Confrontés aux tracasseries administratives ayant contraint plusieurs des leurs à exercer dans l’illégalité, les pêcheurs artisanaux gabonais exhortent le gouvernement à ouvrir un guichet unique afin de faciliter leurs démarches administratives. Le ministre de la Pêche, Biendi Maganga-Moussavou, a promis de soumettre l’idée au gouvernement.

Des pêcheurs artisanaux dans un débarcadère au Gabon. © Fishconsult.org

 

Au Gabon, l’on s’achemine vers la création d’un guichet unique censé faciliter la tâche à plusieurs dizaines de pêcheurs artisanaux. C’est, en tout cas, l’idée qu’entend soumettre au gouvernement Biendi Maganga-Moussavou, qui a effectué récemment une visite aux points de débarquement d’Alibandeng, Ambowe, Bambouchine et Ozoungue à Libreville. L’objectif du ministre de la Pêche est d’amener ces artisans à se conformer à la loi qui règlemente leur activité.

Au cours de leur échange avec le membre du gouvernement, les pêcheurs ont justifié leur difficulté à se conformer à la loi par les tracasseries administratives auxquelles ils sont soumis. De l’aveu du ministre de la Pêche, les procédures sont parfois lourdes : «lorsqu’ils font leurs démarches [administratives], ils doivent se rendre d’un côté à la Marine marchande, puis à la direction générale des Pêches et Aquaculture, après être passés par l’Agasa».

Or, en plus de ces obligations administratives auxquelles la plupart des pécheurs artisanaux ont préféré se soustraire, les professionnels du secteur sont soumis au respect d’un ensemble de règles parmi lesquelles les déclarations de captures, la conservation du poisson dans de bonnes condition, la chaîne du froid. Le difficile accès au débarcadère, en raison du mauvais état de la route, est aussi une question sur laquelle les pêcheurs souhaitent que le gouvernement se penche.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW