S’appuyant sur le discours à la Nation du président de la République, prononcé le 16 août dernier, Lucie Milebou-Mboussou a ouvert, lundi, la session budgétaire du Sénat sous le signe du «concret» et du «changement» souhaités par Ali Bongo. Une tâche qu’elle a rappelée au Premier ministre.

Lucie Milebou-Mboussou (à droite) attend du gouvernement qu’il traduise en actes les orientations du président de la République pour le «changement». © Sénat-Gabon

 

À travers son adresse aux populations, dans le cadre de la célébration du 59e anniversaire de l’Indépendance du Gabon, Lucie Milebou-Mboussou en est convaincue, Ali Bongo a sonné l’heure du changement. La présidente du Sénat n’a d’ailleurs pas manqué de l’indiquer à Julien Nkoghe Bekale, le Premier ministre, le 02 septembre, à l’occasion de la rentrée de la chambre haute du Parlement. Elle a dit, en effet, avoir retenu deux orientations du discours du chef de l’État : la mise en œuvre de «mesures concrètes» pour «que les choses changent».

Or, estime-t-elle, pour rendre concrètes les attentes des Gabonais, «les réformes courageuses de l’assainissement des finances publiques», dont elle se félicite, ne suffisent pas.  Il convient désormais de donner des «marges de manœuvre nécessaires pour réaliser les investissements les plus urgents». Et parmi les urgences, l’élue de Fougamou cite la rentrée scolaire annoncée pour bientôt dans le public. Elle se préoccupe notamment de «la disponibilité d’espaces d’accueil pour les nouveaux élèves des classes de 6e et la problématique des amphithéâtres pour recevoir les nouveaux bacheliers».

«Nos apprenants devraient être accueillis dans de bonnes conditions, pour permettre à chaque enfant une saine compétition, en résonnance avec l’égalité des chances prônée par [le président de la République]; et à l’image de ce que nous-mêmes avons obtenu lorsque nous étions à leur place», s’est-elle adressée au chef du gouvernement.

L’autre urgence rappelée par la patronne du palais Omar Bongo Ondimba est liée au mauvais état de la Route nationale par endroits, «surtout avec la reprise des pluies». Convaincue de la bonne volonté du gouvernement à trouver une solution à cette situation, Lucie Milebou-Mboussou accueille positivement l’annonce faite par le président de la République de lancer prochainement d’importants travaux routiers.

«L’annonce du démarrage des travaux au cours de ce mois de septembre de la Transgabonaise reliant Libreville à Franceville, ne peut que nous réjouir, et rassurer ceux qui comme nous utilisons la voie terrestre pour nous rendre dans nos localités», se réjouit-elle.

Pour cette session prévue durer quatre mois, les sénateurs travailleront principalement sur le projet de loi de finances 2020.

 
 

2 Commentaires

  1. diogene dit :

    Bonne volonté d’échouer pendant un demi siècle…

  2. Grégoire Ndong dit :

    Quel changement ? Vous êtes vraiment sérieux ? Mdr!!!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW