Le Conseil d’administration de la Banque africaine de développement a entériné, le 15 avril 2019, le Document de stratégie d’intégration régionale pour l’Afrique centrale (DSIR) 2019-2025. Sa mise en œuvre nécessitera 4,421 milliards de dollars américains pour 30 opérations sur une période de sept.

© D.R.

 

La Banque africaine de développement a validé sa stratégie d’intégration économique régionale pour l’Afrique centrale. Élaboré sur la base des enseignements tirés de la mise en œuvre d’initiatives de développement régional antérieures, le DSIR 2019-2025 énumère les projets de la Banque destinés à accélérer les échanges commerciaux intrarégionaux, la croissance économique inclusive et la mutation structurelle de la région de l’Afrique centrale. Il orientera les opérations régionales de la Banque dans sept pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac) : Cameroun, Tchad, République du Congo, Guinée équatoriale, Gabon, République démocratique du Congo (RDC) et République centrafricaine.

«L’appui permanent de la Banque africaine de développement à l’Afrique centrale est indispensable à la réussite de l’intégration économique des pays de la région. Le nouveau Document de stratégie d’intégration régionale poursuit cette tradition d’opérations de soutien dans des secteurs économiques essentiels» assure la Banque. Cet appui est censé «donnera un grand coup d’accélérateur aux échanges commerciaux intrarégionaux et au processus de mutation structurelle qui est indispensable à l’environnement politique et économique», espère le directeur du Développement régional et de l’Intégration régionale à la Banque, Moono Mupotola.

Selon les experts de l’institution financière, la mise en œuvre du DSIR pour l’Afrique centrale nécessitera des investissements d’un montant de 4,421 milliards de dollars américains, ce qui correspond à 30 opérations régionales menées sur une période de sept ans. Environ 88 % des fonds prévus devraient être consacrés au renforcement des infrastructures régionales.

Selon la Bad, Le DSIR est conforme au nouveau Cadre stratégique pour l’intégration régionale (CSIR) de la Banque, approuvé en mars 2018, et à sa stratégie décennale 2013-2022. Il s’aligne également sur les priorités régionales de la Ceeac et de la Cemac et sur les cinq grandes priorités de la Banque, ses High 5.

 
 

1 Commentaire

  1. Bikoro Ndemezo'o Albert Diddy dit :

    Je suis un peu sceptique quant à la réussite du DSIR par l’appui de la BAD, déjà les résultats sont peu appréciables sur les soi-disant politiques économiques nationales financées par la BAD et consort ; c’est sur l’appui à l’intégration économique sous régionale qu’il y aura réussite ? On parle déjà de plus de 4 milliards $us rien que l’appui, la dette sur les investissements d’intégration s’élèveront à combien ?
    Est-ce auprès de la BAD qu’on recevra des leçons d’intégration économique sous-région; elle saute sous yeux, ce qu’il faut implémenter pour y ait intégration eco. Sous-régionale…

Poster un commentaire


 

 
 

RECEVEZ LE BULLETIN D’INFOS MATINALES DE GABONREVIEW