L’Institut de cancérologie de Libreville (ICL) a sollicité et reçu de la Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille (FBSO), un important don de médicaments anticancéreux, le 14 mars à Libreville. Un apport en médicaments qui viendra en aide directement aux hommes, femmes et enfants traités à l’Institut.

Des comprimés anticancéreux (image d’illustration). © omedit-idf.fr

 

La Fondation Sylvia Bongo Ondimba pour la Famille (FBSO) vient de répondre favorablement à la sollicitation de l’Institut de cancérologie de Libreville (ICL). Le 14 mars, cette structure sanitaire a reçu un important don de médicaments anticancéreux. Élément clef du processus de guérison des malades atteints du cancer, ces molécules sont utilisées dans le cadre de la chimiothérapie et permettront d’assurer une continuité de traitement aux malades.

Cet apport en médicaments viendra en aide directement aux hommes, femmes et enfants traités à l’Institut. Selon la vice-présidente de la FSBO, cette action découle de l’étroite collaboration avec l’ICL, notamment dans le travail de prévention, détection et prise en charge des cancers au Gabon. «Il était primordial pour nous de venir en aide à tous les patients de l’Institut dont certains sont résidents à la Maison d’Alice», a déclaré Simone Mensah.

Pour le directeur général de l’ICL, la Fondation a répondu favorablement à la demande de la structure sanitaire. «Nous avons fait le point sur la situation de l’Institut, notamment sur les difficultés d’approvisionnement en médicaments anticancéreux avec un risque majeur de rupture de stocks», a affirmé Ernest Belembaogo, soulignant que cette dotation s’inscrit dans le cadre de projet «Agir Contre le Cancer».

Par ailleurs, a ajouté le patron de l’ICL, «cette première dotation, qui sera complétée dans les jours qui viennent, pourra être immédiatement utilisée et couvrira les besoins des patients pendant trois mois». Chaque jour, l’ICL réalise une quinzaine de sessions de chimiothérapie pour une centaine de patients, tous types de cancers confondus. Au cours de l’année 2018, 514 malades ont été mis sous chimiothérapie pour tous types de cancers confondus.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW