14 mois après sa mise en service dans le département de l’Abanga-Bigné, la première station de pesage de Kango a cessé de fonctionner ce mercredi 24 juillet par décision du ministère de l’Équipement, des Infrastructures et des Travaux publics, qui dit avoir décelé plusieurs «irrégularités».

La station de pesage de Kango est fermée jusq’à nouvel ordre. © Min. Infrastructures

 

Mis en service en mai 2018, le poste de pesage de Kango n’aura fonctionné que 14 mois en tout. Ce mercredi, le ministre en charge des Infrastructures annonce sa «fermeture provisoire», sans préciser la date de sa remise en service. Selon Arnaud Calixte Engandji-Alandji, plusieurs «irrégularités» ont été observées ces dernières semaines sur la station.

Lors des pesages des véhicules, ce sont notamment des «défauts de correctifs sur l’étalonnage des pesées et l’instabilité des équipements» qui étaient particulièrement constatés, précise le ministère, qui justifie ces manquements par «la structure du sol sur le site».

Si elle n’a pas reçu l’assentiment des opérateurs économiques empruntant la Route nationale, la station de pesage de Kango répondait à la volonté de l’État gabonais de préserver le patrimoine routier national fortement dégradé par endroits. Pour le gouvernement, il s’agissait de faire payer les routiers pour l’entretien de la route. Aussi, Arnaud Calixte Engandji-Alandji encourage-t-il les automobilistes «au strict respect des spécifications techniques et du tonnage règlementaire afin de limiter les dommages causés au patrimoine national». En clair : le poids total autorisé en charge est de 21 tonnes pour tous les véhicules à deux essieux, 22 tonnes pour ceux à trois essieux, 40 tonnes pour les véhicules à quatre essieux et 50 tonnes pour l’ensemble des véhicules à plus de quatre essieux.

 
 

2 Commentaires

  1. moundounga dit :

    Bjr. Reculer pour mieux sauter?!

  2. ENGOANG NGUEMA dit :

    Kango se trouverait -il déjà dans le département de l’abanga bigne ???

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW