Le président de la République a instruit le gouvernement d’apporter des solutions immédiates aux questions d’insalubrité et d’absence d’éclairage public à Libreville, Owendo et Akanda. Une prise de conscience soudaine qui intervient à quelques jours du sommet des chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), prévu le 18 décembre à Libreville.

Ali Bongo a instruit le gouvernement de prendre des mesures urgentes contre l’insalubrité et l’absence d’éclairage public à Libreville, Owendo et Akanda (illustration). © Communication Présidentielle

 

La problématique de l’insalubrité et l’éclairage public à Libreville, Akanda et Owendo, était au cœur d’une séance de travail entre le Premier ministre et les maires des trois communes, le 5 décembre à Libreville. Cette rencontre avait pour objectif de mettre en place un plan d’urgence, en vue de trouver des solutions à ces épineuses questions.

La séance de travail entre Julien Nkoghe Bekale et les maires des trois communes intervient après les instructions du président de la République. Mécontent de la situation d’insalubrité et l’absence d’éclairage public dans la capitale gabonaise et ses environs, Ali Bongo a instruit le gouvernement et les collectivités locales d’apporter des solutions immédiates à cette situation.

«Le président de la République a fait le constat que les visages de nos villes sont peu reluisants», a confié le maire de Libreville à l’issue de la rencontre avec Julien Nkoghe Bekale. «À cet effet, il a instruit le gouvernement et nous, de tout mettre en œuvre afin que nos villes soient davantage belles», a affirmé Léandre Nzué, soulignant que l’éclairage et l’insalubrité sont prioritaires.

Ayant pris part à cette rencontre, le Haut-commissaire à l’environnement a souligné que «l’objectif était de penser au bien-être des populations et à l’amélioration de leur cadre de vie». S’il a reconnu les manquements de l’État dans la situation actuelle, Yannick Georges Sonnet Ongonwou a aussi pointé du doigt l’incivisme des populations des trois communes de l’agglomération de Libreville.

La prise de conscience soudaine d’Ali Bongo intervient quelques jours avant l’ouverture d’un sommet des chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), le 18 décembre à Libreville. En vue de rendre Libreville propre et mieux éclairée pour cet événement, le plan d’urgence va inclure le Génie militaire. Une solution pérenne serait cependant la bienvenue.

 
 

1 Commentaire

  1. SERGE MAKAYA dit :

    Donc ce JEU va se poursuivre jusqu’en 2023 avec la présentation du marocain Nourredine comme futur président du Gabon adoubé d’office par le Quai d’Orsay et le roitelet du Maroc qui a fait du Gabon une de ses provinces ?

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW