Présenté au public à la suite des installations officielles des maires et du président du conseil départemental du Woleu, le concept «Grand Oyem» serait en réalité loin des ambitions d’«unité» des filles et fils du chef-lieu de la province du Woleu-Ntem. Moins d’un mois après, beaucoup se sentent mis à l’écart, regrettent les attaques et soupçonnent une initiative réservée aux membres de l’Ajev et du Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV), visant à ravir leurs postes à certains hauts cadres de la contrée.

Renaud Allogho Akoue et Arsène Nkoghé, respectivement membre de l’Ajev et militant du RV, à Oyem en mars 2019. © D.R.

 

Moins d’un mois après son lancement officiel dans le chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, le concept sociopolitique «Grand Oyem» fait déjà l’objet de critiques de la part d’une partie de la population. Beaucoup doutent de l’appel à l’unité et au rassemblement lancé par les initiateurs de ce projet censé conduire au développement de la ville et du département. Sur les réseaux sociaux, les filles et fils de la contrée semblent peu disposés à travailler ensemble pour cet objectif. La raison : beaucoup se sentent mis à l’écart.

«Il s’agit d’un mouvement minoritaire composé de proches de Renaud Allogho Akoue et d’Arsène Nkoghé qui, dans la région, font nommer à des postes administratifs et stratégiques leurs proches. Si vous n’êtes ni membre de l’Ajev ni militant de RV, vous n’êtes pas le bienvenu dans la nouvelle mouvance. Des cadres du PDG sont d’ailleurs mis à l’écart à l’exemple de Marius Assoumou Ndong, pourtant responsable de l’UJPDG et élu local. De quelle unité parlent-ils ?» s’interroge un ressortissant d’Oyem disant être «la cible des attaques» des soutiens du projet sur les réseaux sociaux. Il n’est pas le seul.

«Grand Oyem» une pâle copie de «J’aime Oyem» ?

Sur les réseaux sociaux, en effet, une autre personnalité d’Oyem est ciblée par les soutiens du «Grand Oyem» : Estelle Ondo. La ministre de la Famille et de l’Égalité des chances serait mal vue par certains, qui souhaiteraient la voir partir du gouvernement. «En réalité, croit savoir un supporteur de la ministre, ce mouvement est le cheval de Troie de Renaud Allogho, qui veut devenir le nouveau ministre d’Oyem à la place d’Estelle Ondo. Sinon, comment comprendre qu’en tant que première autorité politique de la ville et du département celle-ci n’ait pas été invitée à rejoindre le mouvement ?»

Pour certains, qui soupçonnent le directeur général de la CNAMGS d’être l’instigateur des attaques contre la ministre, le concept «Grand Oyem» serait «une copie» du mouvement «J’aime Oyem» lancé par Estelle Ondo peu après sa nomination au gouvernement. «Le grand Oyem calque son action sur les fondamentaux qui ont fait le succès de «J’aime Oyem». Or, Estelle Ondo reste populaire à Oyem et son implication dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie des Oyemois est appréciée, particulièrement des femmes et des jeunes», assure le même supporteur, qui espère toutefois que les différents cadres de la contrée pourront œuvrer ensemble pour le développement d’Oyem et du département du Woleu.

«Les luttes de pouvoir n’ont jamais rien porté de positif, surtout dans des villes aussi petites que les nôtres», conseille un haut cadre du PDG «oublié» par les initiateurs du mouvement. Il espère être appelé bientôt pour rejoindre le mouvement.

Le projet «Grand Oyem» censé découler d’«une volonté commune» semble désormais être une affaire presque exclusivement réservée aux membres de l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) et ceux du RV, un parti politique proche du pouvoir. Beaucoup espèrent que les initiateurs de ce mouvement œuvreront à changer l’image (peut-être) erronée que leur concept a acquis, moins d’un mois après son lancement.

 
 

5 Commentaires

  1. Serge Makaya dit :

    Ce pays avancera quand les gabonais comprendront qu’occuper une quelconque responsabilité c’est être au service de ce peuple. Si je deviens ministre, je dois prendre conscience que je suis alors in homme sacrifié pour le bien du peuple gabonais.

  2. Bjorn dit :

    Si dans une ville de 200.000 personnes, seules 8 personnes vont voter. Et si parmi ces 8 personnes, 6 votent pour Macron, alors Macron gagnera avec un score de 75% (6/8 = 75%)…
    Et les 99,996% d’abstention l’ont dans le fion!
    (8 électeurs sur 200.000 = 0,0004% d’électeurs)
    Donc c’est stupide de prôner l’abstention! Il faut aller voter!

  3. Bjorn dit :

    En France comme au Gabon, il faut une : DISSOLUTION DE L’ASSEMBLÉE ET DU SÉNAT* et qu’elles soient remplacées par des *citoyens tirés au sort pour 2 ans + RIC CARL + MINISTRES ET PORTE PAROLES TIRÉS AU SORT.*

    PLUS PERSONNE NE PORTERA PLUS JAMAIS CE NOM RIDICULE DE PRÉSIDENT mais ceux qui assumeront la charge de PORTE PAROLE seront appelés MESSAGERS OU PORTE PAROLES. Et tous les travaux de ces TIRÉS AU SORT seront ACCESSIBLES ET TRANSPARENTS.

    Et si un tiré au sort dévie de sa mission et ne respecte pas son mandat, IL SERA PUREMENT ET SIMPLEMENT RÉVOQUÉ grâce au RIC CARL.

    Fini le favoritisme, fini le carriérisme, le népotisme! Plus de corruption par des lobbies car les mandats ne dureront que 1 à 2 ans non renouvelables avant épuisement du stock de citoyens.

    Finies les discriminations et les racismes. Mais il faudra s’assurer que le tirage au sort permette à TOUS les citoyens de jouer leur rôle dans le service de l’état; que le tirage au sort ne fasse pas de discrimination au nom, mais qu’il prenne en compte tous les métiers, aux mêmes pourcentage que ce qu’ils représentent dans la population réelle, sauf les banquiers, les boursicoteurs et les patrons du cac40, qui seront écartés de la population des citoyens tirés au sort).

    VOILÀ LA VRAIE DÉMOCRATIE REPRÉSENTATIVE.

    Allons plus loin que les Espagnols de Marinaleda et récupérons complètement notre pouvoir:
    https://www.facebook.com/reveillezvousenfin/videos/809022242765404/?v=809022242765404

  4. contribution dit :

    Moussavou Jacques qui ne cesse de se déchainer en parlant “d’exiger la mise en place d’un collège des médecins qui va examiner Ali ; afin d’obtenir la vacance de pouvoir et aller aux élections”! Mais enfin, qu’est ce qui ne va pas chez vous (tous ceux qui soutiennent cette idée)? Toutes les expériences qu’on a eu avec ce système et la françafrique ne vous enseignent-elles pas? Vraiment! Vous n’êtes pas fatigués? DEPUIS 1993 que cette comédie dure vous n’êtes pas fatigués? Récemment vous êtes allés aux élections législatives contre l’avis de la majorité du peuple, qu’avez-vous rapporté? Qu’espérez-vous avoir dans des élections avec Mborantsouo, Bibalou (président du Centre gabonais des élections choisi par Mborantsouo), Matha … en place? Vous avez la mémoire tellement courte que vous avez déjà oublié ce qu’ABOGHE ELLA (lui aussi mis en place par Mborantsouo sa belle sœur) a fait lors des dernières élections ? Ce qui lui a d’ailleurs valu une très forte ovation le jour de la prestation de serment d’Ali !
    Alors que les Bongo (Ali, Mborantsouo, Pascaline, Patiente….) et compagnie n’ont jamais varié d’un seul iota dans leurs positions, vous de votre coté vous étalez une faiblesse déconcertante en ballotant constamment dans tous les sens ? Doit-on conclure que dans ce pays les seuls hommes forts sont les Bongos et alliés ?
    Avez-vous entendu le dernier discours d’YVES LE DRIAN à propos du Gabon (alors qu’il est le premier à contester l’élection de Tsissékedi en RDC par ce que le candidat soutenu par l’Elysée a perdu! Et que dans le cas du Venezuela, son pays et lui sont engagés dans la déstabilisation du patriote Maduro pour installer leur sous préfet, le perdant Juan Gaido)!
    Admettons que par miracle on puisse obtenir la mise en place d’un collège des médecins gabonais (et même Français) pour examiner Ali. Pensez-vous, après les épisodes de 5 actes de naissance établis au Gabon, d’une simple fiche d’identité (qui n’est pas un acte de naissance à proprement parlé) soit disant retrouvée à NANTES en France et à laquelle était annexée un courrier de Mme LEGAL comme pour authentifier ladite fiche et l’autoriser à se présenter aux élections en 2016 (Mme LEGAL fut la responsable de la cellule africaine de l’Elysée du temps de HOLLANDE. Ce courrier a été lu par Ali lui même le jour du dépôt de sa candidature en juillet 2016), après tous les mensonges sur les soit disant diplômes d’Ali (dont la fausseté a été confirmé récemment par le documentaire de France2), après le mensonge du siècle sur les 99,99% des suffrages obtenus dans le haut Ogooué (avec 40 abstentions sur toute la province; alors que rien qu’à Moanda on avait déjà plus de 400 abstentions), après tous les mensonges sur sa pathologie et tout ce qui a suivi, ….pensez-vous après tout cela, que ce fameux collège des médecins vous dira la vérité sur le cas d’Ali ; sachant que cela aura pour conséquence sa mise à l’écart alors que le système qui dirige le Gabon (Bongo-PDG-AJEV-Françafrique-Deltasynergie-Olam-le roi du Maroc) n’a pas encore fini de peaufiner la stratégie qui lui permettra de mettre au pouvoir un autre valet ? Vous rêvez ou quoi ? Savez-vous les intérêts qui sont en jeux là ? Croyez-vous que les Bongos et compagnie sont près de laisser les18% de tout le pétrole Gabonais (qui font la banque BGFI et l’existence de l’agence Cty bank du Gabon) à une autre famille ? Pensez-vous que la France est prête à laisser le Gabon s’émanciper économiquement ; alors qu’au travers du BRGM (un organisme français chargé de l’évaluation des richesses du sous sol) ils ont déjà fini d’évaluer toutes les richesses du sous sol gabonais ; et que cela s’est révélé être un scandale géologique, des trésors inestimables que le Gabonais lui-même est encore loin d’imaginer ?…
    Croyez-vous que c’est pour jouer les bons samaritains que Mme LEGAL, qui n’est pas un responsable de l’état civil colonial en France, mais qui était plutôt un haut responsable de l’Administration Hollande s’est personnellement impliquée pour donner une sorte de crédibilité (la caution de l’Elysée)à un document qui devait permettre à Ali de se présenter aux élections 2016
    En observant l’attitude de Mborantsuo (son front, son coup et la manière dont elle gesticule quand Ali reçoit des gens depuis son AVC), ça vous dit quoi à vous qui vous vantez d’être des grands spécialistes de la spiritualité ? Moi, je « lis » au travers de ces signes que Mboratsouo a déjà pris une décision irrévocable de mettre sa vie sur l’autel du sacrifice pour la défense de ce système. Elle ne reculera devant rien. Pour elle, plutôt mourir que de laisser le système sombrer. Alors, que pouvez-vous faire quand celle qui a déjà pris une telle décision est en même temps le juge de vos fameuses élections ? Pensez-y.
    Pour terminer, je dirai que la solution pour la libération du Gabon ne viendra pas des nouvelles élections (anticipées ou en 2023). Car, comme je viens de le démontrer plus haut, le système en profitera pour mettre encore à la tête du pays un des leurs, au détriment du peuple. La solution ne consiste pas non plus à réclamer l’installation de Ping (dont la victoire est incontestable, n’en déplaise à NZOUBA Ndama qui n’est plus avec vous mais qui est déjà avec MBORANTSOUO, CHAMBRIER , OYE MBA….), car lui aussi n’a pas pu prendre ses distances envers la France. S’il prend le pouvoir, le système françafrique va continuer avec lui; alors que la nouvelle génération veut désormais une indépendance totale qui permettra d’amorcer le vrai développement de notre pays.
    Ping ne pourra pas mener les combats qui doivent suivre tel que celui de la sortie du FRANC CFA, du démantèlement de la base Française du 6ème BIMA, etc… Mais on aura besoin de lui pour restaurer la diplomatie gabonaise qui est totalement par terre et inexistante en ce moment.
    La véritable solution à mon humble avis est dans un soulèvement brutal et général de la population, comme ce qu’on a vécu en 1990. Un soulèvement qui va déboussoler la France et ses sbires et remettra tout à plat. Ensuite les élections seront organisées avec une nouvelle classe politique.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW