Déclinée le 26 février, la déclaration de politique générale du Premier ministre a été abordée entre ce dernier et le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale, François Louncény Fall, le 20 mars à Libreville. Le patron de l’Unoca a promis d’accompagner les grandes orientations du programme de gouvernement au bénéfice de «la paix et le développement du Gabon».

François Louncény Fall (à gauche) lors de son audience avec Julien Nkoghe Bekale, le 20 mars 2019 à Libreville. © Primature

 

Le Premier ministre a reçu le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique centrale, le 20 mars à Libreville. Au cours de cette rencontre ayant permis d’aborder plusieurs questions bilatérales, le patron du Bureau régional des Nations unies pour l’Afrique centrale (Unoca) a donné certains engagements dans le cadre de la déclaration de politique générale du Premier ministre.

«Nous avons retenu des messages importants dans cette déclaration. Le Premier ministre nous a présenté les priorités de son gouvernement et nous avons donné l’assurance que le système des Nations unies accompagnera ce gouvernement dans l’accomplissement de toutes ces priorités au bénéfice de la paix et le développement du Gabon», a déclaré François Louncény Fall.

C’est devant l’Assemblée nationale, le 26 février à Libreville, que le chef du gouvernement a décliné les grands axes de l’action que son équipe et lui entendent mener. Julien Nkoghe Bekale a égrainé une série de mesures qu’il envisage de prendre, tournant pour l’essentiel autour de l’optimisation des recettes publiques et de la contraction des dépenses.

Le patron de l’Unoca n’a pas manqué d’évoquer l’état de la coopération entre son institution et le Gabon. «Les relations entre l’Unoca et le Gabon sont excellentes. Nous suivons de très près l’évolution de la situation politique, économique et sociale au Gabon et l’ensemble du système des Nations unies travaille très activement avec les différents départements», a conclu François Louncény Fall.

La mise en place de l’Unoca traduit la volonté des Nations unies et des organisations sous-régionales, en particulier la CEEAC, d’œuvrer de manière concertée pour créer les conditions d’un développement durable de l’Afrique centrale et favoriser l’intégration dans cet espace géographique. La paix et la sécurité en sont les préalables.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW