Rappel des réformes administratives, déclinaison de quelques réalisations du PSGE, brève comptabilité des infrastructures routières réalisées, rappel de la mise en marche de la solidarité nationale, dénonciation du gabono-pessimisme et de la rhétorique «de haine, de division et de xénophobie», ont constitué l’essentiel du discours prononcé par Ali Bongo Ondimba, le 16 août 2014, à la veille de la fête de l’indépendance. Ci-dessous le discours in extenso.

Ali Bongo, le 16 août 2014 sur Gabon Télévision. © Gabonreview
Ali Bongo, le 16 août 2014 sur Gabon Télévision. © Gabonreview

 

Gabonaises, Gabonais, mes chers compatriotes,

Le Gabon, notre pays, célèbre ce dimanche 17 août 2014, le cinquante-quatrième anniversaire de son accession à la souveraineté internationale.

Cette célébration, que nous voulons digne et profonde, m’offre l’opportunité de m’adresser à vous, pour souhaiter à chacun une bonne fête de l’indépendance, mais aussi pour vous parler à nouveau du Gabon, notre héritage commun.

Je voudrais donc, avant toute chose, saluer la mémoire de tous ceux qui, célèbres ou anonymes, ont contribué à matérialiser notre projet d’indépendance.

Je voudrais dans ce sens, avoir une pensée toute spéciale pour les pères fondateurs de notre République, en particulier pour mes illustres prédécesseurs, feux les Présidents Léon Mba et Omar Bongo Ondimba qui ont su, avec courage et abnégation, porter notre pays sur les fonds baptismaux, en le dotant d’institutions crédibles et solides, en impulsant un élan patriotique certain, tout en consolidant la paix et l’unité nationale.

Ils ont, à leur manière, écrit des pages entières de notre histoire commune.

Notre devoir national, notre responsabilité collective, est d’œuvrer avec détermination, pour que notre action de transformation du Gabon, nous inscrive dans un avenir que nous voulons riche et plein d’espoir pour nos concitoyens.

En ce jour anniversaire de notre indépendance, je voudrais que chacun prenne conscience, que notre marche commune vers la prospérité nous commande de relever la tête et de lire sur le fronton de la République Gabonaise, la devise qui doit guider nos pas : Union, Travail, Justice.

Mes très chers compatriotes,

La force et la détermination que je mets dans mon action au service de la Nation ne peuvent se comprendre que dans ma volonté affirmée de parvenir à la transformation radicale de notre pays.

L’ampleur et la responsabilité de construire cet édifice Gabon que nous voulons robuste nous obligent, chacun à la place qui est la sienne, à donner le meilleur de lui-même.

C’est tout le sens des réformes qui j’ai engagées depuis mon accession à la magistrature suprême.

Rien, ni personne, ne pourra me dévier de cette trajectoire. Et en aucun cas les intérêts égoïstes, les résistances obsessionnelles à toute idée de changement.

Mes chers compatriotes,

Qu’on ne s’y trompe pas : beaucoup de choses ont déjà été réalisées dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique « Gabon Emergent ».

J’entends l’impatience de ceux qui ont l’impression que les choses n’avancent pas suffisamment vite.

Pour autant, cette impatience, pour légitime qu’elle soit, ne doit pas nous conduire à ne regarder que les absences, les retards ou les manquements.

Cette lecture pessimiste, voire démagogique, ne rend pas compte de la réalité du Gabon que nous sommes en train de bâtir, secteur par secteur, pilier par pilier.

Dans le domaine des infrastructures, indispensables au développement cohérent et intégré de notre territoire, notre pays poursuit résolument sa transformation.

En effet, nous avons réalisé, réhabilité et achevé, ces cinq dernières années, plus de routes et de ponts que durant les vingt années antérieures.

Le tronçon Ndjolé-Médoumane, l’axe Lalara-Ovan-Makokou, l’axe Akiéni-Okondja, l’aménagement du tronçon Tchibanga-Mayumba et le pont sur la Banio, les tronçons PK12-Nsilé, Mikouyi-Carrefour Leroy, Mouila-Ndendé pour ne citer que ces exemples.

Certains de ses axes routiers avaient été si souvent annoncés et jamais réalisés que plus personne n’y croyait, à l’image de l’axe Port-Gentil-Omboué.

S’agissant du Gabon Industriel, j’ai pris le pari d’œuvrer à la création d’un tissu industriel national par la transformation locale de nos matières premières.

C’est ainsi que la réforme de la filière bois qui avait suscité incompréhension et scepticisme dès son annonce, a résolument pris forme, et, est aujourd’hui saluée par les acteurs majeurs de ce secteur important de notre économie.

Il en est ainsi de la SNBG et de la société Rougier-Gabon qui renouent avec les bénéfices liés, non plus à l’exportation brute du bois, mais à sa transformation.

De même, nous pouvons être fiers de ce que depuis quelques jours, notre pays transforme désormais le minerai de manganèse qui était jusque-là exporté brut, grâce à la mise en œuvre du Complexe métallurgique de Moanda et du barrage du Grand Poubara.

D’autres usines de transformation voient le jour dans la zone économique spéciale de NKOK.

Oui, mes chers compatriotes, je l’affirme ici, l’ère de la véritable industrialisation du Gabon a démarré.

Pour ce qui est du « Gabon vert », de nouvelles plantations d’hévéa et de palmiers à huile ont vu le jour à Bitam, Kango, Mouila, et Lambaréné renforçant celles déjà existantes, dans le strict respect des bonnes pratiques environnementales et sociales.

Les ressources halieutiques sont, elles aussi, en voie de transformation et de commercialisation locales.

Nous pouvons par ailleurs, être fiers de ce que notre pays a adopté et promulgué la Loi sur le développement durable. Elle énonce des principes et des bonnes pratiques qui garantissent à notre pays un développement propre et harmonieux, par une utilisation rationnelle de nos ressources naturelles et de nos territoires terrestres et maritimes.

Dans le domaine des services nous pouvons, là aussi, être fiers de la crédibilité de notre système bancaire.

Si des avancées importantes sont notées dans le développement des infrastructures numériques, nous devons cependant, pour en tirer un meilleur profit, nous activer à bâtir tous les services inhérents d’une véritable économie numérique.

C’est l’un des domaines sur lesquels la créativité de la jeunesse gabonaise devrait pouvoir s’exprimer.

Mes chers compatriotes,

Faire du Gabon un pays émergent ne peut pas relever de simples incantations, ni d’un slogan servi à longueur de discours.

Ces réformes et ces transformations, auxquelles nous nous sommes engagés, exigent une mobilisation permanente et patriotique autour de cet objectif national.

Plus qu’un vœu, il s’agit d’une nécessité, d’un devoir, dans un monde en perpétuelle mutation, où les pays les plus faibles seront à la remorque des autres nations.

C’est donc, avec vous et sans distinction, qu’ensemble nous allons assurer le développement durable de notre pays.

Aucun Gabonais ne doit rester sur le bord de la route.

C’est la raison pour laquelle, je vous ai proposé, après avoir réalisé un diagnostic sans précédent et sans complaisance sur l’état de la pauvreté dans notre pays, d’ajuster notre stratégie d’investissement humain à la réalité.

Car, ce n’est un secret pour personne, aucun pays ne se développe sans des ressources humaines de qualité, aussi bien en relation avec le bien-être qu’avec la formation.

A ce sujet je rends un hommage particulier à la Première Dame du Gabon, Madame Sylvia BONGO ONDIMBA, pour son implication résolue dans la définition du pacte social que je vous ai proposé, et auquel vous avez adhéré lors des assises sociales.

La mise en œuvre des différents volets de notre pacte social permettra d’apporter des solutions pérennes, en priorité aux populations les plus fragiles afin d’assurer leur autonomisation.

Mes Chers compatriotes,

A ce sujet, nous pouvons être fiers de ce que la caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale, la CNAMGS, fournisse aujourd’hui des services utiles aux Gabonais.

C’est pourquoi, nous devons veiller, tous ensemble, à ce que notre système de solidarité nationale soit pérenne et plus performant. Il en est de même pour le Fonds national d’aide sociale en ce qui concerne les activités génératrices de revenus pour aider à l’autonomisation des populations.

Il s’agit au final de permettre à chaque Gabonais d’être bien formé, d’être bien soigné, d’avoir un emploi pour vivre dignement et, en toute sécurité dans cette société que nous sommes en train de bâtir.

C’est le sens de toutes les politiques menées en faveur d’une plus grande transformation de nos matières premières, véritables gisements de richesses et d’emplois pour nos jeunes.

Pour cela, il nous faut adopter des comportements citoyens et responsables : ni abuser, ni frauder et veiller à la bonne gouvernance.

Mes chers compatriotes,

Sur l’ensemble des sujets que je viens d’exposer, et comme je l’ai déjà dit, j’attends du Gouvernement une accélération véritable de la cadence, plus d’ardeur et de détermination à la matérialisation des solutions aux problèmes quotidiens de nos compatriotes.

Mes chers compatriotes,

La condition essentielle pour réussir notre développement est de préserver la Paix, l’Unité nationale et notre Vivre ensemble.

C’est pourquoi, nous ne devons laisser personne, quelles que soient ses motivations et ses ambitions, mettre en péril ce qui fait notre socle commun, notre héritage : la Paix.

En effet, j’entends s’élever des discours de haine, de division et de xénophobie.

J’entends aussi prononcer des mots hideux qui n’ont jamais fait partie de notre pratique politique, ni de notre ADN social, même dans les pires moments de notre histoire.

J’entends enfin dresser du Gabon un tableau que l’on veut à tout prix assombrir pour chercher à justifier, derrière une apparente contradiction politique, la théorie de la race ou de l’ethnie pas assez pure pour être gabonais et appeler à l’insurrection.

Ces discours ne sont ni acceptables, ni pardonnables. Ceux qui les tiennent devront en porter l’entière responsabilité.

Je rappelle que la forme républicaine de l’Etat ainsi que le caractère pluraliste de notre démocratie sont intangibles. Je ne laisserai personne y porter atteinte.

Gabonaises, Gabonais,

Ayons foi en notre pays, ayons foi en nos capacités à transformer notre environnement pour une prospérité qui se partage dans la justice et l’équité.

Mes chers compatriotes,

Comme le rappelle notre Hymne national, continuons à œuvrer tous unis, pour que notre pays, le Gabon, soit aux yeux du monde et des nations amies, ce Gabon immortel qui reste digne d’envie.

Je vous souhaite une bonne fête de l’Indépendance.

Vive la République,

Que Dieu bénisse le Gabon.

 

 
 

35 Commentaires

  1. zobolus dit :

    Ah pauvre ali. un discours bourré de mensonge. morceau choisi

    Ce que dit ali
    “L’ampleur et la responsabilité de construire cet édifice Gabon que nous voulons robuste nous obligent, chacun à la place qui est la sienne, à donner le meilleur de lui-même.”

    Notre commentaire:

    ali demande aux gabonais qu’il a mis au chomage de donner le meilleur d’eux même tout es restant assis à la maison. Il demande au gabon de donner le meilleur d’eux même mais entre temps se sont les étrangers qui ont les emplois. Super

    ————————-
    Ce que dit ali
    “Rien, ni personne, ne pourra me dévier de cette trajectoire.”

    Notre commentaire:

    Tout est dit. ali est prêt à faire du gabon ce qu’il veut. Cette phrase doit dorénavant mettre les gabonais en alerte maximal. Il s’agit là des menaces proférées à l’endroit des gabonais. Il n’est pas prêt à changer ses methodes de gourvenance et s’il faille tuer les gabonais il est prêt.

    ———————–
    Ce que dit ali:

    “beaucoup de choses ont déjà été réalisées dans le cadre de la mise en œuvre du plan stratégique « Gabon Emergent ».”

    Notre commentaire:

    Apparemment ali est le seul à reconnaitre que beaucoup de choses ont été faite. Autrement dit nous les gabonais nous sommes de mauvaise foi. On refuse de reconnaitre que c’est ali en 5 ans qui à tout fait.

    —————————–
    Ce que dit ali

    “D’autres usines de transformation voient le jour dans la zone économique spéciale de NKOK.”

    Notre commentaire

    Il s’agit de quelles usines ?

    ————————————–

    Ce que dit ali

    “Aucun Gabonais ne doit rester sur le bord de la route.”

    Notre commentaire

    Qu’en est-il de tous ces gabonais que vous avez décidé de mettre au chômage à cause de leurs convictions politiques ? Qu’en est-il des étudiants que vous jetez injustement en prison ?

    ——————————–
    Ce que dit ali

    “Car, ce n’est un secret pour personne, aucun pays ne se développe sans des ressources humaines de qualité, aussi bien en relation avec le bien-être qu’avec la formation.”

    Notre commentaire

    Vous parlez de ressources de qualité. Dans ce cas pourquoi ne cherchez-vous pas à prendre en considération les revendications des étudiants ? Vous allez jusqu’à autoriser la force de l’ordre à les matter. Où la cohérence de votre de discours ? Si votre soucis est d’avoir les ressources de qualité diantre pourquoi avoir confié l’éducation nationale à un individu comme moundounga ?

    —————————————-
    Ce que dit ali

    “Il s’agit au final de permettre à chaque Gabonais d’être bien formé, d’être bien soigné, d’avoir un emploi pour vivre dignement et, en toute sécurité dans cette société que nous sommes en train de bâtir.”

    Notre commentaire

    Où sont les 5000 logements ? Où ces emplois. Pour ta gouverne il y a des ingénieurs, des docteurs, etc qui chôment. De quoi parle ce type ?

    ———————————
    Ce que dit ali

    “Pour cela, il nous faut adopter des comportements citoyens et responsables : ni abuser, ni frauder et veiller à la bonne gouvernance.”

    Notre commentaire

    Mr ali juste un rappel pour vous rafraichir la mémoire:

    A propos de la fraude:
    1- Le gabonais ne t’ont jamais voté. C’est grâce à la fraude que vous êtes aujourd’hui à la tête du pays
    2- Vous êtes né au congo (afrique équatoriale française)comment expliquez-vous que votre acte de naissance porte l’entête republique du gabon alors qu’en 1959 on etait simplement une colonie français ? Prétend avoir un doctorat obtenu à la sorbonne mais pourtant ton n’apparaît pas dans les archives de l’université de la sorbonne. S’il y a un fraudeur gabon c’est toi

    A propos de l’abus

    Tu utilises l’argent du contribuable pour aller suivre les matchs de foot à l’étranger, pour organiser les courses de bateaux, le défilé des bresilienne, etc.

    La seule personne à abuser du contribuable c’est toi-même

    ———————————

  2. zobolus dit :

    Ce que dit ali

    “En effet, j’entends s’élever des discours de haine, de division et de xénophobie.

    J’entends aussi prononcer des mots hideux qui n’ont jamais fait partie de notre pratique politique, ni de notre ADN social, même dans les pires moments de notre histoire.

    J’entends enfin dresser du Gabon un tableau que l’on veut à tout prix assombrir pour chercher à justifier, derrière une apparente contradiction politique, la théorie de la race ou de l’ethnie pas assez pure pour être gabonais et appeler à l’insurrection.”

    Notre commentaire

    Tu veux absolument montrer que les gens incitent les gabonais à être xénophobe. Mais là encore il s’agit d’un très mauvais lecture de la situation sur le terrain. On n’acceptera jamais que le gabonais soit étranger dans son propre pays. Tu veux nous imposer des personnes qu’on accepte pas. Et nous avons le droit de leur demander de quitter notre pays. Parmi ces gens acrombessi. Tu es le seul à le supporter car tu sais ce que tu gagnes. Mais nous on dit qu’on ne le veut plus dans notre pays. Parler de xénophobie dans ce cas c’est que vous devez “revoir votre copie” comme le disait l’autre “bêtement”

    ———————–
    Ce que dit ali

    “J’entends enfin dresser du Gabon un tableau que l’on veut à tout prix assombrir pour chercher à justifier, derrière une apparente contradiction politique, la théorie de la race ou de l’ethnie pas assez pure pour être gabonais et appeler à l’insurrection.

    Ces discours ne sont ni acceptables, ni pardonnables. Ceux qui les tiennent devront en porter l’entière responsabilité.”

    Notre commentaire

    Jean Ping à dit tout haut ce que tous les gabonais pensent et voient y compris les quidams qui sont dans ton entourage. Si le gabon reste comme tu le prétends un pays où tout va bien:
    – Pourquoi toutes ces greves ?
    – Pourquoi tous ces chantiers en arrêt ?
    – Pourquoi cette haine de l’opposition ?
    – Pourquoi ces tensions avec les présidents des pays voisin ?
    – Pourquoi ce recul de la diplomatie gabonaise ?
    – Pourquoi les crimes rituels ?
    – Pourquoi cette corruption ?
    – Pourquoi cette absence de démocratie ?
    – Pourquoi ces étudiants en prison ?
    – Pourquoi cette atteinte aux droits humains
    – Pourquoi…ouf y en a tellement enfin bréf

    —————————
    Ce que dit ali

    “Je rappelle que la forme républicaine de l’Etat ainsi que le caractère pluraliste de notre démocratie sont intangibles. Je ne laisserai personne y porter atteinte.”

    Notre commentaire

    Tu es le seul à voir que ton pays est démocratique. Visiblement tu as l’air de me pas connaitre ce qu’est la démocratie. Voici un lien qui pourrait éclairer ta lanterne

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Democratie

    ———————

  3. zobolus dit :

    D’après notre analyse, le discours qu’ali vient de faire au gabonais est purement et simplement un tissu de mensonge, de tromperie, de démagogie. C’est surtout un discours de campagne politique avec fond d’inquiétude. Il sent le danger de 2016 venir à grand pas et là il cherche à défendre son fauteuil et embrouiller les gabonais en semant le doute. Mais maladroite qu’il est, il s’est enfoncé de plus en plus…

    car on a tout compris…

  4. markantony dit :

    Arrêtez de nous prendre pour des moutons!
    Je suis un scientifique gabonais qui vit hors du Gabon. Je n’ai pas voté en 2009 pour des raisons indépendantes de ma volonté. Si j’avais eu la possibilité, je n’aurais pas voté ABO, ni AMO d’ailleurs. Cependant mon esprit cartésien m’interpelle quant à la tournure que prend les différents débats d’internautes gabonais de la diaspora ou résidents au Gabon.
    Mais franchement, qui est l’actuel Président du Gabon? Qu’on le veuille ou non, qu’on l’aime ou le déteste, qu’il soit sous influence ou pas, qu’il bosse ou pas, c’est ABO.
    C’est pitoyable de rabâcher à longueur d’écrits et de commentaires qu’Ali n’est pas légitime et qu’il ne fait rien au Gabon. Que le Gabon est le pire des pays du monde où il n’y a même pas d’oxygène car tout est respiré par Ali et ses gars.
    Je vis à l’étranger avec une femme non-gabonaise. Je n’ai pas attendu le discours d’Ali du 16/08/14 pour comprendre à quel point un discours XENOPHOBE est présent au Gabon venant d’hommes politiques, journalistes et citoyens de tout bord (majorité et opposition)…ARRREEEETTTTEEZ-VOUS!!!
    Sachez que malgré vos pseudos, la technologie permet d’identifier les adresses IP des individus qui rédigent des discours déviants. La CPI n’est pas réservée qu’aux chefs d’Etat.
    2016 arrive, utilisez vos bulletins de vote. La majorité des électeurs résidant à nkoltang, osskama, makouké,guiétsou, ndindi, bakouaka, matsatsa, guiétsou, pitonga ou bikondom n’ont pas le net pour vous lire. Ils auraient partagés cette idée des années 80 qui disait que “les intellectuels sont le mal de l’Afrique”. Comme personne ne prend les propos d’Ali pour Vrai à priori, personne ne prend aussi vos propos pour Vérité Vrai de prime abord.
    En l’état actuel de la situation politique au Gabon, je ne vois pas qui a un discours cohérent de Présidentiable. Tout est haine, injure, attaques personnelles. Rien sur ce qu’on veut faire de nous. A force, les gens vont se dire qu’entre le mal et le pire, on choisira le mal. Ali au moins nous explique sa vision. Les autres parlent de haine.
    Alors, vous qui contestez son pouvoir, montrez nous ce que vous nous proposez et arrêtez de nous saouler avec Accrombessi, la légion soi-disant étrangère, dort-il avec Sylvia, sera-t-il reçu où pas par tel chef d’Etat?, dit-il bonjour à tel voisin?, etc… On s’en fout!!!
    Je voterai en 2016, mais ça ne signifie pas qu’au prétexte qu’une personnalité porte un nom différent de Bongo Ondimba, il aura automatiquement ma voix. Je ne compte et ne compterai jamais sur un quelconque Président pour vivre. Mais MA VOIX COMPTE.

    JE SUIS INDEPENDANT comme la MAJORITE SILENCIEUSE

    Bonne fête de l’Indépendance !

    • Mouthou dit :

      On sent vraiment que toi tu ne vis pas au Gabon, et encore pire, tu ne sais même pas ce que vivent, au quotidien, tes parents qui ont sués sang et eau pour te permettre de devenir le scientifique que tu dis être.
      Va pauser tes valises là-bas, et tu nous diras comment tu vis la réalité du Gabon d’aujourd’hui. Ce n’est pas tout que de se balader dans les métros des autres, rouler sur des autoroutes des autres, faire ses courses à Auchan ou Carrefour, si ce n’est Leader Price ou encore Aldi.
      Beaucoup parmi nous ici, sommes de la diaspora, mais restons réalistes et avons un œil sur notre pays que nous voulons prospère, et où devrait régner la joie de vivre.
      Au fait, connais-tu qui est Firmin Ollo Obiang?

    • Vraiment dit :

      Markantony,
      Tu ne connais pas la maggie de l’informatique!!!
      Pour ton histoire d’adresse IP, je t’apprends qu’il existe des logiciels qui permettent aux ordinateurs d’avoir autant d’adresses IP que possible. C’est même honteux de la part de celui qui se dit scientifique. Enfin…Jai oublié qu’il existe des scientifiques de caniveaux.

    • PIP dit :

      Science sans conscience n’est que ruine de l’ame….

    • Ta seyi dit :

      @ markanthony un lol de ta part sur cet article aurait ete’ mieux que ce long et improductif commentaire que tu nous laisse la. Tu parles de raison cartesienne pour un scientifique t’aurais mieux fait avec pythagore ou thales je t’assure. Parceque pour un cartesien de ton calibre, ta critique de la raison pure ne t’aide ps bcp a discerner entre les lignes discours la fiction et la realite’. Tu aimes ton presi, fine, on ne le hait ps encore moins moi. Sauf que faut ps deconner quand on sait qu’il ya des poissons qui meurent de soif dans l’ogooue’. Si ca va mal, on parle, si les choses avancent positivement on acclame. C’est comme ca. Donc s’il te plait cher countryman, stay abroad, et apprend bien tes lessons sur la politique gabonaise et les realites auxquelles sont confrontes le people d’en bas et mm la classe aisee. This time around brother is not easy for everyone.

    • Le citoyen libre dit :

      Si vous étiez un scientifique qui vit au Gabon vous auriez compris que le pays est très mal dirigé par ALI Bongo et qu’il est temps de remettre le Gabon entre les mains des gabonais compétents. ALI n’aime pas le Gabon , il est comment un enfant gâté qui prend le Gabon comme son jouet Hitch. Si Ali a le courage qu’il vienne arrêtez tous les gabonais qui ne sont pas d’accord avec la manière avec laquelle il dirige le Gabon. Vous croyez nous faire peur avec la CPI ? Je crois qu’il a mieux à faire , qu’il arrête ceux qui volent notre argent.
      Le Gabon ne mérite pas ALI. Vous ferez mieux de rentrer au Gabon pour vivre les réalités.

  5. Boomrang dit :

    @markantony

    Je me réclame également de cette majorité silencieuse dont vous faites allusion. La 1ère question qui me vient à l’esprit est la suivante: pourquoi vivez-vous à l’étranger alors que vous êtes soit disant un éminent intellectuel, scientifique de surcroît? Le Gabon d’Ali Bongo fait quoi pour vous permettre d’évoluer et de vous épanouir dans d’excellentes conditions au Gabon?

    Vous n’êtes ni le 1er, ni le dernier gabonais à avoir une femme étrangère. Depuis toujours les gabonais ont souvent eu des femmes étrangères, encore plus ceux qui nous dirigent. Juste pour vous dire que les gabonais ne sont pas xénophobes à ce point. Depuis les années 60, le Gabon est un des rares pays subsaharien à avoir accueilli et intégré autant d’étrangers, notamment ouestafricaines. Cependant il est tout à fait légitime qu’à un moment donné, notamment lorsque plus de 40% des jeunes gabonais sont au chômage, les gabonaises demandent de contrôler le flux d’immigrés. Il est tout aussi légitime que les gabonais demandent que ça ne soit pas quelqu’un qui a été naturalisé il y a seulement 3 ou 4 ans, j’ai nommé Acrombessi, qui prenne en réalité les décisions stratégiques relevant de la sphère exécutif. ça ne s’est jamais vu dans aucun pays au monde! Manuel Valls d’origine espagnole en France a été naturalisé à l’âge de 17 ans, a eu un parcours irréprochable et a été nommé 1er ministre à juste titre. Son travail en sa qualité de 1er ministre n’est pas de décider à la place d’Hollande ou de servir de prête-nom dans les mafias financières ou d’acheter des hôtels privés à Paris de 65 milliards au compte de son ami Ali Ben.

    Non, les gabonais ne sont pas xénophobes, ils en ont juste plus que ras-le-bol qu’on leur prenne pour ce qu’ils ne sont pas, à savoir des éternels maboules aux yeux fermés.

    Ali Bongo et sa clique nous prennent pour des cons. Diviser pour mieux régner, voilà leur trouvaille. Lorsque le porte – parole d’Ali fait des insinuations sur le patronyme de Jean PING, il n’est pas xénophobe; Lorsque le décérébré qu’on nomme Ogandanga Michel, directeur de la communication d’Ali, fait allusions à une frange de la population du Nord du Gabon qu’il faudrait purement et simplement exterminer, il n’est pas tribaliste. Bref, untel ou untel est xénophobe ou tribaliste lorsque ça vous arrange. Mais ce n’est pas comme ça que ça fonctionne. C’est exactement comme pour les détournements. On ne fait pas la chasse aux détourneurs, aux pilleurs, aux farudeurs, lorssqu’on est soit même un détourneur, un pilleur, un fraudeur professionnel. Voilà pourquoi le train de l’émergence est bloqué.

    Vous auriez aimé que nous fermions nos gueules alors que nous avons le cul assis entre crimes rituels, chômage, délestage quotidien, manque d’eau, manque de routes? Au lieu de vous cacher derrière votre ordinateur à l’étranger, venez vivre au Gabon, venez vous frottez à nos réalités ici. Je crois bien que vous fuirez le pays au bout d’un mois. Alors, pas de leçon à recevoir de quelqu’un qui est déconnecté des réalités du pays. Le pays va mal et c’est la faute à Ali Bongo et à sa garde rapprochée qui gèrent tout depuis la présidence. Pas la peine de se cacher derrière de fausses excuses et de chercher des bouc émissaires partout parce que vous avez la pression de braves bonhommes et dignes filles et fils du pays qui ont osé vous crachez la vérité sur la figure.

    Ali Bongo s’exprime en monarque. Le Gabon lui appartient. Il va y s’accrocher par la force, quitte à y créer une guerre civile. On verra bien.

    Ps: les menaces et autres intimidations (adresses IP et autres) ne font peur qu’aux mouches. Nous avons dépassé le temps de la peur car la peur a désormais changé de camp. Relisez le discours de votre Raïs entre les lignes.ça pue la panique. En tous cas il n’est pas serein du tout, contrairement aux apparences affichées.

  6. kango dit :

    Markantony laisse nous tes conneries tu n’es qu’un pauvre pedegiste gaie masque on vous connait va au diable. Nous qui ecrivons sur le net pour la plus part on vit ici au pays sur place cest nous qui connaissons la souffrance reelle du peuple. De la ou tu es ferme t gueule

  7. Don Corleone dit :

    Indépendant mon œil on vous connais; scientifique de mes deux la non prise en compte de la misère des population attise la haine, les Gabonais n’en peuvent plus la pauvreté frappe des famille entière en plein fouet faites un tour dans les bourgades que vous avez cité et vous verrez le vrai visage de la pauvreté, faites un tour dans le quartier sous intégrés de Libreville vous verrez le vrai visage de la misère

  8. Pignouf dit :

    Je dis hein,Markantony là raconte quoi de bien? Bon voilà, tu peux prendre mon adresse IP, je vis au Bénin, laisse-moi te dire que souffre tous les jours avec mes amis béninois qui disent que ce qui se passe au Gabon ne peut pas se passer chez eux. Un gabonais ne peut pas gérér le Gabon. La communauté gabonaise vivant au Bénin souffre dans son amour-propre. Nous n’avons pas oublié ici que l’avion d’acrombessi a été arrêté à l’aéroport de Cotonou il y a 3 ans. L’avion présidentiel en plus. Les douaniers avaient trouvé drogue, prostituées, fausse monnaie dans cet avion. L’affaire a fait grand bruit au Bénin. Laissez-moi vous dire que lorsqu’on est gabonais vivant au Bénin, on encaisse et c’est dur. Donc moi tout ce qu’Ali raconte là, ce ne sont que de belles paroles, rien de plus on connaît la réalité. J’appelle ma famille régulièrement au pays, parfois il passe 3 semaines sans eau! Mon beau-frère me raconte que par moment il va au boulot sans se laver la bouche le matin par manque d’eau, vous imaginez?! Non, ces gars là ne sont pas sérieux. Ils n’aiment pas le Gabon et détestent les gabonais.

  9. Pignouf dit :

    Un gabonais ne peut pas gérer le Bénin…

  10. markantony dit :

    Salut à tous!
    Donc c’est me traitant de gay, pdgiste, scientifique de “mes deux” ou parce que je vis à l’etranger que j’ai l’obligation de vous confier la gestion de mon cher pays.Merci pour vos insultes et vos denégation. je sais ce que j’ai écrit et c’est toujours lisible sur cette page. Comprend qui veux. Pour le reste, si ça vous rejouis de prendre votre temps pour insulter les gens sur le net, prenez-y plaisir.
    Ma position est extrêmement claire. JE NE VOTERAI PAS “A PRIORI” ABO EN 2016. Je parle en mon nom et au nom de MON BULLETIN DE VOTE. je ne suis pas un activiste comme certains d’entre vous qui veulent convaincre les gens. Donc je me répète: Si vous continuez avec vos discours d’insultes, de xénophobie et de haine, vous ne me convaincrez pas ainsi que bon nombres d’individus qui vous lisent.
    J’ai bien précisé dans mes propos que ce discours se retrouve chez les politiques et internautes gabonais de tous les bords, pouvoir comme opposition. Ce qui m’interesse ainsi que d’autres gabonais c’est ce qui sera fait de leur pays et d’eux-même.VOS INSULTES, ON S’EN FOUT!!!!!!!

    • albert dit :

      Monsieur Markantony,

      je comprends votre reactions aux differents propos tenus ici, et d’ailleurs les insultes ne font pas avancer les debats. c’est vrai que en dehors de quelques personne à LBV, POG, FCV et OYM. les gabonais le lisent pas les jounaux sur le net. car ils ont trop de pb avec les innondation et la faim, le pb de logement ainsi de suite.
      mais je vous dirais juste que la conception scientifique devrait nous faire analyser des faits objectifs.
      je ne vais pas faire un bilan exhaustif mais un president est élu sur la base d’un projet. et toi qui vie en france tu le sais tres bien car l’un des vanatages qu’avait hollande face a Sarco c’est le le premier n’avais pas de bilan a defendre. et là tu vois apres 5 ans de mandat ABO a un bilan qui joue contre lui.
      objectivement il a promis des choses aux gabonais avec ds dates precises de realisation. mais il se trouve que 5 ans plus tard à peine 5% de ce qui a été promis a té realisé pour la periode considérée. mieux parmis les choses réalisé c’est pas le plus important et le plus urgents pour les gabonais.
      la science se base sur des chiffre et des fait mesurables et verifiables.
      il a dit, parmis les besoins urgents des gabonais:
      – 5000 logements par an,
      – 35 éleves par salle de classe,
      – baisse des matériaux de construction (ciment, fer, bois sable),
      – baisse des produits alimentaire de base,
      – acces au soins de santé,
      je vais m’arrétér là car j’aurais pu ajouter la compagnie aérienne prevue avant la CAN 2012, au moins pour vous qui vivez en europe.tout ce que j’ai cité là devraient être realisé avant 2016;
      bon tout ce que je dis vous pouvez le verifier dans le document du PSGE.

      alors apres 5ans voila le bilan :
      – pas de 5000 logements juste 100 maisons inachevé a angodjé,
      – pas de classe de 35 éleves mais toujours 90 en moyenne,
      – matériaux de construction tres cher (400mille le camnion de gravier, 260mille le sable, 450 la brique avec livariso, 5000 le sac de ciment etc),
      – pas de baise des aliments 300 le manioc batéké, 3500 le kg de poisson, 4000 le kg de viande sans os, 3 piment a 200f, 3 tomates à 200f etc,
      – seule fait acces à la santé par la CNAMGS en terme de soin de base ce quiest deja bien pour le splus demunies.

      Bon monsieur markantony la je viens te tenter une demonstration scientifique pour dire que ce qui ne sont pas au pouvoir n’ont pas vraiment de bilan a défendre mais celui qui y est n’as pas tenue promesse pour plein de choses. et la pauvreté continue son petit chemin.

      pour finir pour avec un travail corecte au gabon il faut etre souvent au PDG, ou être membre de la penthere noier ou autre. mais si tu ne veut aps de toutes ces choses et bien prends tes diplome et accepete d’etre sous évalué et ne te plein jamais de ne pas evoluer professionnelement.

      a chacun de faire son analyse de la situation

      je m’excuse pour les faute j’ai pas relu mon texte.

    • El Hombre dit :

      Que l’insulte, pitié pour le Gabon de 54 ans

  11. Boomrang dit :

    Monsieur le grand scientifique, rentrez au pays, ça vous fera du bien. Apportez votre contribution au développement de ce cher pays que vous aimez tant au lieu de vociférez dans le néant. Si dénoncer les tristes réalités du pays c’est faire de la politique alors j’accepte. Soyez plus intelligent que vous le paraissez, et arrêtez les intimidations (nos adresses IP et Cie)parce que franchement ça vole très bas. Faites du bien à votre pays: venez nous rejoindre ici au pays. Beaucoup parmi nous avons des compagnes ou des compagnons étrangers, ça ne nous empêche pas de constater que le pays marche sur la tête à cause d’une bande de “jeunes” loups voraces prêts à tout pour mourir au pouvoir. Rappel: plus de 40% de tes jeunes compatriotes sont au chômage. Peut être que si vous rentriez vous aurez une idée pour sortir certains de cette ornière car au sommet (Ali et sa légion étrangère) ils s’en tapent. Leurs comptes sont garnis à l’étranger grâce aux détournements.

  12. Jeanine dit :

    @ Markanthony
    mon frere, ton discours demontre trop bien a quel point tu es completement a l’ouest des realites du Gabon. Rien que de t’entendre insister sur ‘TON vote’ qui ‘COMPTE'(uniquement dans tes fantasmes) suffit a me convaincre qu’avec toi, discuter serait comme brasser de l’air.
    Desole que les debats des gabonais realistes et soucieux de leur pays derangent ta douce vie de pseudo-occidental qui se croit au-dessus de la mele parce qu’il a une femme blanche et a gratter les crayons dans le pays des blancs. Ca te fait peut etre honte, surtout face a ta toubab dont le pays est d’un millenaire en avance sur le notre, de lire les realites du Gabon qui sont decrites par les internautes. Si ca te gene tant que les gabonais viennent sur le net crier leur desespoir et decrier la malgouvernance de notre pays, et bien t’a qu’a aller sur d’autres sites genre France3 ou TF1, qui sierra mieux a ta sensibilite exacerber de bounty.

  13. Ta seyi dit :

    Tsuuuoh a cause des gens comme markanthony on trouvera tjrs o diable des bons cote’s. En plus un scientifique qui vient faire une analyse d’amateur. De plus, markanthony si tu remarques la plupart des commentaires sont contre toi c’est que t’es ps sur le bn chemin. Ce ne sont ps tant les injures des autres correspondents qui devraient te choquer, mais par contre l’attitude, la mentalite’ et l’ignorance que tu sembles vehicules dans ton 1er commentaire qui fustre et qui enerve. Comment un gabonais va venir parler comme s’il ignorait les choses du bled? Mani mm un loool ou like c top arrete toi c mieux. Un homme marie’ tu vas te prendre des contres inutiles parceque tu as voulu exprimer ton zele. Le pardon existe, mais prochainement markanthony cher compatriot, tourne tn brain 7fois avt de commenter sur ce genre de sujet. A defaut met un lol si ca te depasse. Bref, Ali avec ce genre de discours qui peine a convaincre tn peuple aussi beau soit il, laisse entrevoir des serieuses pertubations a l’horizon pour 2016.

  14. Gabao.kool dit :

    Salut à tous

    Hey Markanthony ! Tu manges trop du lait en poudre et du beurre Bordier chez les autres et t’as oublié tes parents, harpagon. tu admires trop la tour eiffel et les champs Elysées te croyant chez toi, serais-tu un badaud lamentablement égaré et phagocyté par la splendeur d’un pays étranger? En toute évidence, nous sommes en droit de penser que, toi et les gens que tu supportes sont fascinés par l’étranger. Et pourtant frère diplomé et très autonome avec une femme étrangère, notre pays se dégrade tous les jours, une triste réalité qui, certainement ne te fait ni chaud ni froid. Cependant, nous en avons assez du monarque Bongo, et nous ne voulons pas de tes menaces de scientifique mal engagé et mal intentionné, tes menaces sont tout simplement ridicules et ne font peur à personne. Par contre, nous te suggerons de rentrer travailler au Gabon, la France c’est pas ton pays. Le lait en poudre, le beurre Bordier, la tour eiffel et les champs Elysées semblent te désorienter…

  15. kango dit :

    @markantony tu dois certainement passer une mauvaise fete du 17aout a la lecture de tous ces commentaires diriges contre toi il ne fait pas bon de defendre Ali et sa bande mon frere ressaisis toi rends toi utile en militant pour un changement du regime en place

  16. Roger Ella dit :

    Si la betise avait un nom on l’appelerait Markanthony. Voici un scientifique des egouts qui parle de courage pendant que lui-meme utilise un pseudo. Cher Markanthony je pardonne ton cretinisme car ta connaisance du Gabon varie entre moins l’infini et zero. Au lieu de me faire rire tu me fait pleurer quand tu fais allusion au vote. Si seulement tu avais la simple idee de ceux qui sont a la tete de la cour constitutionnelle,de la cenap et du ministere de l’interieur,tu n’oserais pas cliquer sur ton clavier et defendre ton patron ali ben. Sais tu comment les gabonais se deplacent? As tu deja entendu parler de sogatra la seule compagnie de transport au monde qui n’arrive pas a transporter les habitants d’une seule ville? Je comprends que tu es pedegiste mais manquer de logique est une idiotie. Tu te plais d’etre en France,c’est normal car tu es negre. Mais reviens au pays et fais un tour a l’hopital juste par curiosite et je parie que tu reviendras effacer les insalubrites que tu as ecrites. Longe les rues de libreville et tu verras que la mairie de libreville n’arrive meme pas a ramasser les ordures. Cela te fais plaisir de savoir que le directeur de cabinet et le chef de cabinet d’ali ben sont respectivement beninois et somalien,car pour ali ben les gabonais sont nuls.

  17. markantony dit :

    Les logements et les routes se font construire et ABO travaille. Vous n’etes que des aigris. Je reitere mon soutien a la politique du chef de l’etat . Le PDG est au pouvoir pour un siecle.

  18. Madonna dit :

    @Marcanthony

    Mon très chère il n’y a pas pire aveugle que celui qui refuse
    De voir .
    Du pays des “blancs” ou tu es , incompétence ” est personnifié
    Par “notre” ALI .
    Les gabonais souhaitent simplement que cet imposture cesse !

  19. Ta seyi dit :

    Vraiment markanthony je suis sur a 100% que tu ne sais mm ps ce que tu soutiens, et quelles sont grandes lignes de la politique Ali-PDG. En manque d’arguments et de convictions personnelles c’est triste pour ta personne. En plus si nous sommes des aigris de la politique d’Ali coool au moins il est au courant qu’il ya des jeunes qui ont des convictions fortes, quelque part dans ce Gabon. Contrairement a toi, emprunte’ et sans convictions. Le PDG est au pouvoir pour un siecle, voila encore une affirmation gratuite de la part d’un cartesien en herbe et amateur des propos douteux. C’est vrai markanthony a defaut d’avoir des convictions la honte rechauffe.

  20. Mile dit :

    Tout homme politique progresse sous les feux de la critique. Son rempart est sa capacité à admettre tout jugement… tout jugement de valeur.. Au fait, 8 PERSONNES SUR 10 qui occupent des postes importants les secteurs politico-administratifs, ne l’ont été que parce que leurs parents ont pris à des degrés divers, le soin de les y amener.
    Parfois, sans compétence aucune.
    Et depuis toujours. Le Gabon est ainsi devenu ce que nous voyons.
    Moi je suis orphelin, analphabète, et bon observateur. Oui j’affirme que la machine PDG a réussi à insérer au cœur du système politico-administratif une stratégie de reproduction (école des cadres du parti, familles, autres cercles)…
    Une réalité qui, sous nos yeux, fait désormais défiler les failles abyssales d’un système qui est de moins en moins capable de s’ouvrir.
    Le renouvellement des élites peut être admis s’il s’appuie sur des critères autres que (néo)patrimoniaux, tribalo_ethno-régionalistes.
    Des critères qui gouvernent le Gabon depuis plus de 50 ans…
    Bye

  21. Gabson dit :

    @Mile
    Vous avez tout résumé. Merci.

    @Markantony

    Vous n’êtes qu’un pseudo scientifique incapables de faire une démonstration de ce que vous alléguez. Versatile et inconsistant en plus. Pseudo scientifique ayant fait le choix de s’installer à l’étranger pour fuir les misères (manque d’eau, coupure d’électricité, femmes accouchant à même le sol dans les 4 coins du pays, clientélisme, culte de la médiocratie et des apparences, monarchie maçonnique etc. Remarquez, un pseudo scientifique qui “soutient” un pseudo président, quoi de plus normal.

  22. markantony dit :

    Bonjour chers compatriotes!
    Pour commencer, un individu a pris mon pseudo pour envoyer un message aujourd’hui 18 aout 2014 à 10h24. Je ne suis pas l’auteur de ces propos. Je n’ai posté que 2 textes: le 17 AOUT à 6h34 et 20h02.
    Ensuite je veux remercier ALBERT qui dans son texte du 17 aout 23h59, me permet de voir effectivement les insuffisances du pouvoir actuel face à ses promesses. De même que Mile ce jour à 15h47. C’est exactement des gens comme vous qui pouvez convaincre les masses de ne pas reconduire le pouvoir actuel. Restez sur cette démarche et le Gabon en sortira plus grand.
    Pour terminer je vais essayer d’éclairer les propos obscures de certains qui se tirent une balle dans le pied avec leurs discours. Même si une partie de mes études s’est passée en France, je n’y suis plus. Ma femme n’est pas blanche mais originaire d’Afrique de l’Est très connu pour le génocide de 1994. Pour les adresses IP, relisez mon 1er texte et vous comprendrez définitivement que j’attire votre attention sur les propos haineux que vous tenez. J’explique que la Cour Penale Internationale (et non la justice gabonaise ou le pouvoir actuel) ne vise pas que les chefs d’etat en cas de crime grave contre un peuple. Meme les appels à la haine peuvent faire l’objet de poursuite. Je vois pas en quoi mes écrits sont une menace envers vous, internautes gabonais, libres de tenir les propos que vous voulez, où vous voulez quand vous voulez. Sauf que le chemin le plus facile c’est la haine et l’insulte. Eh ben, continuez! Parlez nous d’Accrombessi, de la légion soi-disant étrangère, du sommeil de Sylvia, d’Ali sera-t-il reçu où pas par tel chef d’Etat?, d’Ali pisse t-il avant de dormir? Et vous vous sentirez mieux…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW