Remonté il y a un jour, le conteneur qui avait coulé le 16 février a été ouvert le 23 avril. Toute la cargaison, constituée, entre autres, de filtres à eau, verres, ventilateurs, a été jugée avariée vu le degré de corrosion. Elle sera détruite dans quelques jours.

L’ouverture du conteneur au port Owendo, le 23 avril 2019. © Gabonreview

 

Un jour après son extraction de l’eau, le conteneur de marchandises en provenance de l’Europe disparu le 16 février a été ouvert le 23 avril, en présence de l’autorité portuaire, les services de Douanes et le consignateur.

La marchandise du conteneur est, entre autres, composée de filtres à eau, assiettes, outils de restauration, verres, ventilateurs. Au regard du degré de corrosion, la marchandise a été jugée avariée. Elle sera détruite dans les prochains jours. La prochaine étape consiste, selon le commandant adjoint du port, «d’en déterminer les responsabilités et définir les procédures de destruction de la marchandise», a expliqué Judicaël Romaric Ebinda Ngoungha.

Selon le consignateur du conteneur, le propriétaire de la marchandise avait déjà été indemnisé. «De ce fait la marchandise n’est plus de son fait, mais au consignateur. D’ici à la fin de la semaine, il sera procédé à la destruction de la marchandise. Au moment opportun, nous retournerons vers le service qui est responsable de l’incident pour recouvrer les frais qui ont été dépensés parce que l’incident est intervenu au moment de la manutention», a expliqué Wilfried Nigouegouny.

Selon le responsable de la Douane, la marchandise a été dédouanée. «La seule obligation qui incombe à la douane est de surveiller son enlèvement. La Douane n’est pas responsable et ne peut plus rembourser les frais de dédouanement perçus à cet effet. D’autant qu’au moment du dédouanement, la marchandise avait été évaluée et jugée réelle avant la que l’incident survienne», a estimé Hugues Modeste Odjangou, chef du bureau de contrôle de douanes Owendo.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW