Disant ne pas regretter d’avoir accepté sa récente nomination au gouvernement, l’ancien soutien de Jean Ping et neveu d’André Mba Obame assure être constant dans ses objectifs pour le bien des populations. Il assure ne pas avoir trahi son oncle.

Franck Nguema, en octobre 2018, à Akanda. © Gabonreview

 

Nommé récemment ministre délégué au sein du gouvernement de Julien Nkoghe Bekale, Franck Nguema ne rougit pas de sa position actuelle. Neveu d’André Mba Obame (AMO) et soutien de Jean Ping lors de la présidentielle d’août 2016, il ne voit aucune raison de regretter sa nomination. Et s’il doute d’être l’incarnation de son «père» décédé en avril 2015, «ce qui est sûr, c’est [qu’il est] en phase avec [ses] idéaux», affirme-t-il dans un récent entretien à la télévision Vox Afica.

A ceux qui l’accusent d’avoir «trahi» son oncle en acceptant d’entrer au gouvernement, Franck Nguema répond en leur rappelant qu’«AMO était un homme d’action, dans la modernité et l’ouverture», d’où son acronyme «AMO». Aussi, indique-t-il qu’à son entendement, l’ouverture se définit comme «la capacité de concilier les oppositions apparentes mais fécondes». Elu député (indépendant) du 2e arrondissement d’Akanda en octobre 2018, il assure par ailleurs que «tous les bons ne sont pas d’un côté et tous les mauvais de l’autres».

«J’ai été franc avec les Akandaises et les Akandais qui m’ont donné leur confiance. Je leur ai dit que je parlerai avec tout le monde, en tant qu’homme politique, sans exclusive. Si le président de la République m’appelle au gouvernement, pourquoi dois-je me débiner puisque j’ai promis aux Akandais que je veux leurs suffrages pour participer à la construction du Gabon et [contribuer] au bonheur des Gabonais ?», interroge le nouveau ministre délégué à la Forêt et à l’Environnement, présentant le gouvernement comme «le cénacle» le mieux indiqué pour parvenir à la réalisation de ses objectifs.

Pour Franck Nguema, «il faut être constant, cohérent quand on est un homme politique». Le député ne reconnaît pas moins qu’au Gabon, «les hommes politiques tournent entre majorité et opposition». D’autant que, rappelle-t-il, «ceux qui, hier étaient dans la majorité sont aujourd’hui opposants», et que certains opposants de 2016 sont actuellement dans la majorité.

 
 

13 Commentaires

  1. KIEM dit :

    Frank, “traitre un jour, très toujours”. Ta mère a élevé ton oncle AMO, et c’est grâce à ce dernier qu’elle a fait sa carrière politique, cependant je reconnais les capacités de cette grande dame. J’aimerai savoir ce qu’Angèle pense de cette nomination, les gens changent nous ne sommes pas vus depuis 26 ans.

  2. KIEM dit :

    Correction : “traitre un jour, traitre toujours”

  3. sm dit :

    Nuance M.Nguéma, Vous êtes un politicien, et non un homme politique.

  4. Martine dit :

    Si le CANCER du Gabon c’est la famille Bongo, alors il n’y a pas à s’approcher de cette famille, il faut plutôt la combattre. On ne reste pas avec un cancer en soi, on fait tout pour l’extirper de son corps…

  5. diogene dit :

    Il y a une grande différence entre compromis et compromission.
    Pas de compromis avec les fascistes, que des compromissions.

    Vous venez de signer votre arrêt de mort politique, comme tous ceux qui ont mis les pieds dans le système. Adieu, petit homme.

  6. bye charles dit :

    et la ligne éditoriale de votre télévision ?

  7. Maousoue dit :

    Vous passez le clair de votre temps à injurier les autres. Vous n’êtes pas des Dieux. Il n ya que les consommateurs qui ne changent pas d’avis. Bonne chance Franck. Ton oncle veille sur toi.

  8. Mangoumba dit :

    Franck, ton oncle vous a laissez un héritage ( TV+ ). Ta pas honte de l’abandonné pour le bien mal acqui ? On ne fait semblant de mourir Franck, béh, comme tu la fait, a nous te faire semblant t’enterrrer.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW