L’élève Luziang Nka Mengara de la Terminale A1 du Lycée Jean Hilaire Aubame Eyéghé de Nzeng Ayong, incarcéré à la prison centrale de Libreville, à la suite des violences provoquées par les rumeurs de supposés enlèvements d’enfants dans le pays, a été libéré, le 12 février, après 15 jours de détention.

L’élève Luziang Nka Mengara de la Terminale A1 du Lycée Jean Hilaire Aubame Eyéghé de Nzeng Ayong, libéré après 15 jours de détention. © D.R.

 

Interpellé le 24 janvier dernier dans le cadre des troubles survenus à la suite de la psychose créée par la rumeur d’une vague d’enlèvements d’enfants à Libreville, Luziang Nka Mengara, élève en classe de Terminale A1 au Lycée Jean Hilaire Aubame Eyéghé de Nzeng Ayong, a recouvré sa liberté, le 12 février. Il aura passé 15 jours à «Sans famille».

Pris dans l’engrenage des évènements du 24 janvier, Nka Mengara a été condamné le 7 février dernier à 45 jours de prison, dont 30 avec sursis par le tribunal de première instance de Libreville. C’est donc un réel soulagement pour les parents, mais aussi pour l’Association nationale des parents d’élèves et de nombreux enseignants qui ont plaidé pour sa relaxe. Il a en effet été jugé et pour participation à un attroupement armé, outrage à agents. D’où sa condamnation à 45 jours de prison, dont 30 avec sursis.

Au regard de la gravité des chefs d’accusation, le ministère public avait requis un an d’emprisonnement assorti d’un sursis de six mois. Mais, son avocat, Me Jean-Paul Moumbembe, avait mis en relief l’absence des preuves sur les faits reprochés à son client et avait demandé une relaxe pure et simple.

Avec cette issue, on peut espérer un retour à la sérénité dans cet établissement dans la mesure où depuis l’incarcération de leur camarade, les élèves des classes de terminale n’ont eu de cesse de manifester pour sa libération, bloquant parfois les cours.

Pour rappel, les fausses nouvelles propagées par les réseaux sociaux, annonçant des kidnappings dans la ville ce jour-là, avaient conduit à une vague de justice populaire. Deux personnes, Stanislas Mba Ngoua et Gervais Patrick Obame Eyeghe, ont perdu la vie à cause des blessures leur ayant été infligées par la foule.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW