Fabien Mere souhaite l’installation de Jean Ping comme président de la République et rejette une éventuelle déclaration de la vacance du pouvoir suite aux ennuis de santé d’Ali Bongo.

Fabien Mere souhaite l’installation de Jean Ping comme président de la République. © Facebook

 

Si une frange de l’opposition et de la société civile souhaite une déclaration de la vacance du pouvoir, à la suite des ennuis de santé d’Ali Bongo, Fabien Mere n’est pas de cet avis. «Aujourd’hui au Gabon, le dictateur ayant disparu de la vue de tout le monde, on prétend parler de vacance du pouvoir. Ce n’est pas ma façon de voir les choses ainsi que de nombreux Gabonais. Nous ne pouvons pas parler de vacance de pouvoir parce que nous n’avons jamais reconnu Ali Bongo comme président de la République», a déclaré le Fabien Mere, le 9 mars à Paris.

Le membre de la Coalition pour la nouvelle République parle plutôt de la «fin de la vacance du pouvoir» de Jean Ping, qui lui permettrait d’être installé dans ses fonctions de président de la République. «Depuis le 27 août 2016 au soir, les Gabonais avaient choisi librement et de façon majoritaire, une personne parmi les candidats qui s’étaient présentés à l’élection présidentielle : Jean Ping. C’est donc cette volonté du peuple gabonais qu’il faut réhabiliter. On parle de la fin de la vacance du pouvoir, parce que la constitution de notre pays prévoit la vacance du pouvoir au cas où le président par quelques moyens possibles d’empêchement se trouverait dans l’incapacité d’exercer le pouvoir. Ce n’est pas Ali Bongo qui est concerné par cet article, mais Jean Ping. Voilà pourquoi nous parlons de la fin de la vacance de pouvoir».

Pour lui, Ali Bongo est l’«obstacle» qui empêchait Jean Ping de diriger le Gabon. «On se doit aujourd’hui de réhabiliter le président de la République qui avait été en incapacité d’exercer ce pouvoir. Voilà pourquoi nous militons pour que la souveraineté du peuple gabonais soit respectée», a-t-il affirmé. Dans ce sens, Fabien Mere a appelé la France et le reste du monde, à «venir en aide au peuple gabonais pour qu’enfin, soit consacré sa souveraineté dans le sens où chaque peuple a le droit de s’autodéterminer, de désigner ses propres responsables politiques».

 
 

13 Commentaires

  1. Laurent dit :

    De toutes façons, si vous partez à une nouvelle élection présidentielle, vous êtes perdants, simplement parce que la France vous imposera de nouveau son candidat qui n’est pas Jean Ping. Autant donc placer Jean Ping comme président du Gabon. Il le mérite puisqu’il a gagné les dernières élections présidentielles.

  2. Martine dit :

    C’est Jean Ping notre président élu. Sinon nous aurons de nouveau un sous préfet de la France.

  3. Julien dit :

    Bongoistes – PDGistes – émergents = Un président du Gabon, valet de la France ou sous préfet de la France.

    Opposition = Jean Ping comme président élu. Et Nou CASSONS avec l’hégémonie de la France.

    CQFD

  4. Ndong Alexis dit :

    Depuis l’avènement de la démocratie au Gabon, les élections présidentielles ont toujours été remportées par l’opposition. La France n’a jamais rien fait pour soutenir énergiquement l’opposition vainqueur parce que son candidat avait été (et demeure toujours) les Bongo (père et fils).

    Nous devons arrêter au plus vite cette mascarade qui n’a que trop durée. Avec Jean Ping, FIN DE LA RÉCRÉATION.

  5. le nouveau dit :

    cette maladie de toujours reporter sur la France nos manquements ;
    et l’UA , et nos voisins, et toutes les institutions , qu’ont elles fait ou dit ?

  6. Moussavou Jacques dit :

    Qui vous a dit que si Ping y arrivait par extraordinaire, il ne sera pas “valet de la France”? vous faites rire Fabien Mère… Ping, un bongoïste pur sucre, on dira même un Bongo, ne peut qu’être valet de la France et du Maroc. Ça fait de son ADN politique

  7. Paul Mikouma dit :

    Le Gabon n’est pas la propriété des Bongo et de leur clan. Mais didons-le aussi, le Gabon n’est pas la propriété de Jezn Ping et de tous les profito-situationnistes sui vivent à ses crochets et lui font miroiter qu’il sera président.

    J’ai vote Mzmboundiu en 2005, Mba Obame en 2009 et Jezn Ping en 2016.

    Ali c’est fini. Jean Ping aussi c’est fini. On ne va pas remplacer un incapable par un dangereux narcissique de 76 ans.

    Il y a des Gabonais plus integres et plus compétent.

    J’ai vote Jezn Ping en 2016 et je ne le regrette pas. Mais pour le bien du Gabon, il faut tourner cette page aussi.

  8. Jean Ping est mon PRÉSIDENT, je l’ai choisi et j’en suis fier…

  9. John Cosa dit :

    Voilà un texte qui a le mérite d’être clair, net et précis. On ne peut pas apprécier la démocratie chez les autres et ne pas vouloir la même chose dans son pays. Le signaux sont au rouge, le pays est devenu ingouvernable. La confiance reviendra que si la personne que nous avons choisi occupe le fauteuil que lui a confié le peuple.
    1993, 1998, 2005, 2009…toujours le même système…Pour une fois laissons le vainqueur diriger le Pays et par la suite mettre en place des institutions où tout le monde aura réellement sa chance!
    Gabon d’abord, les autres après

  10. Mimbo dit :

    Ce monsieur a raison,Ping n’est plus assuré de remporter une quelconque élection qui se tiendra sans un Bongo ou assimilé.En 2016 face aux Bongo même un chien aurait fait autant.

  11. Christian MAYANDJI dit :

    Voilà une personne qui se prendre à son propre piège “pieds et poings liés”. Si on considère son interprétation, la fin de la vacance de pouvoir doit se traduire par l’organisation des nouvelles élections afin de désigner un nouveau président de la République. C’est ce que prévoit notre constitution lorsqu’ après le délais requis de quelques mois, le Président de la République ne peut reprendre (ou assurer l’)exercer son mandat. Il se trouve que pour M. Jean Ping, ce délais est forclos depuis des années après la prestation de serment marquant l’investiture de son rival politique.
    Qu’il le veuille en ayant recours au droit ou à l’insurrection légitime, la page des Pdgistes est tournée et une nouvelle ère avec
    L’APPEL A AGIR que M. jean Ping – du reste – a validé.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW