Au 6e arrondissement de Libreville, le corps d’un nouveau-né a été retrouvé, ce mardi, gisant au milieu de détritus. Les autorités municipales annoncent l’ouverture d’une enquête pour faire toute la lumière sur cette découverte macabre.

Le corps du nouveau-né sans vie retrouvé, le 1er octobre 2019, à Nzeng-Ayong. © Facebook/Juvenal Roblex Ondo

 

Vision d’horreur cette après-midi à Nzeng-Ayong. Les habitants de ce quartier du 6e arrondissement de Libreville ont découvert le corps d’un nouveau-né au lieu dit Nouvelle-Cité. Celui-ci, en état de décomposition, gisait au milieu de détritus. Celui ou celle qui l’avait laissé à cet endroit avait pris le soin de le dissimuler dans un pagne. Sa découverte a sans nul doute été faite grâce à l’odeur qui s’y échappait.

Si les circonstances de cette découverte macabre n’ont pas encore été rendues publiques, sur sa page Facebook, Juvenal Ondo, maire adjoint du 6e arrondissement, annonce qu’une enquête sera ouverte, dit-il, «pour déterminer l’auteur de cet acte ignoble».

Devenu rare ces dernières années, ce genre de découverte est néanmoins habituel au Gabon, où l’avortement clandestin semble échapper aux autorités judiciaires, et où l’éducation sexuelle reste taboue, particulièrement au sein des familles.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW