Pour le changement (PLC) souhaite que les autorités se bougent face aux  inondations en zone urbaine à travers le pays. Le 19 octobre, le parti d’Anges Kevin Nzigou demandé au gouvernement de mettre en place un «programme d’action de prévention» de ces catastrophes.

Vue d’une zone inondable de Libreville. © D.R.

 

Les inondations résultant des fortes pluies diluviennes ne laissent pas indifférent Pour le changement (PLC). À l’issue d’une réunion tenue le 19 octobre à Libreville, le bureau exécutif du parti a exhorté le gouvernement de mettre sur pied un «programme d’action de prévention des inondations».

«Et dans l’urgence faire utilement fonctionner le Fonds d’aide et de solidarité (FNAS) qui, pour le malheur de nos concitoyens est totalement inopérant», a conseillé le parti dirigé par Anges Kevin Nzigou. Depuis septembre, des pluies diluviennes s’abattent dans le pays, causant non seulement des inondations, mais aussi de lourds dégâts matériels.

«Ces inondations fragilisent le réseau routier, lui-même défaillant, comme peuvent le constater, pour le déplorer, les usagers de la route (…) au moment où se boucle la tournée du directeur de cabinet du président de la République qui a illégalement mobilisé l’ensemble des ressources de l’État», a indiqué PLC, regrettant qu’«aucune mesure urgente n’ait été prise pour amortir la souffrance de ces usagers».

Le cri de PLC intervient quelques jours après l’audience du chef de l’État au ministre de l’Intérieur, le 1er octobre à Libreville. Ali Bongo a instruit Anicet Mboumbou Miyakou de mettre en place un fonds d’urgence afin de soutenir les victimes des intempéries. Depuis, 20 jours plus tard, rien n’a filtré sur l’application de cette instruction.

«La santé et la sécurité de nos concitoyens dépendent de la réactivité et de l’efficacité des services de sécurité civile, notamment les pompiers. Le manque de moyens et le manque de disponibilité des pompiers ont donc de très graves répercussions sur la santé des sinistrés de la pluie», a conclu PLC.

 
 

1 Commentaire

  1. Michel BOUKA RABENKOGO dit :

    Où est passé le plan d’urbanisation et de construction des bassins versants, basé sur l’étude du projet d’assainissement de Libreville réalisée par Ondo Nzé en 1983? BWETE. /

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW