Coupée le 7 janvier en matinée suite à la tentative de coup d’État de Kelly Ondo Obiang, la connexion Internet a été rétablie ce 8 janvier

Suite à la tentative de putsch, Internet a été coupé au Gabon pendant plus de 24 heures. © ITespresso.fr

 

L’Internet a été rétabli. C’est le constat fait par la plupart des utilisateurs des réseaux sociaux ce mardi 8 janvier aux alentours de midi. La connexion avait été coupée le 7 janvier en matinée, quelques heures après la tentative de coup d’État organisée par Kelly Ondo Obiang et son groupe.

Pendant 24 heures, les internautes ont été privés de leurs activités sur la toile tandis que les entreprises dont les activités dépendent de la connexion Internet ont dû essuyer une journée de perdue. Le gouvernement, encore moins les opérateurs de téléphonie, Gabon Telecom et Airtel Gabon, n’ont communiqué sur cette coupure. Pour l’opinion, la raison est évidente : «C’est à cause du coup d’État que le gouvernement a demandé de couper le net», ont dit en cœur une grappe d’élèves du Collège N’Tchorere.

C’est sans doute la raison et certains comme Abdul, un taximan, estiment qu’il le fallait. «Je crois que si Internet n’avait pas été coupé, on devait avoir beaucoup de cas de violence à cause des images véhiculées sur le net».

D’autres par contre estiment que «le gouvernement a délibérément choisi de couper le Gabon du monde alors qu’on avait besoin des informations en temps réel », a déclaré est un Gabonais de Dakar. La coupure n’a pas été aussi longue que celle de 2016, après les troubles survenu au lendemain de la proclamation des résultats de la présidentielle, mais nombreux n’ont pas eu le temps de télécharger des VPN pour rester connectés. Avec ce retour d’Internet, les internautes ont repris le cours normal de leurs activités et se déchaînent déjà sur la toile.

Toutefois, certaines entreprises réfléchissent sur des moyens juridiques pour contraindre les fournisseurs d’Internet à assurer un service minimum dans de telles situations.

 
 

pas de Commentaire

Soyez le premier a commenter.

Poste un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D'INFOS MATINALES DE GABON REVIEW