En vacances au Gabon à la Pointe Denis, du 24 décembre 2018 au 7 janvier 2019, Mohammed VI s’est afféré à «aménager les conditions d’un rétablissement complet et d’un prompt retour au Gabon» de son «ami» Ali Bongo. Selon Jeune Afrique, le dirigeant marocain s’y est notamment entretenu avec Marie Madeleine Mborantsuo, Pierre-Claver Maganga Moussavou et Emmanuel Issoze Ngondet.

Mohammed IV et Ali Bongo (archive). © D.R.

 

Un peu plus de 10 jours durant, du 24 décembre 2018 au 7 janvier 2019, Mohammed VI a passé des vacances à la Pointe Denis, cap situé à l’Est de l’estuaire du Komo, à une dizaine de kilomètres en face de Libreville. Une période de repos durant laquelle le monarque marocain a eu des séances de travail avec certaines personnalités clés du régime.

Selon Jeune Afrique, le dirigeant du royaume chérifien a reçu plusieurs personnalités politiques, et non des moindres. Il s’agit du Vice-président de la République, la présidente de la Cour constitutionnelle et l’ancien Premier ministre. «Rien n’a filtré de ses entretiens avec Marie Madeleine Mborantsuo, Pierre-Claver Maganga Moussavou et Emmanuel Issoze Ngondet», a écrit le magazine.

L’hebdomadaire panafricain soutient que Mohammed VI a «consulté les politiques, rassuré les responsables sous pression et, surtout, tenté de déminer les conflits entre clans rivaux», évoquant une «guerre des clans qui, depuis l’AVC dont a été victime le chef de l’État en octobre dernier, prend des proportions inquiétantes».

En gros, soutient Jeune Afrique, pendant que son «ami» se reposait au Maroc, Mohammed VI s’est chargé de lui «aménager les conditions d’un rétablissement complet et d’un prompt retour au Gabon». Si retour prompt au Gabon d’Ali Bongo il y a effectivement eu, pour la prestation de serment du gouvernement le 15 janvier à Libreville, ce come-back sera cependant de courte durée.

Des sources concordantes indiquent qu’Ali Bongo va quitter Libreville dans quelques jours pour Rabat, visiblement pour y poursuivre sa convalescence, laissant un pays ankylosé par les doutes sur sa capacité à diriger le pays.

 
 

3 Commentaires

  1. Ikobey dit :

    Il faut sauver le soldat Ali.
    Il est dommage que ses meilleurs soutiens viennent de l’étranger !
    Le Gabon mérite-t-il un tel Président ? oui bien sûr, mais peut-être pas les Gabonais.

  2. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    Rappel lu pour vous :
    “LA DYNAMIQUE BWETE”
    * “QUATRE VINGT QUATRIÈME JOUR DE L’ÈRE CALENDAIRE LÉON MBA MINKO : GABON D’ABORD” *
    « NOUS ALLONS MAINTENANT, TOUS ENSEMBLE, SORTIR LE GABON DE LA OU NOUS L’AVONS MIS »
    Mon frère bien aimé Ali Bongo, MUANGA N’KOMBÉ (DIEU) t’offre une dernière chance de te repentir. Tous ceux qui ont fait échouer ta digne et pacifique passation du pouvoir avec Jean PING à la demande des États-Unis d’Amérique (USA), de l’Union Européenne (UE) et de la France souveraine authentique le, 17 aout 2017. Tous ceux qui ont boycotté, puis occasionné le retour précipiter du Président de l’Égypte venu expressément à Libreville officier ladite passation seront châtiés par MUANGA (DIEU). ALI BONGO MON FRÈRE BIEN AIMÉ, NOUS SOMMES JEUNES. Laisse Jean PING accomplir ” La Mission ” que lui a confiée MUANGA (DIEU). Celle de nettoyer la souillure et l’impure franc-maçonnerie sur ” Sa Terre Sacrée De l’Intelligence Divine Exceptionnelle IBOGA : Le Bois Sacré “. Exécutes-toi cette fois ci. Ali Bongo mon frère bien aimé tu seras ainsi béni pour l’éternité, toi et toute ta descendance. Moi BWETE (Michel BOUKA RABENKOGO) que tu as décidé depuis 2009 de faire ramper et Le N’DJOBI (Ya Léon Paul) que tu as fait chasser du secrétaire général du Conseil national de sécurité par Maixent Accrombessi, nous te rappelons que malgré tout, tu restes notre frère et nous sommes prêt à t’aider. Tu pourras revenir plus tard au pouvoir si tu le veux pour juste un mandat, redorer puis effacer si tu le peux dans la conscience collective, l’image incomprise ternie de notre père Omar Bongo : « Mains blanches, je suis arrivée au pouvoir, Mains blanches je partirai » puis « J’ai pour habitude de dire gabonais nous sommes, gabonais nous resterons, pensons à notre pays, pensons à notre jeunesse, nous croyons en Dieu, mais Dieu ne nous a pas donné le droit de faire du Gabon, ce que nous sommes entrain de faire. Il nous observe. Il dit amusez-vous, mais le jour où il voudra aussi nous sanctionner, il le fera. Que Dieu protège le Gabon ». LES ERREURS D’UN PÈRE SONT UNE RICHESSE INESTIMABLE POUR L’ENFANT INTELLIGENT. Ali mon frère bien aimé repend toi. Saisi pour le bien de nous tous cette dernière chance que t’accorde MUANGA (DIEU). « ET L’AFRIQUE BRILLERA DE MILLE FEUX ». BWETE.
    *IBOGA EST DÉSORMAIS AUX COMMANDES*
    # LA RESTITUTION #
    “GABON D’ABORD”

  3. diogene dit :

    Belle image du maître face à son esclave.

    Quand le Maroc sera une république, le Gabon sera heureux de s’allier avec la république marocaine et ses dirigeants élus.
    Bien sur il faudra de même que le Gabon devienne une république et non le royaume du Bongoland.
    Les alliances et amitiés entre dictateurs ne nous disent rien de bon.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW