Le chef de l’Etat a présidé, le 13 juin à Libreville, la cérémonie de prestation de serment des «nouveaux» membres du gouvernement. Face à Ali Bongo, les 10 concernés ont notamment juré de remplir consciencieusement les devoirs de leurs charges.

Un moment de la cérémonie de prestation de serment des nouveaux membres du gouvernement, le 13 juin 2019, à Libreville. © Communication Présidentielle

 

…en présence des membres de la Cour constitutionnelle, du Premier ministre et des autres membres du gouvernement. © Communication Présidentielle

Nommés 72 heures plus tôt, les 10 nouveaux membres du gouvernement se sont prêtés au rituel de la prestation de serment devant le chef de l’Etat, le 13 juin à Libreville. Conformément à l’article 15 de la Constitution gabonaise, cette audience, présidée par Ali Bongo, s’est déroulée en présence des membres de la Cour constitutionnelle, du Premier ministre et des autres membres du gouvernement.

 «Je jure de respecter la Constitution et l’Etat de droit, de remplir consciencieusement les devoirs de ma charge dans le strict respect de ses obligations de loyauté à l’égard du chef de l’Etat, de garder religieusement, même après la cessation de mes fonctions, la  confidentialité des dossiers et des informations classés secret d’Etat et dont j’aurais eu connaissance dans l’exercice de celles-ci. Je le jure», ont déclaré les nouveaux membres du gouvernement Julien Nkogue Bekale 2.

Au terme de cette cérémonie solennelle, Ali Bongo a renvoyé l’équipe gouvernementale à l’exercice de ses fonctions. Nommée par décret le 10 juin dernier, la nouvelle équipe a pour mission d’accélérer les réformes dans les  domaines prioritaires, lutter contre la corruption et améliorer les conditions de vie des populations. Y parviendra-t-elle ? Son action sera scrutée avec beaucoup d’intérêt.

 
 

7 Commentaires

  1. Victor dit :

    Pourtant Lee White sait qu’Ali Bongo est bien mort. Quel cinéma !

  2. Pascal NGOUA dit :

    Un pays ne peut pas avancer dans le MENSONGE. Ce mensonge dure depuis l’accession à l’indépendance. En réalité, nous ne le sommes même pas. Nous avons trop de richesses naturelles qui font en sorte que la France ne cesse de nous emmerder. C’est bien elle qui tient les manettes du Gabon et d’autres pays d’Afrique (zone CFA surtout). C’est INADMISSIBLE. Nous ne pouvons plus continuer ainsi. L’hypocrisie n’a que trop durée.

  3. NKAALI dit :

    Quelle preuve apportez-vous à vos affirmation concernant la Mort de Mr Ali BONGO ?
    Tout ce que l’on vous dit de négatif et de méprisant est ce que vous suivez et y adhérer. Nombreux d’entre vous se fréquentes des églises de tout genre et pourtant les réactions ne reflètent pas les enseignement que vous y recevez.
    Sans parti pris, et loin de soutenir qui que ce soit, je pense humblement que le débat est loin de se trouver au niveau de la vie ou la Mort de M. ALI BONGO, mais plutôt et toujours sur des Hommes et Femmes capable d’amorcer une bonne fois et pour toute l’amélioration de toutes conditions liées à la vie des gabonais et des gabonaises. Laissez la mort d’Ali qui est une distraction nous éloignant du vif du sujet.
    Lorsqu’on à marre d’une chose on se lève soit même afin d’y apporter des solutions pérennes. Chaque citoyen est libre de rencontrer son président de la République, Directeur de Cabinet, ministres ou responsable d’institutions étatiques et leur faire savoir son mécontentement.

  4. Jean jacques dit :

    Bravo M.le Ministre vous merite ce poste ey vous etes gabonais n’ecouter pas les mensonges critiques des bandits qui passent leur temps a dire les betises.le monde est globalite d’ici 30 ou 50 ans on aura des peuples plus melanger et c’est ca qui fait la beaute de l’humanite.(clavier americain)sans accent.

  5. 짐 - 루크 dit :

    C’était mots pour maux les arguments pour défendre les imaginaires qualités et aptitudes de l’autre dir cab de l’époque la suite nous la subissons avec dureté jusqu’à ce jour .Cette nomination bidon n’est encore une fois une opération de communication de rattrapage des mêmes échoués habituels, qui ne loupent pas une occasion de tenter se faire de la pub,sachant qu’ils n’ont plus aucun crédit auprès des Gabonais sont donc contraints de recruter ces mercenaires tout en militant pour que tuer un éléphant soit désormais plus grave que de tuer un Gabonais (ce que fait allegrement ce régime depuis des décennies)

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW