructures écoles et lycées.

    C’est quoi le problème avec l’argent au Gabon?

    Tant que le système bongo-pdg zozo est debout, nous allons poursuivre la descente en enfer.

    Pauvre pays gérés par des petits c………

  5. nguema21 dit :

    Pour la somme de 30 millions de cfa on peut construire une maison de 4 chambres + Salon + cuisine et y compris WC et douches.Ce qui revient à dire 534 villas du même confort.Mais je sais que ce n’est pas ce qui préoccupe les emmargent.Alors,qu’ils aillent au diable!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW