L’acte posé par les jeunes soldats emmenés par le commandant adjoint de la Compagnie d’honneur de la Garde républicaine relance, avec une pertinence presqu’imparable, la question de la vacance de pouvoir. Même si les animateurs officiels de la scène politique gabonaise banalisent le fait, le qualifiant de «rêve qui a mal tourné», pourquoi celui dont le pouvoir a été visé ne bronche-t-il pas, s’interroge-t-on dans les quartiers.

Pourquoi le chef suprême des armées ne monte-t-il pas au créneau pour lancer un rappel à l’ordre ou un appel au calme au sein des troupes ? © D.R.

 

C’est sûr, la tentative de coup d’Etat orchestrée par des jeunes de la Compagnie d’honneur de la Garde républicaine (GR) n’a pas abouti. Mais il a impacté la mémoire collective et génère des interrogations. À en croire la déclaration lue par l’officier rebelle sur les antennes de la radio et de la télévision nationale, le discours d’Ali Bongo à la Nation, le 31 décembre 2018, est à l’origine de son acte.

L’allocution censée faire taire, en effet, les rumeurs sur l’état de santé du chef de l’Exécutif gabonais a plutôt «renforcé les doutes sur sa capacité à assumer les lourdes charges liées à la fonction de président de la République», a souligné le jeune lieutenant rebelle. Déplorant que l’on continue «d’instrumentaliser et de chosifier la personne d’Ali Bongo Ondimba», les putschistes ont jeté un énorme pavé dans la mare : ils remettent sous les projecteurs de l’actualité la problématique de la vacance du pouvoir au Gabon.

Le fait est d’autant plus pertinent que l’impensable a surgi du sein de l’armée. Et de quelle branche de l’armée ? Celle que l’opposition et une frange de l’opinion qualifient de milice privée des Bongo, celle qui fournit toujours la garde rapprochée du pouvoir, celle qui compte dans sa hiérarchie le célèbre patron des renseignements, Frédéric Bongo, membre réputé du putatif triumvirat censé gérer actuellement le pays.  Si au sein d’une armée comme celle-là des éléments en sont arrivés à douter de la capacité du chef de l’Etat à diriger le pays, qu’en est-il du côté du peuple ?

Bien de commentaires et de questions fusent à ce sujet au sein de l’opinion publique depuis le coup du 7 janvier dernier. En effet, puisque son dernier carré clame que «le président préside», qu’il «est à la tâche», qu’il est «pleinement dédié à sa fonction», nombreux attendaient une prompte réaction de celui dont le pouvoir a été l’objet de convoitise, l’objet d’une conjuration, l’objet d’un plan de subtilisation. Si tant est-il que «ses ennuis de santé sont désormais derrière lui», pourquoi Ali Bongo ne monte-t-il pas au créneau attester de sa vitalité ? «Pourquoi le chef suprême des armées ne lance-t-il pas un rappel à l’ordre ou un appel au calme au sein des troupes ? Quel est ce président dont le pouvoir a été visé et qui ne fait aucune déclaration à ce sujet ?» Autant d’interrogations entendues ça et là depuis les évènements du 7 janvier dernier.

Dans ce contexte, il ne reste plus qu’au concerné de tordre le cou à la clameur populaire. Prolongé, son mutisme pourrait donner raison au lieutenant Ondo Obiang qui estime que des «conservateurs acharnés du pouvoir dans leur funeste besogne» (…) chosifient «Ali Bongo Ondimba en mettant en scène un malade dépourvu de plusieurs de ses facultés physiques et mentales». Ce qui a abouti, selon le jeune militaire, à «un blocage du fonctionnement régulier des pouvoirs publics». Est-on à l’abri d’autres blocages du fonctionnement normal des institutions ?

 
 

12 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Vous attendez la réaction d’un cadavre ? Pitié ! On vous dit qu’il est MORT depuis octobre. A Ntare Nzame !!! Il faut nous croire…

  2. Koek lun dit :

    Le petit Garçon la est fort! Il a tout démasqué . Voilà un lieutenant intellectuel j espère que le peuple doit réclamer sa libération le plus vite possible . D ailleurs il n à tué personne c est les violents qui voulant riposter ont tiré sur les gens

  3. SERGE MAKAYA dit :

    Je donne un conseil a Frédéric Bongo. Quitte ce palais et retourne dans tes îles françaises pour toujours. NE REVIENS PLUS JAMAIS AU GABON. Si tu ne t’exécutes pas, je vais rentrer dans ce palais faire ta fête. Crois-moi, je maîtrise bien ce palais…

    SERGE MAKAYA

  4. SERGE MAKAYA dit :

    L’OCCIDENT NOUS MAÎTRISE TANT QUE NOUS N’ALLONS PAS MAÎTRISER NOUS MÊMES NOS PROPRES RESSOURCES NATURELLES… COMPRENNE QUI VOUDRA… J’ENCULE LA FRANCE QUI SE FOUT ÉPERDUMENT DE NOUS… IL EST TEMPS DE CRÉER LES USA (LES ETATS UNIS D’AFRIQUE)… SVP… AFRICAINS… RÉVEILLEZ-VOUS… POUR LE BIEN DE LA RACE NOIRE…

  5. Mimbo dit :

    Il y a quelques mois j’ai lu dans les commentaires que ,au pdg la seule chose qui est élaboré c’est le détournement des deniers publics ,là encore c’est selon puisqu’ils rongent jusqu’à la corde qui les soutien .Pour le reste telle que la situation actuelle ,ils agissent selon l’instinct animal(une espèce de conscience collective).

  6. Ayetebe Fong dit :

    Les défunts ne parlent pas mais des individus sans foi ni loi les exhibent volontiers a travers des montages vidéos peu convaincants pour tromper les plus naïfs d’entre nous.
    L’homme la ne réagira pas a la mascarade de putsch.pas plus qu’il ne recevra les vœux de la Nation.
    S’il venait a le faire par miracles,je vous paie a tous du Musungu pendant un trimestre.
    je m’appelle AYETEBE
    j’habite au 5 derrière le cécado
    je suis planteur

  7. SERGE MAKAYA dit :

    POUR BIENTÔT… UN GABON LIBÉRÉ DES BONGO… POUR BIENTÔT… https://youtu.be/KrwIb-vn_9A

  8. LIBERATION dit :

    Avez-vous vu une éclipse qui dure toute la vie ???
    C’est le début de la fin et c’est des auteurs de la mascarade portant sur la vitalité d’ALI qui va lâcher le morceau en 2018.

  9. Akoma Mba dit :

    Akoma mba se trouve à Rabat. Dans quel hopital se trouve le mort vivant? Dîtes-le-nous et comme ça on fait une vraie vidéo.
    Hahaha, Pédégistes, mentir, mentir, mentir, pour ra rien!!!

  10. Franchement Les François se prennent pour qui pour dire qu’ils ne concédent pas au changement de regime au Gabon iL voit le lein colonial en rupture. Soyez en sûr le changement ce verra chez. Ce qui me déplais dans ça C’est qu’ils nous prennent pour des idiots,ils comdane tous tentative de coups d’Etat. Faites attention Les Gabonais comme vous le savez est très reflechit donc arrêtez avec vos idiosis.

  11. FINE BOUCHE dit :

    Monsieur Le DRIAN Ministre des Etrangères françaises as t’il quelque chose à dire car très éloquent quant à la situtation qui prévaut au CONGO, sachant condamner ce qui dérange les intérêts français mais pas condamner ce qui fait défaut à la liberte et à la démocratique pour les africains.

    • Akébé Vite !!! dit :

      Au cul du même tonneau, pour la veulerie de ce type de raisonnement de faussaires,pratiquent à Salvini (ministre de l’intérieur Italien) le même sémillant et peu brillant le drian demande de respecter la souveraineté française ….cherchez l’erreur….

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW