Oublié depuis quelques années, le poste de coordinateur général des affaires présidentielles a été ressuscité le 5 décembre 2019. À l’issue du Conseil des ministres présidé par Ali Bongo, son fils Noureddin Bongo Valentin occupera désormais ce poste qui fait de son occupant une sorte de «président bis».

Ce 5 décembre, Noureddin Bongo Valentin a été nommé coordinateur des affaires présidentielles. © D.R.

 

Très attendu par l’opinion, le communiqué final du Conseil des ministres du 5 décembre 2019 est tombé en fin d’après-midi. Comme il fallait s’y attendre, les mesures individuelles ont entériné l’éjection des hauts cadres interpellés dans le cadre de la croisade anticorruption en cours, aussi bien à la présidence de la République qu’au sein des sociétés parapubliques. Ce Conseil des ministres a fait réapparaître le poste de Coordinateur général des affaires présidentielles confié à Noureddin Bongo Valentin, le fils du président gabonais.

Créé par décret n°000206/PR du 10 mars 2003, le poste de coordinateur général des affaires présidentielles a pour la première fois été occupé par Jean-Pierre Lemboumba Lepandou. Après lui, on en a rarement entendu parler, sauf le bref épisode de Étienne Massard Makaga. Ali Bongo l’a réactivé le 5 décembre en y nommant son premier fils. Placé sous l’autorité directe d’Ali Bongo, Noureddin Bongo Valentin traitera directement les dossiers qui lui seront confiés par le président de la République. Il coordonnera l’activité des hauts représentants personnels et des représentants personnels d’Ali Bongo.

Noureddin Bongo travaillera avec un cabinet composé d’un directeur de cabinet, un conseiller juridique et administratif, un conseiller économique et financier, un chargé de la communication, une secrétaire particulière, une secrétaire de cabinet et des agents de sécurité. Ce cabinet disposera d’un «crédit budgétaire» qu’il administrera «personnellement». En plus de cette ligne, il bénéficiera «d’une solde forfaitaire globale de 4 millions 20 mille francs CFA».

À force de voir les directeurs de cabinet d’Ali Bongo occuper le devant de la scène, les Gabonais avaient presque oublié cette fonction relevant du pouvoir exécutif qui pourrait bien éclipser celle de directeur de cabinet du chef de l’État. En effet, si avec Brice Laccruche Alihanga ils ont découvert que le directeur de cabinet du président de la République était le «messager intime» de ce dernier, avec la restauration du poste de coordinateur des affaires présidentielles, ils pourraient bien vite se rendre compte qu’en plus du poste de Vice-président de la République, qui constitutionnellement supplée le président dans les fonctions que celui-ci lui délègue, le coordinateur général des affaires présidentielles est une sorte de «président bis». En clair, Noureddin Bongo gèrera les affaires de l’État avec son père.

D’aucuns y voient «un passage de témoin entre un père malade et son fils pour la survie de la dynastie au pouvoir». Ces derniers soupçonnent la mise en branle de la machine pour la préparation de 2023. Réalisme ou spéculation ? Les événements à venir permettront d’y répondre avec certitude. En tout cas, la maison Bongo vient de fixer le cap sur son horizon visible. Avant d’être nommé à ce poste, Noureddin Bongo Valentin était plutôt considéré comme un «homme d’affaires».

 
 

9 Commentaires

  1. Eternite dit :

    Bonjour,

    @Gabonreview, pourquoi poser la question et ne pas y repondre dans votre argumentation.

    ” D’aucuns y voient «un passage de témoin entre un père malade et son fils pour la survie de la dynastie au pouvoir». Ces derniers soupçonnent la mise en branle de la machine pour la préparation de 2023. Réalisme ou spéculation ?”

    Vous en tant que 3e pouvoir; que vous inspire cette nomination ? vous avez justifié la nomination de jessye Ella comme porte parole à travers un cursus universitaire et diplomant; pourquoi ne pas l’avoir fait également pour monsieur le Coordinateur general des affaires présidentielles?

    Bref, rien de nouveau sur la “planète” Gabon..mis à part qu’un parvenu remplace un autre parvenu et le résultat lui sera connu d’avance….

  2. Ulys dit :

    Vous avez été long dans votre article pour rien. Ça aurait été plus facile pour vous d’écrire que le clan Bongo sent la FIN de règne. Voila pourquoi il s’agite de partout.

  3. Israel NZUE dit :

    J’aime mon compatriote Noureddine Bongo Valentin. C’est un jeune homme courtois. Et discutant une fois avec lui, je me suis rendu compte de sa grande intelligence. Honnêtement, je ne vois aucun problème dans la nomination de ce compatriote à une fonction publique. Il est Gabonais, et peut être nommé à toute fonction. J’ajoute que ce n’est pas Noureddine qui a été adopté par le couple présidentiel, mais Bilal, le plus jeune des enfants. Attention aux racontars, au kongossa, à la divulgation de fausses informations.

    • Hugo dit :

      Quelle “belle” apologie sur Nourredine. Et bien tu es très mal informé mon cher “Israel NZUE”. Si ce n’est pas que tu es du système ou acheté par le système pour écrire des conneries. Nourredine est adopté tout comme Ali Bongo avait été adopté. Dans cette famille Bongo, les vrais Bongo gabonais n’existent plus. Nous sommes gouvernés par des étrangers depuis 2009.

      • Israël NZUÉ dit :

        Mon pauvre Hugo, je vous plains pour votre pauvreté intellectuelle et votre manque d’objectivité flagrant.

        • Victor dit :

          C’est une bien drôle façon de vous défendre devant sieur Hugo. En quoi ce que vous écrivez pourrait être crédible ? Nous savons depuis fort longtemps que les Bongo payent plusieurs personnes (gabonais et étrangers) pour faire leur apologie. Nous ne cesserons pourtant de le dire: ce sont tous des incapables.

          • Ikobey dit :

            @Victor @ Hugo
            Soyez un peu tolérant ! Nzué a le droit de s’exprimer sans subir vos foudres. Vous n’accepter que les gens comme vous : haineux et complotistes.
            Oui, je confirme que Nouredine est plein de qualité et c’est une chance immense pour notre pays qu’il accepte de le servir.

  4. Félicitations pour votre nomination
    Chez nous en Tunisie on écrit “NOUREDDINE ” avec un seul r et deux d qui signifie littéralement “Lumière de la religion “

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW