Pour l’édition 2018 de l’indice de démocratie, le Gabon est classé 124e sur 165 pays à l’échelle mondiale et 30e sur 50 pays au niveau africain. Avec un score de 3,61 le pays fait partie des régimes autoritaires.

Le rond point de la Démocratie, à Libreville. © mapio.net

 

L’Economist intelligence unit (EIU) a publié son rapport 2018 sur la démocratie dans le monde. Ce nouveau rapport intitulé “Me too”, examine 165 pays à travers le monde, notés sur une échelle allant de 0 à 10.

A partir de cette note, les pays sont classés selon quatre régimes: démocratique, démocratique imparfait, hybride et autoritaire. Les régimes autoritaires sont les pays qui ont un indice inférieur à 4. C’est le cas du Gabon.

Le pays totalise un score de 3,61 et se classe 124e au niveau mondial et 30e au niveau africain. Soit, l’un des pays ayant des difficultés à avoir une orientation résolument démocratique. La démocratie au Gabon serait donc «médiocre» comme le pensent certains activistes, sinon «embryonnaire» comme relativisent certains politologues ou encore «jeune», comme l’affirme le pouvoir en place. Si le pays n’est pas dans le top 10 des régimes autoritaires, il est bien loin derrière l’Ile Maurice, seul pays en Afrique classé parmi les pays démocratiques. Avec un score de 8,22 ce pays occupe la première place en Afrique et 17e à l’échelle mondiale.

En Afrique centrale, le Gabon se place derrière l’Angola qui occupe la 123e place mondiale et la 29e place africaine, et est suivi par le Congo qui occupe la 131e place mondiale et la 35e place africaine. Selon l’EIU, «la situation politique restera instable à court terme après l’échec de la tentative de coup d’Etat en janvier 2019. Il est peu probable qu’un coup réussi réussisse à renverser le président Ali Bongo Ondimba, compte tenu du manque de soutien politique ou militaire pour un tel événement au sommet de la hiérarchie militaire. L’instabilité sociale persistera, en raison de la colère populaire suscitée par la dégradation du niveau de vie. La croissance du PIB réel sera en moyenne de 3,1% par an en 2019-2023».

A travers l’indice de démocratie, l’Economist Intelligence Unit aide les dirigeants d’entreprises à se préparer aux opportunités leur permettant d’agir avec confiance lors de la prise de décisions stratégiques.

 
 

5 Commentaires

  1. sergio dit :

    Rien de nouveau, on le savait déjà

  2. Akoma Mba dit :

    Vous vous êtes bien remplis les poches et vous avez le culot de le reconnaitre sous un mea culpa ignoble!!Les gabonais sont des bénis oui-oui sans doute mais gare!!

  3. Ikobey dit :

    La population gabonaise est-elle prête à plus de démocratie ?
    existe-t-il vraiment un sentiment national plus fort que l’appartenance à sa région, à son clan ? L’intérêt personnel n’est-il pas plus fort que l’envie de servir la collectivité, en d’autres termes “se servir plutôt que servir ?
    La démocratie est une longue marche qui passe par un fort sentiment national, éthique, et solidaire.

    • diogene dit :

      Les populations sont prêtes à se prendre en charge au quotidien comme à plus long terme et collectivement, mais qui leur donne l’opportunité ?
      Le sentiment national n’a jamais nourri que le ressentiment et le fascisme.
      Les démocraties de types fédérales permettent de conserver son identité sans entamer une certaine unité, mais vous ne lisez pas, n’étudiez pas les alternatives, voici pourquoi , figés, réactionnaires par peur de la liberté, vous appelez un guide, un führer, un duce, un caudillo pour prendre les initiatives, les responsabilités dont votre lâcheté vous prive.
      Si vous êtes infantiles, ne nous infantilisez pas!

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW