Limogé du gouvernement, vraisemblablement après son refus d’hériter du ministère de la Décentralisation, Arnauld Calixte Engandji-Alandji semble n’en vouloir à personne, encore moins à Ali Bongo, dont il assure continuer de se tenir à sa disposition pour de futurs défis.

Viré du gouvernement, Arnauld Engandji dit être à nouveau prêt à servir. © Gabonreview

 

Le tweet d’Arnauld Engandji. © Capture d’écran/D.R.

Après quatre années aux affaires, dont 17 mois passées au gouvernement, Arnauld Calixte Engandji-Alandji ne regrette pas d’avoir servi son pays et surtout Ali Bongo, dont il a été un des proches depuis son départ de l’Organisation des employés du pétrole (Onep), peu avant en 2009. Sur son compte Twitter, dimanche, l’ex-ministre des Travaux publics vraisemblablement poussé à la sortie a assuré que «ce fut un honneur et une fierté» d’avoir traduit en actes la politique du président de la République dans les différents domaines dont il avait la charge, à l’instar du Travail et de l’Egalité des chances.

Peu rancunier, contrairement à l’interprétation faite de son tweet par les médias proches de certains responsables du palais présidentiel, Arnauld Calixte Engandji-Alandji a exprimé son «entier dévouement» au chef de l’Etat à qui il dit vouer un «profond respect». L’éphémère ministre de la Décentralisation n’a pas manqué de dire qu’il continue de se tenir à la disposition d’Ali Bongo, tant que celui-ci fera face aux «tempêtes de la vie».

En somme, après plus de 10 ans passés aux côtés du président de la République, l’ancien patron de Gabon Oil Company affirme être «prêt à servir et à se présenter au travail» en cas de nouvel appel.

 
 

6 Commentaires

  1. Lavue dit :

    C’est comme ça quand on est dans ce milieu. Ce discours ressemble intégralement à celui de ceux qui ont été viré avant lui. MAPANGOU,ISSOZET, MAGANGA-MOUSSAVOU, et j’en passe, personne n’a de la poigne, je dirai même des couilles pour dénoncer de manière franche et courageuse les combines et petits arrangements orchestrés par l’opportuniste LACRUCHE et son cercle restreint, qui comme tout le monde le sait gère le pays. ALI est out et c’est clair pour tout le monde. Il fait actuellement sa rééducation avec l’espoir de recouvrer un peu de ses capacités d’antan, ça été confirmé par LACRUCHE lui-même au meeting de NZENG-AYONG. Les virés respectent bien les règles , les leçons dispensées dans cet univers, mais surtout ils espèrent revenir à la bouffe. Messieurs, faire la politique c’est aussi accepter la confrontation. Le pays n’a plus d’Hommes avec grand H. OMAR a bien réussi son coup, les mettre tous dans la sauce avec l’argent facile. Et ça marche, bébé ALI pour se reposer tranquillement, il les tient tous.

  2. JACK dit :

    DOMMAGES car c’etait le seul non ajev et non BGFI band, et en plus il etait le seul bosseur du groupe, et pour moi c’est etonnant qu’il ait jeter l’eponge, car une personne digne et fier ne peut pas continuer dans ce milieu

  3. frisomar dit :

    Qui plus est que c’est un petit de Nzeng… c’est là ou ou il a commencé avec son pote…

    Il s’est tellement rempli les poches… je me souviens l’avoir vu festoyer un midi en 2012-2013 au restaurant du blanc juste en dessous de polisson avec ses potes.

    Déjà c’était un parvenu…

    Au suivant… dans un an ou deux il sera fauché comme les autres.

  4. Lavue dit :

    Oui, Elop tu as peut-être raison de mettre MAGANGA-MOUSSAVOU de côté parce qu’il n’a pas fait la même déclaration au moment de son limogeage. Mais lui c’est pire. Voilà un type qui n’est absolument pas crédible. Un vrai politicien, qui n’a pour ambition que son sort personnel. Il est allé au dialogue national bidon alors qu’il représentait moins de 0,1% des votes à l’élection présidentielle. Donc il ne pouvait pas représenter l’opposition. Lui et NDEMEZO’O y sont allés pour les postes. Donc la bouffe, ils n’ont jamais été de vrais opposants. Et là ALI les tient. Il sait que ces gens n’ont que l’argent en tête. Parler au nom du peuple c’est pour amuser la galerie. En tous cas le comportement de MAGANGA-MOUSSAVOU est dicté par ses petits intérêts, après tout le fiston est bien dans la sauce, alors pas geste malencontreux. Vive OMAR et sa sauce, ça marche.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW