À moins de deux mois du Championnat d’Afrique des nations (Can) 2020 de handball seniors hommes, en Tunisie, le Gabon n’a toujours pas entamé sa préparation. Les Panthères s’apprêtent également à participer à la compétition dans un contexte particulier, ou leur pays est sevré de championnat depuis trois ans.

Le Gabon s’apprête à discuter le Championnat d’Afrique des nations (Can) 2020 de handball seniors hommes, en Tunisie, dans un contexte particulier. © Facebook

 

Le Gabon s’apprête à disputer le Championnat d’Afrique des nations (Can) 2020 de handball seniors hommes, dans un contexte particulier. Faute de subvention, cette discipline est privée de championnat depuis trois ans. Seules les ligues de l’Estuaire et de l’Ogooué-Maritime, toujours en activité, sortent du lot.

En l’absence de compétitions nationales, certains soutiennent que le Gabon ne devrait pas participer à la grand-messe du handball africain, prévue du 16 au 20 janvier prochain en Tunisie. Mais tout porte à croire que le handball gabonais sera bien présent à cette compétition africaine, comme c’est le cas depuis dix ans.

En effet, le gros du contingent gabonais qui défendra les couleurs nationales évolue à l’étranger, majoritairement en France. Toutefois, les Panthères du Gabon n’ont toujours pas démarré leur préparation, à moins de deux mois du début de la compétition. La Fédération gabonaise de handball (Fegahand) a simplement annoncé le début de la préparation dans les «prochains jours».

Un retard à l’allumage qui pourrait être préjudiciable pour les hommes de Jackson Richardson, vu les enjeux au bout de Tunisie 2020.  Le vainqueur est automatiquement qualifié pour les Jeux olympiques (JO) de Tokyo, la même année, tandis que le finaliste malheureux sera reversé dans le tournoi de qualification olympique. Par ailleurs, les six premiers du championnat d’Afrique vont décrocher leur ticket pour le mondial de handball en 2021.

 
 

1 Commentaire

  1. Serge Makaya dit :

    Tout marchera bien dans ce pays quand on apprendra à l’aimer et à le servir (et non se servir)…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW