La direction générale des examens et concours lance ce 21 mai sur l’ensemble du territoire national l’opération contre la publicité réputée mensongère de certains prépa-Bac et Bepc et les élèves sécheurs qui auront totalisé dix heures d’absences injustifiées.

Classe de prépa Bac Gabon

Au regard de la recrudescence des heures d’absence totalisées par certains élèves de classes de troisième et de terminales des établissements publics et privés reconnus d’utilité publique, au profit des prépa-Bac et Bepc, la direction générale des examens et concours vient de décider à travers un communiqué transmis au quotidien L’union, de radier des listes des candidats tout indélicat qui aura totalisé dix heures d’absences injustifiées à compter de ce 21 mai 2012.

Selon le directeur général des examens et concours, Jean Éyéné, Békalé, «cette décision vise à lutter contre la publicité dite mensongère de certains prépa-Bac et BEPC, conçu uniquement pour extorquer de l’argent aux candidats et à leurs parents».

Pour mieux lutter contre le phénomène de désertion des salles de classe, le directeur général des examens et concours a chargé les responsables d’établissements et leurs collaborateurs, chacun en ce qui les concerne, de dresser chaque semaine un état nominatif des candidats pour apprécier le niveau d’assiduité et de ponctualité de chacun.

Serait-ce là, une des voies pour atteindre l’émergence de l’école gabonaise où une manière de priver les élèves gabonais d’entrainement pratique dans ces différentes structures de préparation aux examens nationaux. Il semble que plusieurs lycéens arrivent aujourd’hui à mieux appréhender leurs cours grâce à ces entreprises qui apportent travaux dirigés et exercices tendant à disparaitre dans les établissements publics et privés reconnus d’utilité publique pour ne laisser place qu’aux enseignements théoriques?

Les responsables de l’Éducation nationale ont-il fait quelque chose pour empêcher ces soit-disant “laboratoires d’escrocs” qui foisonnent la capitale, de s’ouvrir et d’exercer ? Si ces établissements sont légaux, est-il justifié et légal, d’en empêcher le fonctionnement ? Quel résultats ces responsables attendent-ils d’une opération organisée à la va-vite, à quelques semaines des examens du brevet d’étude du premier cycle et du baccalauréat, quand on sait que les épreuves sportives du BEPC ont déjà débuté dans les différents centres ? Les motivations réelles sont-elles aussi louables qu’elles sont présentées ?

 
 

1 Commentaire

  1. Citoyen libre dit :

    Le reglement des etablissements est claire, si un eleve a un taux d’absence elevé il est exclue, c’est tres simple.
    En quoi les structures privées de soutiens aux exemens vont etre responsables de la desertion des etablissements publics ?
    Il indentifier les factures qui poussent les eleves à deserter les salles de classe ?
    Le plus important c’est que les eleves réussitent à leurs examens.
    Quand toutes les conditions seront mis en place dans les etablissement publics il n’y aura plus de desertion.
    Ceux ne sont pas les stures privées qui organissent les examens il me semble.Le Ministere de l’enseignement a echoué et cher des motifs pour justifier leur echec.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW