Avec le récent enlèvement et la séquestration de deux Français au Bénin, le Quai d’Orsay a actualisé ses Conseils aux voyageurs. Le Gabon fait toujours partie des pays les moins sûrs du continent. «L’intégralité du pays est en vigilance renforcée».

Sortie des arrivées internationales à l’Aéroport internationale Léon-Mba de Libreville. © Gabonreview

 

La relative quiétude qui prévaut actuellement au Gabon et particulièrement à Libreville n’empêche pas le ministère des Affaires étrangères français de conseiller les voyageurs à se tenir sur leurs gardes. Depuis janvier dernier, le pays est placé en «vigilance renforcée» et le Quai d’Orsay informe que ses recommandations sont encore d’actualité ce 14 mai. L’enlèvement et la séquestration de deux Français au Bénin ayant finalement été libérés par les forces spéciales françaises lors d’une opération au Burkina Faso ont contraint les autorités à actualiser le Conseil aux voyageurs.

Au Gabon, «le niveau de délinquance et de criminalité est faible, mais tend à augmenter du fait de la situation économique», prévient le Quai d’Orsay, qui conseille d’«être vigilant dans certaines zones et d’éviter d’emporter avec soi d’importantes sommes d’argent». Il est notamment recommandé de «ne pas montrer de signe ostentatoire de richesse» ni dans la rue ni à l’hôtel.

Classé 7e au rang des dix pays les plus dangereux du monde par l’institut de sondage international Gallup, en 2017, le Gabon est également présenté par la France comme un pays où règne la cybercriminalité. «Le nombre d’escroqueries bancaires [y] est en hausse», avertit le gouvernement français, qui conseille aux voyageurs de «prendre contact avec les banques, afin de vérifier les dispositifs de sécurité concernant les ordres de virement envoyés depuis l’étranger».

En plus de l’interdiction quasi formelle de circuler de nuit et l’alerte sur «le comportement imprévisible» des automobilistes qui requiert «une attention de tous les instants», le Quai d’Orsay déconseille fortement la consommation de l’Iboga. «Des incidents, parfois mortels, ont été signalés suite à la consommation de cette substance. Au titre de la réglementation française, cette plante ainsi que ses dérivés sont classés dans la catégorie des stupéfiants», justifie-t-il.

Pour les voyageurs curieux, il est enfin recommandé de «se tenir éloigné de toute manifestation ou rassemblement publics qui peuvent parfois s’accompagner de violences».

 
 

9 Commentaires

  1. Désiré dit :

    Le plus risqué au Gabon pour un blanc n’es pas d’absorbé de l’Iboga mais de se faire remarquer par un gabonais ibogadisé.

    • Missambo dit :

      Il faudrait arrêter de réduire la nationalité française à une couleur de peau cher ami Désiré. La France n’est plus peuplée que par des “blancs” depuis des siècles ! Ca c’est une première chose que je tenais à recadrer. Aussi, laisser un pays affirmer que l’iboga est une dangereuse drogue (à tord puisque ne générant aucune dépendance ni dégénérescence physique) est une insulte à l’égard du Gabon considérant ce patrimoine national comme sacré car pilier de l’identité culturelle de la majorité des peuples du Gabon. La France oublie qu’elle a vendu cette “drogue”, sans ordonnances, de 1901 à 2007 dans toutes les pharmacies françaises. La France n’a aucune leçon à donner en matière de toxicité des médecines d’autrui surtout après les nombreux scandales ayant affecté l’industrie pharmaceutique française dont les médicaments finalement interdits sur leur territoire ont une seconde vie dans les pays d’Afrique. Jamais aucune autopsie pratiquée sur une personne décédée durant une initiation au Gabon n’a affirmé que cette mort était due à l’iboga. Les gens meurent tout les jours dans les hôpitaux français où à la suite d’interactions médicamenteuses. La France ferait mieux de s’attaquer au tabac ou à l’alcool plutôt que de focaliser sur une plante utilisée depuis des millénaires par les peuples premiers d’Afrique dont les vertus thérapeutiques ont été démontrées à travers le monde. C’est ce genre de propos médisants et injustes qui font des français des personnes mal aimées. Si la France tient tant à protéger ses ressortissants, il ferait mieux de tenir un discours plus respectueux à l’égard des cultures différentes de la leur pourtant emprunt d’un métissage sans commune mesure.

      • PESTICIDE dit :

        Bla bla bla bla

        • Plantain dit :

          La flèche Missambo,
          Tu m’as l’air doué toi même-toi même, le beau Missambo des maquis !
          l’Iboga, hallucinogène naturel est extrêmement nocif. C’est un puissant toni-cardiaque. Tu en vois les symptômes quand tu en prends et qu’au rebut tu ressent les bouffées de chaleurs avec les sueurs au torse. C’est donc un excitant pour le cœur si tu n’avais pas compris, toi le grand savant Missambo des maquis.
          Donc, si tu n’as pas le cœur bien attaché tu finis comme Acrombessi ou son type.
          Vas y continue d’en prendre, avec un peu de chance si tu as un problème au cœur on sera plus vite débarrassé de tes sottises.

          • Missambo dit :

            Je doute que nous nous connaissions cher Monsieur donc je vais tenter de ne pas vous montrer autant d’irrespect que vous le faites à mon égard.
            L’iboga n’est pas hallucinogène même psycho-actif. Les initiés vous diront que leurs visions ont toutes un fondement réel quand bien même ce fait puisse vous dépasser en tant que non initié.
            Oui l’iboga n’est pas conseillé à certains profils de personnes notamment effectivement les personnes atteintes de pathologies cardiaques. C’est le cas de tout traitement médical cher monsieur.
            Sachez qu’un brevet de traitement de traitement post AVC à base d’ibogaïne à été déposé aux USA par d’éminents chercheurs de l’Université de Médecine de New York. En effet, l’ibogaïne est la seule molécule connue à ce jour ayant des propriétés neuro régénératives contrairement à ce qu’affirme les autorités consulaires françaises dont vous êtes probablement un fervent admirateur !
            Sachez enfin Monsieur que l’iboga a été déclaré Patrimoine Culturel National et Réserve Stratégique par feu le Président Omar Bongo Ondimba, probablement également un sot alors selon vos dires ? Et que dire des pygmées qui utilisent l’iboga depuis des millénaires ? N’auraient il également rien compris aux secrets de la forêt gabonaise ? Un peu d’humilité Monsieur SVP ainsi qu’un peu de respect pour les peuples premiers d’Afrique et vos ancêtres gabonais vous rendraient un peu plus sympathique je pense. Quant à vos souhait de me voir mort, j’en prends bonne note. Que Dieu vous pardonne vous votre vile pensée et vous épargne d’un retour à l’envoyeur ! En attendant, retournez étudier le sujet avec un peu plus d’honnêteté intellectuelle. Ciao !

        • Missambo dit :

          Brillante répartie ! Merci !!!

  2. doudou dit :

    Bon
    moi je suis français
    je me sens très bien au Gabon et pas plus en insécurité que ça
    il s’ agit de considérations générales et de recommandations officielles pour s’ affranchir des Responsabilités vis à vis des inconcients qui seraiEnt suceptibLes de se créér eux memes des pb.

  3. Madiango dit :

    Je viens juste vous signaler en passant que les chefs d’arnaqueurs au Gabon sont des français. C’est sont eux qui utilisent des petits gabonais dans la rue pour arnaquer les paisibles citoyens. Je ne crois pas que ces groupes des bandits francais ont été éduqués par des gabonais pour mettre en place ces organisations de grands voleurs d’argent. Il faut arrêter d’insulter les africains vous les français.

  4. Tatayo dit :

    RIEN à ajouter !
    Le niveau est trop nul .
    Merci à Missambo qui éléve nettement le debat !

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW