Une campagne de sensibilisation et de formation à la sécurité alimentaire sera lancée le 26 novembre, par l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire (Agasa). Celle-ci vise à former les acteurs de l’alimentation de la rue de la province de l’Estuaire aux bonnes pratiques d’hygiène.

L’Agasa sur le terrain du 26 novembre au 5 décembre 2019 pour sensibiliser sur l’hygiène alimentaire. © Agasa

 

© Agasa

«Manger dehors, manger propre» ! C’est le slogan de la campagne que l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire va organiser du 26 novembre au 5 décembre prochain. Cette campagne de sensibilisation et de formation qui concerne les communes de Libreville, Owendo et Akanda est destinée aux acteurs de commerces sur la voie publique (grillades, fruits et légumes, boissons fermentées, gâteaux…). L’objectif  de la campagne est de les sensibiliser sur les normes de l’hygiène alimentaire, à travers des petits gestes ayant un impact sur la santé des consommateurs.

La première phase de cette campagne gratuite se focalisera sur la formation de mise en conformité des acteurs économiques. Elle consistera à l’éducation des participants sur les caractéristiques de leur environnement, les matériaux et produits utilisés, la promotion des bonnes pratiques d’hygiène (sécurité sanitaire et qualité des aliments) et les bonnes pratiques de fabrication.

«Chaque acteur sera pris en charge par les équipes de l’Agasa durant l’opération. À la fin de cette formation de mise en conformité, nous leur délivrerons un agrément technique et un petit smiley qui attestera de la qualité et d’hygiène des denrées qui sont commercialisées par ces opérateurs économiques sur l’ensemble du territoire», a expliqué la directrice générale de l’Agasa, Alia Maheva Bongo Ondimba, à Gabon 1ère.

La seconde phase sera axée sur l’inspection, les contrôles d’hygiène et de la qualité des produits vendus par les opérateurs économiques. Ces contrôles s’intéressent aussi bien aux sites de production et d’étalage, afin de limiter au maximum l’exposition des consommateurs aux risques d’intoxication alimentaire.

Au-delà de sa dimension pédagogique, cette campagne prévoit des amendes pour certains cas. «La fermeture sera l’ultime sanction que nous pouvions infliger. Mais l’objectif est avant tout de les accompagner pour qu’ils changent leurs habitudes, qu’ils améliorent leurs pratiques afin que les consommateurs se sentent protégés et ressentent, les effets positifs des politiques mises en place par notre ministère de tutelle. Il ne s’agit pas pour l’Agasa de renflouer ses caisses» a rassuré la patronne de l’Agasa.

 
 

0 commentaire

Soyez le premier à commenter.

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW